Pompier blessé à l’oeil - Solidarité

Un pompier professionnel du SDIS 21 (Côte-d’or), adjudant-chef d’une cinquantaine d’années, a été blessé à l’œil, mardi 15 octobre, pendant la manifestation à Paris. De retour ce matin à Pouilly-en-Auxois, il est chaleureusement accueilli par ses collègues.

À la fin de la manifestation demandant plus de moyens pour les Sapeurs-Pompiers, les 80 hommes du feu venu de Côte d’Or se dirigent vers leurs bus afin de rentrer. Une enfilade de cordons de CRS et de GM font refluer les pompiers, les parquent sur la place de la Nation et lancent une charge avec canons à eau, gaz lacrymogènes et grenades de désencerclement. Une des grenades de désencerclement éclate au niveau de la tête de Jean G. Il n’a pas le temps de se retourner et se prend un éclat dans l’oeil.

Mathieu Bréguand, président du syndicat Spp-pats 21, détaille le déroulé des événements :
« La manifestation se déroulait dans le calme. Il était environ 17h30 et nous étions sur la place de la Nation. Nous attendions les bus pour rentrer à Dijon, tout le monde était fatigué. Et puis d’un coup, ça s’est excité devant. On a subi un flot de grenades lacrymogènes. Mon collègue était à côté de moi, il a levé la tête et il a pris un éclat de grenade sur le casque. Il est tombé à terre tout de suite, on l’a soutenu et on a appelé les collègues pompiers de Paris. C’était la panique totale. Après, les collègues se sont un peu énervés. Mais à la base, on ne faisait rien, on attendait pour repartir. Aujourd’hui, nous en voulons aux personnes qui ont donné l’ordre de faire ça. »

Les pompiers son en colère contre les forces de l’ordre et contre ceux qui leur ont donné la consigne de faire dégénérer la fin de la manifestation. Et surtout contre le ministre de l’intérieur, de qui ils dépendent, et qu’ils considèrent comme un traitre.

Message de soutien :

Tes collègues pensent à toi.... Nous ne t’oublions pas..!!! Prompt rétablissement à notre collègue qui est hospitalisé...

Posted by Syndicat Autonome Spp-Pats 21 on Wednesday, October 16, 2019
A lire sur Facebook

Plusieurs des collègues sapeurs-pompiers de Jean G. ainsi que son épouse sont aller le chercher à Paris vendredi en fin d’après-midi. Une dizaine de pompiers se sont rassemblés vendredi soir sur le pont surplombant l’A6 au niveau du péage de Beaune Nord. Lorsque le véhicule de pompiers transportant Jean G. est passé, il a été honoré par applaudissements, fumigènes et cris de joie. Le rassemblement s’est ensuite déplacé au péage de Beaune sud afin d’accueillir leur collègue blessé.
Ce samedi matin, Jean G. a bien été accueilli par ses camarades lors de son arrivée à Pouilly-en-Auxois à grand renfort de banderole de soutien et de fumigènes.

Laurent Nunez, secrétaire d’État de Castaner, assume la répression et affirme qu’ils font très bien leur job en matière de maintien de l’ordre.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Violences policières

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

Fête de la musique aux jardins de l’avenue de Langres

Fête de la musique libre et pirate contre les violences policières Aux jardins libérés de l’avenue de Langres
Il y a un (...)

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.