Détournement de panneaux immobiliers pour alerter sur les terres menacées de bétonisation à Dijon

Ce samedi 17 avril, des Dijonnais.es rassemblé.e.s pour le troisième appel à agir contre la ré-intoxication du monde sont intervenus de façon concrète et visuelle en détournant les panneaux publicitaires de nombreux sites de projets immobiliers et zones d’activités économiques.

Notre action vise à interpeller les habitant.e.s de la métropole dijonnaise sur la destruction programmée de centaines d’hectares d’espaces naturels et cultivables, promise par le plan local d’urbanisme (PLUi-HD). (voir toutes les photos de l’action ici)

En nous référant aux données du document d’urbanisme, nous avons identifié et qualifié
32 sites de projets immobiliers et zones d’activités sur une carte des terres à défendre et un site internet pour alerter les habitant.e.s et les élu.es sur le danger que représente la bétonisation à outrance pour l’avenir.

Dans un contexte d’urgence climatique, le béton s’étend inexorablement sur nos sols au prix du sacrifice des terres nourricières. Les conséquences se font déjà concrètement sentir lors des canicules estivales, mais elles pourraient s’accentuer à moyen terme avec des risques de pénurie alimentaire sous nos latitudes. Ce que l’on sait moins : la consommation de ressources pour la construction a des impacts négatifs bien au-delà de nos frontières, notamment pour les populations de pays pauvres. Inégalités, pollution, destruction : les terres lancent un cri, pour la défense des sols menacés par l’urbanisation à Dijon et alentour.

JPEG - 246.2 ko

D’après le plan local d’urbanisme, 480 hectares d’espaces naturels et agricoles seront détruits dans les 10 prochaines années par l’urbanisation de la métropole dijonnaise. L’équivalent de 670 terrains de football  !

L’analyse des projets de construction révèle que Dijon Métropole prévoit 3 fois trop de nouveaux logements par rapport à la croissance démographique et que le rythme d’artificialisation des terres augmentera de plus de 60 % par rapport aux vingt ans passés.

Pour stopper cette fuite en avant destructrice et mortifère, nous appelons à l’abandon des programmes de logements et de zones d’activités consommateurs de terres naturelles et cultivables. La préservation de ces terres est une condition de la RESILIENCE de l’agglomération dijonnaise, pour le bien-être de ses habitants et pour le développement de son autonomie alimentaire.

Notre action s’inscrit dans la durée, avec des luttes en cours et d’autres à lancer. Nous exigeons des élu.e.s dijonnais.es qu’ils et elles s’impliquent « pour une alternative urbaine résiliente à Dijon » en poussant à l’abandon des programmes de construction, et nous incitons dès aujourd’hui les Dijonnais.e.s à défendre, par des actions concrètes, toutes les terres menacées de destruction.

Des Dijonnais.es rassemblé.e.s contre la ré-intoxication du monde

https://lecridesterres.noblogs.org

JPEG - 404.5 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Bétonisation

Garden State : une réalité moins verte qu’on voudrait nous le faire croire !

A longueur d’interviews ces dernières semaines, François Rebsamen, Nathalie Koenders et Thomas Ghitti vantent la qualité environnementale et les bienfaits pour le quartier du projet immobilier Garden State, tout en se contredisant et en entretenant le flou sur la véritable destination des espaces et les modalités de prise en compte de l’avis des riverains.
Alors, « À quoi va ressembler Garden State ? » : les Jardins de l’Engrenage décryptent la situation.

Les promoteurs arrivent, tenez bon !

Après le saccage des Jardins de l’Engrenage par les forces du Désordre, Kawa TV revient en image sur cette parcelle de terre, lieu de culture et de résistance au cœur de Dijon. 

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Le Préfet ment comme il respire pour justifier les violences de sa police !

« Le Préfet accuse donc les défenseurs des Jardins de l’Engrenage de violenter les forces de l’ordre, et même d’user des cocktails molotov ! [...] Aucun cocktail molotov n’a été utilisé ni préparé. Aucun policier n’a été blessé, même très légèrement.[...] Le Préfet ment comme il respire.[...] À l’Engrenage, la violence est policière et institutionnelle. »