[En images] Retour sur la manifestation contre l’extrême droite

500 personnes ont manifesté samedi 12 juin pour répondre à l’appel national contre l’extrême droite !

JPEG - 218.2 ko
JPEG - 168.7 ko
JPEG - 148.8 ko
JPEG - 204.6 ko
JPEG - 186.1 ko
JPEG - 160.9 ko
JPEG - 259.1 ko
JPEG - 114.2 ko
JPEG - 179 ko
JPEG - 72.9 ko
JPEG - 181.4 ko
JPEG - 151.5 ko
JPEG - 84.1 ko
JPEG - 134.5 ko
JPEG - 101.9 ko
JPEG - 212.1 ko
JPEG - 196.2 ko
JPEG - 101 ko
JPEG - 249.1 ko
JPEG - 157.5 ko
JPEG - 74.8 ko
JPEG - 284.6 ko
JPEG - 232.9 ko
JPEG - 192.9 ko
JPEG - 338.7 ko
JPEG - 342 ko
JPEG - 225.9 ko
JPEG - 164.4 ko
JPEG - 281.3 ko
JPEG - 154.6 ko
JPEG - 151.1 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Extrême-droite

À la Fraternité Saint-Pierre de Dijon, des soutiens pas (toujours) très catholiques

Par un communiqué paru le 17 mai dernier, Monseigneur Roland Minnerath a déclaré ne pas reconduire le ministère de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre (FSSP). Au sein du Diocèse de Dijon, la nouvelle a fait l’effet d’une bombe. Officiellement, les parties communiquent sur un litige d’ordre purement organisationnel et pratique. Mais d’autres sources affirment que les connivences entre traditionalistes et extrême-droite radicale auraient également pesé. Il s’avère en effet que nationalistes, royalistes, et autres néonazis, apparaissent très présents de ce côté là du Tout-Puissant.

Militant d’extrême-droite jugé à Dijon : « Vous l’avez laissé pour mort »

Jeudi 20 mai au TGI de Dijon, deux prévenus comparaissaient pour des violences qualifiées d’inouïes. Après trois renvois dont l’un pour une « perte du dossier », les parties civiles ont enfin pu exprimer leur désarroi et obtenir réparation. Eddy M. et Julie D. ont été reconnus coupables, lourdement condamnés malgré l’absence d’antécédents. Une audience qui fait écho aux convictions extrémistes du principal accusé, bien qu’elles n’aient pas émergé durant les poursuites. Car cette caractéristique pourrait être une clé, et nourrir d’autres affaires à ce jour sans suites.