[En images] Retour sur la matinée d’affrontement du 23 avril aux Jardins de l’Engrenage

Vendredi 23 avril, pour la quatrième matinée consécutive, les policiers intervenaient sur les Jardins de l’Engrenage pour permettre aux machines de continuer leurs destructions.

L’intervention de la police nationale qui débuta aux alentours de 8 heure du matin s’est finalement conclue vers midi par le retrait du chantier de l’entreprise Pennequin. Une petite victoire pour les millitant·es écologistes sur place, après quatres jours passés sous les gazs lacrimogènes.

JPEG - 808 ko
JPEG - 908.6 ko
JPEG - 364 ko
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 1.3 Mo
JPEG - 980.1 ko
JPEG - 911 ko
JPEG - 840.6 ko
JPEG - 770.4 ko
JPEG - 831.8 ko
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 971 ko
JPEG - 837.2 ko
JPEG - 609.2 ko
JPEG - 1.1 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Garden State : une réalité moins verte qu’on voudrait nous le faire croire !

A longueur d’interviews ces dernières semaines, François Rebsamen, Nathalie Koenders et Thomas Ghitti vantent la qualité environnementale et les bienfaits pour le quartier du projet immobilier Garden State, tout en se contredisant et en entretenant le flou sur la véritable destination des espaces et les modalités de prise en compte de l’avis des riverains.
Alors, « À quoi va ressembler Garden State ? » : les Jardins de l’Engrenage décryptent la situation.

Le Préfet ment comme il respire pour justifier les violences de sa police !

« Le Préfet accuse donc les défenseurs des Jardins de l’Engrenage de violenter les forces de l’ordre, et même d’user des cocktails molotov ! [...] Aucun cocktail molotov n’a été utilisé ni préparé. Aucun policier n’a été blessé, même très légèrement.[...] Le Préfet ment comme il respire.[...] À l’Engrenage, la violence est policière et institutionnelle. »

Articles de la même thématique : Défense des jardins de l’Engrenage

#25 Une semaine à l’Engrenage

Où il est question de la destruction de bonnes terres par des abrutis et de la résistance courageuse des jardinièr·es.