Ikea Dijon : « Derrière les valeurs affichées, les salariés subissent les mêmes pressions managériales qu’ailleurs »

Ce samedi 21 juillet, les salariés de l’enseigne Ikea Dijon étaient invités par leurs sections CGT et CFDT à se mobiliser. En cause, le licenciement brutal d’un de leur collègues, et le durcissement des méthodes de management.

« Pressions au travail », « diktat du chiffre », « sanctions de plus en plus lourdes », les délégués syndicaux CGT et CFDT de l’enseigne Ikea de Dijon sont inquiets. Ce samedi 21 juillet, depuis 5h30, heure d’arrivée des employés de la logistique, et pour pour toute la journée de travail, une petite dizaine de salariés se sont installés sur le côté de leur magasin, là où leurs collègues se retrouvent pour fumer ou boire un café pendant leurs pauses. Ils ont décidé de débrayer pour informer leurs collègues et discuter avec eux de leurs conditions de travail. Sur leur tract s’affiche en gros « Je suis Olivier », du nom d’un de leur collègue, employé à la logisitque et licencié brutalement deux jours plus tôt.

« Ce n’est pas seulement en soutien au collègue, mais pour appuyer des revendications collectives » nous explique Fabien Zalma, délégué CFDT du magasin. En cause, un durcissement du management qui met les employés sous pression. « Le chiffre d’affaire mensuel à réaliser est affiché dans les locaux » nous explique-t-on, et des employés se voient reprocher le trop grand nombre d’heures dans leur service. Aucun moyen supplémentaire n’étant débloqué, les salariés doivent travailler dans un climat tendu, favorisant les erreurs comme celle qui vient de coûter son poste à leur collègue.
« Derrière les valeurs affichées de convivialité, de famille, les salariés subissent les mêmes pressions managériales que dans n’importe quelle enseigne de grande distribution ». Les employés mobilisés demandent demandent à la direction de prendre des mesures concrètes pour restaurer une ambiance sereine au travail. « Nous avons rencontré la directrice, mais ça n’a débouché sur rien de concret, seulement des changement de communication. »

Les délégués envisagent la suite sereinement « on va se concerter, cette journée nous a permis de rencontrer plein d’autres salariés qui nous ont exposé leurs problèmes. » Au plus fort de la journée une vingtaine de salariés ont été réunis devant le magasin, et une centaine de tracts ont été distribués, une réussité si l’on prend en compte les personnes en repos, et le climat de peur des représailles contre les employés mobilisés. « On espère que cela suffira à faire bouger la direction, même si ca n’en a pas l’air pour le moment ».


P.-S.


Articles de la même thématique : Syndicalisme

Grève et rassemblement des employé·es de La Poste mardi 18 mai

« Les postiers exigent avant toute chose, les moyens de bien faire leur travail pour assurer un service public postal de qualité, des emplois stables et qualifiés, plus de reconnaissance à travers les salaires ainsi que la prise en compte de leurs qualifications, des droits et garanties de haut niveau et plus de démocratie dans l’entreprise ». Rassemblement le 18 mai à 10h devant la Direction, 15bd de Brosses à Dijon.

Les infirmier·es anesthésistes manifesteront devant l’ARS lundi 17 mai

Lundi 17 mai, les infirmier·es anesthésistes diplômés d’État (IADE) seront en grève pour obtenir une meilleure reconnaissance de leur travail. Les IADE réclament notamment une revalorisation salariale équivalente à celle des autres métiers de l’hôpital. À Dijon rassemblement devant les locaux de l’ARS à 9h30.

Verdict le 25 mai pour MBF Aluminium à Saint-Claude

Le 27 avril au tribunal de commerce de Dijon, la mobilisation des salariés de la fonderie de MBF Aluminium, sous-traitante automobile basée à Saint-Claude dans le Jura a permis d’ouvrir des perspectives de reprise. C’est le mardi 25 mai que sera rendue la décision après l’étude des deux projets de reprise de l’activité. L’entreprise compte environ 280 salariés et les principaux clients sont PSA pour 75% et Renault 20% du chiffre d’affaires.