Jérôme Laronze : 4 ans déjà !


Saône-et-Loire

Le 20 mai 2017 Jérôme Laronze, paysan éleveur de 37 ans était abattu par un gendarme, de 3 balles, une sur le côté et deux dans le dos. 4 ans après les faits, la procédure n’avance pas ! C’est pourquoi nous nous rassemblerons devant le palais de justice de Châlon-sur-Saône à 16h30 le jeudi 20 mai 2021 pour exiger Justice et Vérité pour Jérôme Laronze !

Justice où es-tu ?

Le 20 mai 2017 Jérôme Laronze, paysan éleveur de 37 ans était abattu par un gendarme, de 3 balles, une sur le côté et deux dans le dos.
Jérôme, qui protestait contre l’empilement des normes et démarches administratives sur les fermes, avait déjà subi en 3 ans plusieurs contrôles de la DDPP avec des gendarmes armés qui s’étaient mal passés (mort de plusieurs de ses bovins...).
Le Tribunal Administratif (TA) de Dijon a déclaré le 28 février 2020 que les contrôles vétérinaires subis par Jérôme en 2015 et 2016, tous en présence des gendarmes étaient irréguliers et nuls, pour violation de son domicile et de ses droits fondamentaux... alors même qu’ils avaient fondé la condamnation pénale de l’éleveur ! Le TA reconnaît les abus répétés commis contre Jérôme par des agents de l’État (DDPP de Mâcon), avec la complicité des gendarmes de Cluny, qui l’ont pourchassé pendant neuf jours et l’ont abattu....
Jérôme Laronze a été victime de violences de la part d’agents de l’Etat, et non l’inverse !!!

4 ans plus tard où en sommes-nous ?

Le gendarme qui a tué Jérôme a été mis en examen - mais il est toujours gendarme !
Et la procédure n’avance pas... même si l’instruction a enregistré les plaintes de la famille.
4 ans c’est très long et nous sommes inquiets de la lenteur de l’instruction.
De plus, les principaux actes d’enquête sont confiés à d’autres gendarmes, dont la neutralité est impossible ! Toutes les victimes de violences policières dénoncent un cousinage malsain dans ces dossiers entre justice et police.
Nous attendons un procès et un jugement, actes indispensables pour aider la famille à faire son deuil, comme pour l’idée même de justice !
C’est pourquoi nous nous rassemblerons devant le palais de justice de Châlon-sur-Saône à 16h30 le jeudi 20 mai 2021 pour exiger Justice et Vérité pour Jérôme Laronze !
Nous ne lâcherons RIEN !

Signataires : Justice et Vérité pour Jérôme Laronze (comite-jerome-laronze[at]riseup.net), comité régional Ligue des Droits de l’Homme Bourgogne, Confédération paysanne 71, ACAT Chalon-sur-Saône, ATTAC Saône-et-Loire, GIE Zone Verte, Solidarité Paysans BFC groupe 71



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Justice

Et c’est qui (encore) les malfaiteur-euses ?

Les 28, 29 et 30 novembre prochains, la cour d’appel de Nancy jugera de nouveau nos sept camarades accusé·es – entre autres – d’association de malfaiteurs. Nous appelons à se saisir de cette date pour s’opposer, partout où c’est possible, à la relance du nucléaire, à l’imposition du projet Cigéo et à la répression des luttes.

Bilan de la répression et défense collective à Sainte Soline

« Pas moins de 7 hélicoptère et plus de 1700 FDO, un dispositif dont le coût est estimé à plus d’un million d’euros. », « une soixantaine de [manifestant·es] blessé·es dont 6 hospitalisé·es », 4 personnes placées en garde à vue", une personne arrêtée sur son lit d’hôpital... retour sur la répression des manifestations anti-bassines.

Articles de la même thématique : Police

[Besançon] Une « free party » interrompue par la police

Cent-cinquante personnes s’étaient retrouvées aux Près-de-Vaux ce week-end, autour de musiques électroniques et alternatives. Une occupation maîtrisée mais illégale de l’espace public, ayant conduit les services de police à intervenir pour stopper la fête.