« La possibilité du fascisme » - rencontre avec l’auteur : Ugo Palheta

Jeudi 11 avril, le sociologue Ugo Palheta sera à Dijon pour présenter “La possibilité du fascisme – France, la trajectoire du désastre”, son ouvrage récemment paru aux éditions La Découverte.
Il sera sur le campus universitaire en début d’après-midi et au Black Market en début de soirée.

JPEG - 196.5 ko

Le 11 avril nous accueillons Ugo Palheta, sociologue, université de Lille, pour la présentation de son ouvrage :
« La Possibilité du Fascisme.
France, la trajectoire du désastre »
La découverte, 2018

A 14h, amphithéâtre Bianquis, extension du bâtiment Droit-Lettres, esplanade Erasme, Université de Bourgogne.
Si le sujet vous intéresse et que vous ne pouvez être disponible pour ce rendez-vous, Ugo Palheta interviendra le même jour, à 19h, au BlackMarket, rue Berbisey.

Voici la 4e de couverture de l’ouvrage :
Mouvement réactionnaire de masse contre l’égalité des droits ; migrants enlevés, tabassés et laissés pour mort par des milices à Calais ; large diffusion de thèses réactionnaires, xénophobes et islamophobes ; intensification du quadrillage répressif des quartiers populaires et violences policières impunies ; manifestations interdites et criminalisation croissante de toute contestation ; scores inégalés du Front national à toutes les élections depuis 2012. Sous des formes disparates et encore embryonnaires, mais dont la seule énumération dit le pourrissement actuel de la politique, c’est le fascisme qui fait retour.
Et celui-ci s’annonce non comme une hypothèse abstraite mais comme une possibilité concrète. Pourtant, la possibilité du fascisme est généralement balayée d’un revers de main par les commentateurs : comment la République française, patrie autoproclamée des droits de l’homme, pourrait-elle engendrer le monstre fasciste ? La France ne s’est-elle pas montrée « allergique » au fascisme tout au long du XXe siècle, comme le prétendent certains historiens français ? Le Front national n’a-t-il pas renoncé au projet ultranationaliste, raciste et autoritaire qui le caractérisait depuis sa création ? N’assiste-t-on pas au renouveau du capitalisme français sous les auspices d’un jeune président réalisant enfin les « réformes » prétendument nécessaires ?
C’est à démonter ces fausses évidences que s’attache ce livre, scrutant ainsi la trajectoire d’un désastre possible, enraciné dans la triple offensive – néolibérale, autoritaire et raciste – dont Emmanuel Macron est la parfaite incarnation, mais un désastre résistible, pour peu que le danger soit reconnu à temps et qu’émerge un nouvel antifascisme, capable de mener de front le combat contre l’extrême droite et celui contre les politiques destructrices qui favorisent son ascension.


Voir en ligne : « La possibilité du fascisme » - présentation par l’auteur : Ugo Palheta


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Antifascisme

Le verre à moitié plein !

Retour rapide et subjectif du groupe anarchiste dijonnais La Mistoufle à propos de la manifestation antiraciste du 12 juin dernier.

RN, « parti du peuple », vraiment ?

A l’approche des élections, le RN (qui restera à jamais pour nous le FHaine ) tente de se donner une image respectable voir anti-système. Nous dénonçons cette mascarade, et nous rappelons aux électeurs ou électrices qui seraient tenté.es de voter pour ces néo-fascistes qu’ils ne seront jamais du côté des classes les plus populaires !

Articles de la même thématique : Fascisme

Militant d’extrême-droite jugé à Dijon : « Vous l’avez laissé pour mort »

Jeudi 20 mai au TGI de Dijon, deux prévenus comparaissaient pour des violences qualifiées d’inouïes. Après trois renvois dont l’un pour une « perte du dossier », les parties civiles ont enfin pu exprimer leur désarroi et obtenir réparation. Eddy M. et Julie D. ont été reconnus coupables, lourdement condamnés malgré l’absence d’antécédents. Une audience qui fait écho aux convictions extrémistes du principal accusé, bien qu’elles n’aient pas émergé durant les poursuites. Car cette caractéristique pourrait être une clé, et nourrir d’autres affaires à ce jour sans suites.