Le 22 juin 1911 : écrasement de la commune libertaire de « Tierra y Libertad » au Mexique

Tierraylibertad. Un ami avait scandé ce nom alors qu’on cherchait comment nommer la mailing list des Lentillères. Waouh , quelle référence chargée d’histoire pour ce potager collectif qu’on commence à peine..

Dans le cadre de la Révolution Mexicaine, et plus spécifiquement des luttes de réappropriation des terres engagées par les peuples indigènes contre les grands propriétaires, l’année 1911 fait date. Sous le mot d’ordre de Ricardo Florès Magon : « Tierra y Libertad », une commune libertaire est proclamée en début d’année en Basse Californie, et expérimentera ses principes pendant cinq mois, avant d’être attaquée par l’armée mexicaine de Porfirio Díaz et l’armée américaine, puis définitivement écrasée le 22 juin 1911.

Cette commune s’inscrivit dans les luttes menées par les peuples indigènes au Mexique pour se réapproprier les terres volées par les grands propriétaires, cette commune reprenait le mot d’ordre de Ricardo Florès Magon : « Tierra y Libertad ».

Il faut, donc, aller droit au but : prendre la terre et les instruments de travail pour qu’ils soient à tous. Et il faut comprendre aussi, qu’aucun gouvernement ne pourra accomplir ce miracle, parce que les gouvernements sont les représentants de la bourgeoisie. Nous devons, nous les déshérités, prendre possession de ce qui nous appartient, au moyen de la force.
(Regeneracion du 15 avril 1911)


Voir en ligne : Le 22 juin 1911 : écrasement de la commune libertaire de « Tierra y Libertad » au Mexique


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes paysannes

Journée internationale des luttes paysannes : le 17 avril, ne restons pas en silence !

Le 17 avril est la journée internationale des luttes paysannes, à l’appel de la Via Campesina. Cette année, pas d’actions locales ou de rassemblements, mais un appel, même chez soi, à ne pas rester en silence.

Il y a dix ans, une manifestation lançait l’occupation des Lentillères

« J’ai 10 ans » ! Plongée dans les archives de cette tumultueuse première décennie et particulièrement sur la date anniversaire. Par ces temps de confinement, on vous emmène en ballade dans les archives du média militant local de l’époque - Brassicanigra - avec des articles, des photos et aussi des vidéos glannées sur le web.

Soirée autour du projet « Semences buissonnières »

Alors que la plupart des semences commercialisées sont brevetées et non-reproductibles, certains irréductibles produisent des semences libres. Celles-ci permettent de faire un pied-de-nez à l’agro-industrie et d’enclencher une réappropriation de nos existences.

Articles de la même thématique : Chiapas

La Gazette des confiné·es #9 - Science, peurs et épandages

Comment se réapproprier la science, la lutte contre l’épidémie, mais aussi nos émotions ? Et que penser de la sortie du confinement ? Nécessaire ou irresponsable ? La gazette vous donne les dernières nouvelles sur l’épandage des pesticides et l’international, tout en invitant à la réflexion collective.

Communiqué de l’EZLN face à la menace du coronavirus

Face au coronavirus l’Armée Zapatiste de Libération Nationale ferme les Caracoles, appelle à ne pas abandonner la lutte et « à ne pas perdre le contact humain, mais à changer temporairement nos façons de faire pour nous reconnaître compañeras, compañeros, compañeroas, hermanas, hermanos, hermanoas. ». (16 mars 2020)

Lettre à celles et ceux « qui ne sont rien », depuis le Chiapas rebelle

Lettre de Jerôme bachet depuis les territoires Zapatistes, en soutien au soulèvement des gilets jaunes et des colères de toutes les couleurs.