Sur les murs des Lentillères... la mandragore

Une nouvelle fresque a vu le jour au quartier des Lentillères, juste après sa fête de printemps. L’énergie de ces 4 jours de fête a dynamisé les cultures, et une mandragore géante s’est installée sur le mur qui jouxte la serre à plants du jardin des maraîchères. Visite guidée.

La copine qui a peint cette fresque, c’est Tata, on l’a rencontrée à Errekaleor, un quartier occupé à Gazteiz, au Pays Basque, alors qu’elle peignait une grande fresque sur des femmes amazoniennes. On s’était rencontré, on lui avait parlé du quartier, de la fête de printemps, que ce serait chouette qu’elle vienne nous visiter, avec d’autres du quartier bien sûr... alors elles sont venues.

A l’occasion du vernissage qui prenait forme avec le 1er marché de la saison, un marché aux plants, Tata nous a fait part de son histoire avec la mandragore, cette plante millénaire très connue par différents peuples indo-européens et méditerranéens pour ses vertus liées à la procréation.

Lors de son premier hiver dans le froid européen, à Errekaleor, son attention avait été captée par les deux uniques pieds d’une même variété de plante qui gardaient l’éclat vert vif du printemps, malgré la neige. Quelqu’un lui avait alors expliqué que c’étaient des mandragores. Depuis, elle a lu plusieurs livres et références sur cette plante perçue comme magique et dangereuse par certaines cultures (on la retrouve dans « Le Labyrinthe du Faune », par exemple). Ses propriétés médicinales et hallucinogènes deviennent toxiques, voire mortelles au delà d’une certaine dose.

« J’avais en tête de faire un jour une fresque sur le sujet, et en arrivant ici, et en voyant la nature débordante, la procréation des plants et l’espace ouvert à la création j’ai su que c’était ici que je voulais le faire. J’ai été inspiré par les gens du quartier et leur préoccupation pour des sujets comme la nature et l’environnement ».

On peut aussi observer ses racines anthropomorphes qui renforcent son caractère mystique. Pour pouvoir l’apprécier, par contre, la croyance dit qu’il faut suivre certaines précautions avant de la déterrer, si on ne veut ne pas attirer le mauvais œil.

JPEG - 1 Mo

C’est une plante qui a toujours été associeé aux femmes, pour ses pouvoirs de fertilité. Aussi les femmes initiées l’utilisaient dans certains rituels ; comme des onguents qui permettraient de rentrer dans des états de conscience altérée et de « voler » . C’est une des raisons pour lesquelles elles étaient considérées comme des sorcières.

À droite de la mandragore, sur la peinture il y a plusieurs oiseaux qui volent vers l’eau, une référence à ces femmes, ainsi qu’à la capacité des oiseaux de transporter des graines parfois sur de longues distances et de contribuer à la propagation des plants.

JPEG - 1 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Contre-culture

Free party de Lieuron : « Nous, associations de réduction des risques, soutenons Techno+ »

Nous, associations de réduction des risques, apportons notre soutien sans réserve à l’association Techno+, victime d’une campagne de désinformation et de dénigrement.
En ce début d’année et alors que les hésitations du gouvernement sur la gestion de la crise sanitaire s’accumulent et que la campagne de vaccination piétine, c’est sur la free-party de Lieuron que s’est jeté un acharnement médiatique et politique frôlant la chasse aux sorcières.

Des enfants qui apprennent sans école.

Des enfants qui apprennent sans école cela nous paraît fou-dingue, nous avons peine à l’imaginer. Aurions-nous oublié que l’être humain est une bestiole extraordinaire conçue physiologiquement et biologiquement pour apprendre perpétuellement ? Et/ou peut être que l’enfant est un être humain...

The Chomeuse go on // Lutter par l’image

Face au matraquage de la pub et des médias, notre collectif « THE CHOMEUSE GO ON » essaie de contribuer à un imaginaire populaire et engagé. Pour cela, nous proposons sur notre site une série de créations.

Articles de la même thématique : Tags - Graffs - Street art

Errance Urbaine #18 - Automne-hiver 2020

L’actualité vue par les rues de Dijon et alentours ces derniers mois. Au programme : du béton, du féminisme, des fachos et des manifs contre la surveillance et l’impunité policière.

Errance Urbaine #17 - Printemps-été 2020

Après plusieurs mois d’absence, la chronique des errances urbaines est de retour. Au programme : mouvement Black lives matter, assassinats politiques, clitoris, rixes aux Grésilles, et toujours de la bétonisation et de la très légitime haine anti-flics.

L’agit-prop de la pandémie

Affiches, autocollants et graffitis du monde entier, une liste d’œuvres d’art et de messages militants qui sont venus redécorer les rues désertes de nos villes en ces temps de crise sanitaire liée au Covid-19. Autant de messages passionnés qui prouvent que, plus que jamais, il n’y aura pas de retour à la normale.