Les Lentillères attaquent le PLUI

Le 25 novembre le maire déclarait en conseil municipal abandonner la bétonnisation des terres mais le 19 décembre c’est le nouveau PLUI-HD qui était voté en classant ces terres en zone à urbaniser. Vendredi 7 février, les Lentillères appellent à un rassemblement pour déposer collectivement un recours à l’encontre du document de planification auprès du Tribunal Administratif de Dijon.

Le 25 novembre 2019, au terme de presque 10 années de lutte de la part des usagèr.e.s du Quartier Libre des Lentilleres et de leurs soutiens, le Maire annoncait l’abandon de la phase 2 du projet d’éco-quartier et interdisait l’urbanisation de ces précieuses terres maraîchères occupées.Le 19 décembre dernier, la métropole votait le nouveau PLUI-HD dans lequel le Quartier Libre des Lentillères reste pour l’instant classé comme Zone A Urbaniser (ZAU). Ceci laisse la possibilité d’un retour en arrière. Rien ne garantit qu’un nouveau projet de bétonisation ne soit, un jour, relancé.

Dijon-Métropole se vante de participer à la préservation des terres agricoles et d’espaces « hybrides » (ni ville, ni campagne). Mais comment pourrait-on croire en ces déclarations d’intentions et confier l’avenir de ces terres à une municipalité qui les a menacées pendant 10 années et menace toujours d’en urbaniser d’autres en périphérie de la ville ? Si ce site de biodiversité et de pratiques d’écologies sociales existe encore aujourd’hui c’est parce que le Quartier Libre des Lentillères a su le préserver, en prendre soin et le défendre contre les logiques d’aménagement.Nous y avons réinventé de nouvelles formes d’habiter la ville, et d’y cultiver les terres avec toujours le souci de préserver un lien étroit avec notre environnement. Le PLUI tel qu’il est actuellement rédigé n’intègre pas cet existant.De plus, aucune forme actuelle du PLUI ne reconnait l’entremêlement des usages qui caractérise désormais ce territoire : jardinage et maraîchage, activités culturelles et sociales, habitat, réserve de biodiversité,…

Pour ces deux raisons nous déposons un recours à l’encontre du document de planification auprès du Tribunal Administratif de Dijon le vendredi 7 février. Cette hétérogénéité d’usages reliés pourrait se voir mise en danger demain par un zonage uniformisant.
Nous exigeons donc que les menaces sur ces terres et ses usagèr.e.s soient formellement levées, c’est à dire :

  • d’acter l’abandon de la phase 2 du projet d’éco-quartier,
  • de déclasser le zonage attribué à ce Quartier,
  • de prendre en considération l’existant qui s’invente et se construit quotidiennement depuis 10 ans sur ce territoire auquel sont lié.es de nombreux.ses dijonnais.e.s.

Pour préserver les usages et les formes d’organisation collective propres au Quartier Libre des Lentillères, le droit doit se réinventer afin d’être à la hauteur des enjeux de notre époque.

Nous nous inscrivons dans un mouvement plus large qui propose d’autres manières d’habiter les territoires.

Parallèlement au dépôt de ce recours nous travaillons à l’élaboration d’une nouvelle proposition dont nous soumettrons les grandes lignes lors du rassemblement qui nous mènera devant le tribunal administratif.

Rassemblement devant Dijon Metropole, Avenue du Drapeau, le Vendredi 7 février 2020 à 14h.

PNG - 561.7 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Bétonisation

[Besançon] Le GEEC s’installe aux Vaîtes (Groupe des Epouvantails En Colère)

Ce mardi 17 novembre, jour de l’appel à une deuxième vague d’action contre la réintoxication du monde, l’association Les Jardins des Vaîtes, a appelé jardinièr·es et ami·es des Jardins des Vaîtes à déposer banderoles et épouvantails aux Vaîtes. Une occasion de réaffirmer notre volonté de préserver ce poumon vert en coeur de ville, avec ses jardins, ses zones humides, ses habitant·es humains et non humains.

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Résumé d’un arpentage de « Rage de Camp »

L’arpentage est une méthode de lecture collective issue de la culture ouvrière. À la Zad du Carnet, nous avons arpenté ce 30 octobre le livre « Rage de Camp » qui fait un retour d’expérience sur l’organisation d’un campement autogéré, anticapitaliste et anti-autoritaire. Un livre utile pour celleux qui veulent s’organiser sur une Zad !

Appel contre la réintoxication du monde II

Après la vague d’actions du 17 juin initiées depuis Notre-Dame-des-Landes, une seconde devait avoir lieu le 17 novembre, elle est reportée au 17 du mois qui succèdera au confinement.

Jardins de l’Engrenage - les légumes et les arbres sont enracinés, ils ne partiront pas

La décision du tribunal de Dijon a acté l’expulsabilité des terres occupées par les Jardins de l’Engrenage à partir de la date du 20 novembre. La maison n’est pas concernée par cette décision. Malgré les titres réducteurs et racoleurs de la presse locale qui laissent à penser que l’affaire est pliée, les légumes poussent, les jardinier.e.s jardinent et les promeneurs se promènent !