Les lentilleres courent toujours : Recit de la Manif’ du samedi 12 octobre

Et comme la banderole en tête disait, les Lentillères ont couru par le centre de Dijon.

C’était une manif tranquille et drôle, une manif’ en mouvement avec des marionnettes de carton qui volaient sur les têtes des manifestantes : oiseaux, limasses, caravanes, wagons,... des marques des Lentillères qui coloraient la journée.

La manif’ a commencé soleilleuse, sur la place Notre-Dame, avec des touristes qui nous photographiaient et une petite pièce de théâtre jouée par des membres d’Attac et des gilets jaunes (une sorte de quizz sur les multinationales, animé par « Julien Lepercepteur »).

JPEG - 3.2 Mo

On a commencé à marcher vers le marché. Entre les gens que faisaient leurs courses, on marchait à l’intérieur du marché au cri de « François Rebsamen, c’est les Lentillères, on vient défendre nos terres » et « On préfère le marché des Lentillères » en référence au marché hebdomadaire des Lentillères à prix-libre qu’on peut kiffer chaque jeudi de 17h à 19h.

Aux alentours du marché, dans une rue avec des cafés, on a eu la chance de faire coucou au candidat de la droite Emmanuel Bichot pour les élections de Dijon, il prenait du confetti dans son verre de vin blanc Bourgeoisignon.

JPEG - 2.9 Mo

Nous parcourons le centre, différentes rues, avec des masques de tissus colorés, faits à la main, en chantant au mégaphone des reprises de tubes aux paroles pro-Lentillères.

JPEG - 81.1 ko

En arrivant à la place de la Lib’ le chorus unisson a été « SO- SO- SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE KURDE », la banderole qui proclame ce message est restée attachée aux poutres de la mairie et le sound system à vélo nous a fait danser en folie.

JPEG - 3 Mo
JPEG - 2.9 Mo

En montant la rue de la lib’ la marque de la manif’ restait partout : autocollants du Quartier Libre Des Lentillères, message anticapitalistes sur les banques, tout dans un calme et une joyeuseté collective, en courant au cri de « Les Lentillères courent toujours ».

JPEG - 3.5 Mo

Après la place Darcy, la manif’ s’est finit Place de la République avec des délicieux sandwich préparés par les Lentillères, le soleil se cachait derrière des nuages et la pluie s’imposait, en nous faisant sentir la marque des Lentillères : un mix de pluie et de soleil qui donne des fruits aux jardins et la persévérance des jardinières qui cultivent aussi avec la pluie sur les épaules.

Nous aussi on continuera à se manifester par tous les temps pour arracher les derniers terres agricoles au monstre du béton.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Bétonisation

[Besançon] Le GEEC s’installe aux Vaîtes (Groupe des Epouvantails En Colère)

Ce mardi 17 novembre, jour de l’appel à une deuxième vague d’action contre la réintoxication du monde, l’association Les Jardins des Vaîtes, a appelé jardinièr·es et ami·es des Jardins des Vaîtes à déposer banderoles et épouvantails aux Vaîtes. Une occasion de réaffirmer notre volonté de préserver ce poumon vert en coeur de ville, avec ses jardins, ses zones humides, ses habitant·es humains et non humains.

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Résumé d’un arpentage de « Rage de Camp »

L’arpentage est une méthode de lecture collective issue de la culture ouvrière. À la Zad du Carnet, nous avons arpenté ce 30 octobre le livre « Rage de Camp » qui fait un retour d’expérience sur l’organisation d’un campement autogéré, anticapitaliste et anti-autoritaire. Un livre utile pour celleux qui veulent s’organiser sur une Zad !

Appel contre la réintoxication du monde II

Après la vague d’actions du 17 juin initiées depuis Notre-Dame-des-Landes, une seconde devait avoir lieu le 17 novembre, elle est reportée au 17 du mois qui succèdera au confinement.

Jardins de l’Engrenage - les légumes et les arbres sont enracinés, ils ne partiront pas

La décision du tribunal de Dijon a acté l’expulsabilité des terres occupées par les Jardins de l’Engrenage à partir de la date du 20 novembre. La maison n’est pas concernée par cette décision. Malgré les titres réducteurs et racoleurs de la presse locale qui laissent à penser que l’affaire est pliée, les légumes poussent, les jardinier.e.s jardinent et les promeneurs se promènent !