[Mâcon] Climat émeutier dans les quartiers

Les forces de l’ordre se sont faites ambiancer pour le deuxième week-end consécutif dans certains quartiers de Mâcon.

Le tir de feux d’artifices (ou « tir de mortier » tel que qualifié de manière tendancieuse par la presse) semble revenir en force ces derniers temps dans les quartiers populaires de diverses villes françaises. En Bourgogne, c’est Mâcon qui est à l’honneur depuis 2 week-ends. Dans la nuit du 14 au 15 novembre, le quartier dit des Saugeraies voyait quelques véhicules partir en fumée, un bus être caillassé, et les équipes de police reçues à coup de feux d’artifice. Le samedi 21 novembre dernier, les troubles se sont étendus à trois autres quartiers (Marbé, La Chamaye, les Blanchettes) avec un mode opératoire comparable : incendies de véhicules puis feux d’artifice.
Si la presse locale s’est empressée de dénoncer le début d’incendie d’une école dans le quartier Marbé, on préférera s’interroger sur le contexte qui suscite une résurgence de ces surgissements urbains. Il se pourrait, pour le cas de Mâcon, que les festivités du week-end du 14 novembre fassent suite à une opération de police ayant eu lieu dans les divers quartiers populaires de la ville le jeudi précédent et qui, sous couvert de quelques maigres saisies de drogue, était visiblement destinée à faire respecter le confinement.
Plus tôt en novembre, on recensait des affrontements du même type à Montceau-les-Mines, avec une cause similaire : réagir aux contrôles liées aux mesures de confinement.
Pour Dijon, il faut déjà remonter au 22 octobre pour des événements similaires aux Grésilles.

Jusqu’où ira la traînée de poudre ?



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Apartheid social

Des enfants qui apprennent sans école.

Des enfants qui apprennent sans école cela nous paraît fou-dingue, nous avons peine à l’imaginer. Aurions-nous oublié que l’être humain est une bestiole extraordinaire conçue physiologiquement et biologiquement pour apprendre perpétuellement ? Et/ou peut être que l’enfant est un être humain...

[Brochures] Pour Zyed, Bouna, Rémi et les autres : ni oubli ni pardon !

Super-bulletin n°45 d’infokiosques.net (novembre 2020).
« Parce que pour tous les assassinats policiers, il n’y aura ni oubli ni pardon, parce que les luttes passées peuvent inspirer les luttes présentes et à venir, nous avons publié récemment sur infokiosques.net deux »vieilles« brochures revenant sur la révolte incendiaire d’octobre-décembre 2005. »

Solidarité avec les habitant·es des Grésilles

Poubelles incendiées, voitures dégradées, tirs de coups de feu, armes lourdes, les images circulent abondamment et attisent tous les fantasmes. En plein mouvement contre le racisme et les violences policières, c’est l’actualité idéale pour brouiller les cartes, redorer le blason de la police et raviver le racisme envers les habitant·es de certains quartiers comme celui des Grésilles.

Articles de la même thématique : Émeute

Portland, 75e jour de soulèvement

Gwenola Ricordeau témoigne de ce qu’elle a pu observer entre le 27 et le 29 juillet à Portland, où la révolte est continue depuis l’assassinat de George Floyd par la police.

[BFC] Un 14 juillet haut en couleurs

Malgré les restrictions, les feux d’artifices ont été au rendez-vous pour ce 14 juillet. Et c’est la police qui en a fait les frais.

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.