[Mâcon] Climat émeutier dans les quartiers


Saône-et-Loire

Les forces de l’ordre se sont faites ambiancer pour le deuxième week-end consécutif dans certains quartiers de Mâcon.

Le tir de feux d’artifices (ou « tir de mortier » tel que qualifié de manière tendancieuse par la presse) semble revenir en force ces derniers temps dans les quartiers populaires de diverses villes françaises. En Bourgogne, c’est Mâcon qui est à l’honneur depuis 2 week-ends. Dans la nuit du 14 au 15 novembre, le quartier dit des Saugeraies voyait quelques véhicules partir en fumée, un bus être caillassé, et les équipes de police reçues à coup de feux d’artifice. Le samedi 21 novembre dernier, les troubles se sont étendus à trois autres quartiers (Marbé, La Chamaye, les Blanchettes) avec un mode opératoire comparable : incendies de véhicules puis feux d’artifice.
Si la presse locale s’est empressée de dénoncer le début d’incendie d’une école dans le quartier Marbé, on préférera s’interroger sur le contexte qui suscite une résurgence de ces surgissements urbains. Il se pourrait, pour le cas de Mâcon, que les festivités du week-end du 14 novembre fassent suite à une opération de police ayant eu lieu dans les divers quartiers populaires de la ville le jeudi précédent et qui, sous couvert de quelques maigres saisies de drogue, était visiblement destinée à faire respecter le confinement.
Plus tôt en novembre, on recensait des affrontements du même type à Montceau-les-Mines, avec une cause similaire : réagir aux contrôles liées aux mesures de confinement.
Pour Dijon, il faut déjà remonter au 22 octobre pour des événements similaires aux Grésilles.

Jusqu’où ira la traînée de poudre ?



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Banlieues, quartiers populaires

Articles de la même thématique : Émeute

Tout n’est pas mort

1er mai 2022. A peu de choses près, on retrouvait partout la passivité et la torpeur terrifiante des défilés syndicaux.

Reprise des hostilités en Corse

Après deux semaines d’émeutes et d’actions diverses et une semaine de deuil, la colère n’est pas retombée en Corse. La preuve ce dimanche à Ajaccio où 15 000 personnes sont encore présentes pour exiger une discussion avec l’État français. Retour sur une nouvelle semaine d’agitation.

Flambée de colère en Corse

Un fort mouvement de protestation embrase la Corse depuis l’agression subie par Yvan Colonna dans la prison d’Arles le 2 mars. Cette tentative de meurtre a été l’étincelle qui a ravivé les flammes de la colère des Corses envers l’État français.