Oyez bande de gueux.ses ! Un journaliste parisien donne des leçons aux franc-comtois.es !



Daniel Schneidermann a décidé de parler des manifs anti-pass du Nord Franche-Comté. Vous devez vous demander comment ce bourgeois peut parler d’un territoire et d’une classe sociale qu’il ne connaît pas. Et bien il fouine dans la presse locale, y compris celle que vous lisez actuellement. Après s’être réapproprié le travail de L’Est Républicain et le mien, Daniel Schneidermann décide de donner des leçons à tout le monde : anti-pass, anti-vax, Préfecture du Territoire de Belfort, les fascistes, L’est Républicain et….moi, le blogueur anarchiste.

Comme le senseï du rap indépendant, Hugo TSR [1] , il semblerait que Daniel Schneidermann n’a pas lu « Sun Tzu, l’art de la guerre » :

« Paré à faire la guerre, J’vais pas t’mentir, j’ai pas lu Sun Tzu
Ouais, j’ai l’air saoul. Et c’est pas une technique de kung-fu ».
Hugo TSR, Senseï

Ainsi ce journaliste parisien veut jouer une bataille intellectuelle de la guerre des classes sur un terrain qu’il ne connaît pas, contre plusieurs adversaires qu’il sous-estime, et lui même se sur-estime.

En bref, pas besoin de s’appeler Sun Tzu pour comprendre que Daniel Schneidermann va se prendre une sacré raclée intellectuelle.

Ce texte de Daniel me donne une sensation bizarre. Dans la majorité de l’article, j’ai l’impression de lire la presse du Crédit Mutuel (L’Est Républicain). Le journaliste parisien s’approprie une grosse partie du travail de la presse locale, ce qui compose 80 % de son article. Mais aussi, et même si il ne me cite pas, j’ai la forte et sale impression que Daniel a scruté mon blog par la même occasion.

Je vais laisser Hayce Lemsi, l’un des plus productifs artistes du rap francophone indépendant, exprimer ce que j’ai ressenti à chaud envers Daniel Schneidermann :

« T’as pas l’niveau d’être mon rival
Tu pourras m’servir de bracelet électronique
Étant donné qu’tu m’arrives à la cheville ».

Issue du même titre [2] , il y aussi cette punchline que je partage juste pour le plaisir d’énerver la gauche caviar et les fascistes :

« Fuck le RN et y a pas d’couleur pour être raciste
J’insiste, l’hypocrisie d’SOS racisme »

Qui est Daniel Schneidermann ?

Pour avoir la prétention de donner des leçons comme ça, il faut vraiment se sentir supérieur à tout le monde.
Ainsi c’est un journaliste hautain et élitiste qui se présente devant nous, habitué aux tapis rouges et à être caressé dans le sens du poil à Paris. Une ville où vivent les bourgeois les plus parasites, nationalistes, puissants et insupportables, tout aussi élitistes et hautains.

Daniel Schneidermann a 63 ans et toutes ses dents, ce n’est donc pas un « sans-dent » comme dirait son copain François Hollande.

Daniel est avant tout un pigiste de Libération. C’est dans ce journal qu’il a le plus de visibilité, donc là où il a fait ses pires buzz, là où il a prouvé qu’il est une servante [3] de la bourgeoisie.
Dov Alfon, directeur de ce média social-traître, se revendique « libertaire de gauche », ce qui ne veut rien dire.

Je suis anarchiste (libertaire), parce que j’ai des camarades, de l’expérience militante, de l’éducation populaire (collective et autodidacte) pour affirmer ça.

Toi qui me lit et ne connaît pas l’Anarchie, ses militant.es et son histoire ; sache que les anarchistes (libertaires) militant.es de terrain du monde entier ne reconnaissent pas les mecs comme Matzneff, Michel Onfray ou Dov Alfon.

Tous ces intellectuels bourgeois, autoproclamés « Libertaires », ne sont reconnus et validés par aucun groupe militant anarchiste (libertaire).

Les libertaires (anarchistes) ne passeront jamais dans les médias dominants car iels sont Révolutionnaires. Nous sommes le seul mouvement politique à vouloir détruire le système capitaliste et le système politique autoritaire en même temps.

Le tout sans « débordement », c’est possible grâce à une désobéissance civile déterminée, de la solidarité de classe et un syndicalisme révolutionnaire solide et rigoureux.

As-tu déjà entendu ou lu ça dans un média dominant ?

Revenons-en à Daniel Schneidermann, aujourd’hui c’est sur le média numérique Arrêt sur images qu’il est le plus « actif ». Il en est surtout le fondateur et le directeur depuis 2007.

C’est dans ce média que Daniel Schneidermann vient se poser en juge social-démocrate pour les bouseux.ses de Franche-Comté.
En replongeant dans l’historique des articles de Daniel sur Arrêt sur images, nous remarquons que la majorité de ses articles se basent sur des émissions de TV : Touche pas à mon poste, L’île de la tentation, les sondages, Cnews et une fixette sur Eric Zemmour, on dirait presque de l’amour.

Une personne âgée qui parle de ce qu’elle a vu à la TV, c’est exactement ce que fait notre journaliste locale Bécassine [4], mais en mieux.
Bécassine est drôle, rigoureuse, intelligente, honnête et a été ouvrière en usine toute sa vie, tout le contraire de Daniel.

En fouillant un peu plus loin, j’apprends que Daniel a tenté de draguer les « anti-sionistes » type Dieudonné et Soral. Venir flatter l’extrême droite de Haute-Saône (Département 70) n’est donc pas le coup d’essai de cet aguicheur gauchiste.

Les médias dans le Nord Franche-Comté

Dans l’Aire Urbaine, nous avons très peu de médias locaux pour parler de notre territoire et aucun d’entre eux ne couvrent réellement les luttes sociales :

*Le plus diffusé est L’Est Républicain, appartenant au puissant groupe EBRA [5], une possession du Crédit mutuel. C’est ce média qui a le plus parlé des manifs anti-pass locales.
Mais en parallèle, ce média donne des grandes tribunes tous les jours à des représentants de la petite bourgeoisie comme des commerçants ou le pseudo-philosophe Pierre Statius [6]. Une manière de se dédouaner pour le journal tout en tapant très fort sur les manifestant.es anti-pass.

*Ensuite il y a France 3 région, qui fait des reportages assez simples et ne creuse pas beaucoup. En fait France 3 n’apporte pas grand-chose, mis à part des images vidéos. D’ailleurs ils sont beaucoup plus actifs sur Besançon que dans le Nord Franche-Comté.

*Le trois est un média numérique, il a pour ambition d’être LA référence médiatique dans le Nord Franche-Comté, en témoigne son nom ( 3 est en référence aux 3 plus grandes villes de l’aire urbaine situées dans 3 départements différents). Il touche des subventions de l’État, il est très proche du Club Affaires (puissant groupe de « décideurs ») et du Rotary Club. Il y a aussi beaucoup de publicités sur leur site. Ce média n’est donc pas indépendant comme il le prétend. Le trois n’a pas abordé ou couvert ces manifestations anti-pass. Ils ont bien mieux à faire dans le milieu de l’entreprise et des « décideurs » (les patrons quoi !).

*Le dernier, le pire, n’est même pas un véritable média. Toutmontbéliard.com a très peu parlé des manifs anti-pass locales. En même temps, ce pseudo-média fait uniquement des copier-coller de communiqués politiques et associatifs (mais que ceux qui l’arrange). Ce pseudo-média est proche de la mairie de Montbéliard (droite dure, bourgeoise, clientéliste et hautaine), du Rotary Club et du Lions Club.
Lorsque je parle de pseudo-média, ce n’est pas une attaque gratuite. En regardant à quoi et qui correspond le numéro de siret-sirene, je n’ai trouvé personne. Seulement une association qui s’appelle Awebnet. [7]
Ce n’est donc pas un site d’information au sens légal comme l’est par exemple Factuel.info avec une indication du directeur de la publication, la nécessité d’une carte de presse, et quelques autres critères dont un numéro de CPPAP. [8]

Voilà c’est tout ! Du coup c’est difficile de se faire soutenir par la presse locale lorsque l’on est un mouvement social ou une association indépendante. Les manifestant.es anti-pass du Nord Franche-Comté en font les frais.

Enfin non c’est pas tout, il y a Factuel.info, un média vraiment indépendant pour le coup, originaire de Besançon, il couvre surtout l’actu sociale et écolo dans le Jura et la capitale comtoise. Sur ce média il y a une rubrique appelée l’Agora, où je peux m’exprimer, ce qui est assez rare. Les anarchistes sont toujours étouffé.es, invisibilisé.es, décrédibilisé.es, moqué.es par l’ensemble des partis politiques électoralistes et des médias (y compris les médias indépendants). En bref les anarchistes dérangent la grande et petite bourgeoisie, le capitalisme, les fascistes et les gauchistes rien que par leur présence.

Mais franchement, je ne pensais pas déranger autant.
Je pensais que la bourgeoisie allait ignorer les idées de la classe ouvrière comme toujours depuis 200 ans.
Daniel Schneidermann m’a apporté beaucoup avec son article, j’ai compris l’importance de maintenir cet autodéfense médiatique et populaire dans le Nord Franche-Comté.

L’article rose/brun de Daniel

Daniel Schneidermann doit avoir les fesses très écartées, son article a été écrit le cul entre 2 chaises comme on dit, plutôt le cul entre 2 classes sociales dans ce cas précis.

Lorsque que je décris ces manifs je parle des « anti-pass ». Les manifestant.es sont opposé.es au passe sanitaire, des vacciné.es et des non-vacciné.es composent leur rang, c’est factuel.

L’Est républicain va parler « d’anti-vax » pour discréditer ces manifs et occulter les revendications sociales, très présentes dans ces manifs. [9]

Daniel Schneidermann, quant à lui, en tant que juge journaliste social-démocrate va titrer « anti-vax/anti-pass ».

C’est comme ça tout au long de son article !

Daniel nous relate les manifs anti-pass de Belfort mais selon les descriptions de la presse du Crédit Mutuel (L’Est Républicain). Ça part mal !
Mais au moins il est honnête la dessus, il écrit : « Replongeant dans les archives du journal... »

Il n’y pas que la presse du Crédit Mutuel qui a eu ses archives visitées, il y a aussi Factuel.Info → →L’Agora → Loral Aitken ou Dijoncter.info (média mutualiste, actus sociales et militantes sur Dijon et Bourgogne/Franche-Comté) je ne sais pas.

Daniel écrit ceci : « Ce jour-là, une centaine de participants à la manifestation hebdomadaire des antipass, à Belfort, font irruption dans l’immeuble où se trouvent les bureaux de l’Est Républicain (groupe Ebra, Crédit Mutuel). »

Vous reconnaissez le style ?
Au début j’étais énervé, mais en fait je suis flatté, Daniel m’a motivé alors que je l’étais déjà beaucoup.
En voulant se la jouer neutre, au dessus de tout le monde, pour se poser en tant que juge entre L’Est Républicain, les anti-pass et moi, il me donne de l’importance.

Le pire c’est qu’il veut adopter une posture de rebelle en critiquant L’Est Républicain tout le long de l’article, tout en récupérant leur travail. C’est assez gonflé, visiblement c’est comme ça que ça se passe entre les bourgeois à Paris.

L’exemple le plus criant est au sujet d’un néofasciste dont j’ai déjà parlé dans un article [10] où je démontrais, grâce à un travail rigoureux et documenté de Fafwatch, qui était vraiment cet élu de Ronchamp (70).

Daniel Schneidermann dénonce le fait que L’Est Républicain cite cet élu sans dire qui il est :
« Mais le journal ne le précisait pas. » ; « Le journal ne précisait pas l’appartenance politique de cet élu ».
Cependant Daniel fait pire, il présente ce néo-fasciste comme un représentant d’Eric Zemmour, ce qui est très complaisant.

Christophe Devillers, petit politicien nostalgique de pétain a le droit d’avoir de la pub provenant d’un journaliste parisien influent, tout ça dans un but électoraliste gauchiste. C’est ignoble !
Daniel Schneidermann cite ce pathétique politicien d’extrême droite et conclut par : « Il a bien raison. Les mots sont importants. »

Je suis d’accord, les mots sont important, je le dis aussi dans cet article [11], que Daniel a dû lire avec effroi.
Le pire, c’est que c’est la conclusion de son article, laissant le dernier mot à l’extrême droite, c’est incroyable ! Voilà comment les médias dominants font monter des mouvements politiques groupusculaires et pathétiques.
Daniel Schneidermann, représentant de la gauche social-traître, nous rejoue la stratégie pro-fasciste de François Mitterrand [12], en donnant beaucoup d’importance à l’extrême droite dans son article. Son but est de taper sur les manifestant.es anti-pass car ces dernier.es commencent sérieusement a déranger la petite bourgeoisie et les élus locaux.

Venons-en à la partie la plus malhonnête et qui m’a beaucoup énervé. Daniel est négationniste, il nie les violences fascistes et n’hésite pas à dire des mensonges grossiers partagés par tous les médias dominants. Ça fait froid dans le dos !

Daniel Schneidermann, écrit ceci dés le début de l’article :
« Toutes les comparaisons – tentantes – entre la montée actuelle de l’extrême-droite et les années 30 se heurtent à une différence, de taille : dans les années 30, la pression nazie et fasciste s’exerce dans la rue, en chemises noires ou brunes, ou en manifestations à parapluies renforcés. Rien de tel aujourd’hui en France. »

Ça fait très longtemps que Daniel n’est pas descendu dans la rue… depuis l’élection de François Mitterrand en 1988 je crois.

Aujourd’hui, les fascistes reprennent leur travail de sabotage des mouvements sociaux, en témoigne leur coordination nationale, lâche et violente de Février 2021, où ils ont agressé sans pitié des militantes féministes et LGBTQIA+ partout en France, dont Dijon. [13] [14]

Jamais l’extrême droite n’a été aussi offensive en France depuis les années 1940. Ils s’attaquent directement aux luttes sociales et deviennent les chiens de garde agressifs au service de la bourgeoisie.

En même temps, Daniel utilise ce qui est écrit et dit dans les médias dominants pour « savoir » ce qu’il se passe dans la rue… je n’ai même pas besoin de développer.
Daniel se décrédibilise tout seul, il s’auto-clash !
C’est exactement ce qu’a fait Christophe Devillers d’ailleurs. Il a crée une page Facebook faussement « antifa » où il s’est auto-clashé.
Les « grands esprits » se rencontrent !

Le mélange de rose et de brun donne vraiment une couleur immonde, aussi nauséabonde que le mélange rouge/brun du pacte germano-soviétique de 1933.

Conclusion

Daniel s’est ridiculisé en voulant donner des leçons à tout le monde, surtout en se posant comme juge politique et médiatique social-démocrate, tout en faisant de la pub pour l’extrême droite locale.

Son article est inutile, il reprend le travail local des capitalistes et d’un anarchiste pour en faire une sauce gauchiste ignoble et bourgeoise.

Les manifestant.es anti-pass n’ont toujours pas la parole d’ailleurs ou des droits de réponse équitables.

Habitué à faire la servante pour la bourgeoisie parisienne, Daniel Schneidermann a voulu s’intéresser aux classes populaires pour une fois. C’est raté !

A l’image de la gauche électoraliste, Daniel nous montre sa malhonnêteté intellectuelle décomplexée et ignoble, ainsi que son mépris de classe insupportable et inadmissible.
Il n’inspire que la lâcheté, la défaite et la trahison pour notre classe laborieuse.

Loral Aitken, spécialiste des ultra-riches et des violences bourgeoises



Notes

[5Groupe EBRA : Premier groupe de presse quotidienne régionale, il possède neuf quotidiens régionaux dont Le Dauphiné libéré, Le Progrès, Dernières Nouvelles d’Alsace et L’Est Républicain. Diffusés dans 23 départements de l’Est de la France, ainsi que trois hebdomadaires locaux et deux journaux gratuits. En 2015, le groupe a vendu chaque jour 970 245 exemplaires de ses neuf quotidiens régionaux pour un lectorat estimé en 2013 à 4,29 millions de lecteurs par jour. En 2014, les quotidiens ont reçu 5 385 000 visites uniques par mois sur leurs sites web et 1 999 000 sur leurs applications mobiles. Wikipedia.

[12François Mitterrand : président de la République française de 1981 à 1995, il est l’exemple type de la gauche social-traître. Né dans une famille bourgeoise et conservatrice, il a milité à l’extrême droite dont l’Action française dans sa jeunesse.
Darmanin, ministre de l’intérieur actuel , a aussi été membre de ce parti pétainiste. On prend les mêmes et on recommence...

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Médias officiels

[Montbéliard] L’Est Républicain construit une forteresse au centre-ville

Que s’est-il passé dans la tête de la direction de L’Est Républicain ? Se protéger de son propre peuple, est-ce nouveau ? Celleux ayant eu la chance de visiter la Cité médiévale de Carcassonne peuvent confirmer que cet énorme édifice ne s’est pas fait en un jour, mais au fil des siècles. La dernière évolution est la plus intéressante, la 3e vague de fortifications à Carcassonne s’est faite à l’intérieur des remparts. La noblesse, le clergé et les commerçants de l’époque se protégeaient de la population qui les entourait, laissant penser à une période qui a connu de nombreuses révoltes paysannes, mais nous ne le saurons jamais complètement…

Randall Schwerdorffer, ce très bon client de l’Est républicain

Il s’est fait connaître suite à ses entretiens calamiteux en marge de l’affaire Daval, ainsi qu’avec de multiples dérapages annexes en ayant encore dernièrement réfuté le terme « féminicide » et dénoncé une justice qui « penche très franchement en faveur des femmes. » Mais Maître Randall Schwerdorffer, c’est également l’avocat des médias dominants dont l’Est républicain. Engagé par cette filiale du Crédit Mutuel afin d’écraser toutes contestations judiciaires, les cachets financiers se sont dés lors également accompagnés d’une promotion entièrement dévouée au ténor.

Articles de la même thématique : Presse locale

Les classes populaires sont effrayantes ! L’Est Républicain préfère rencontrer des fantômes

Les médias dominants ne savent plus quoi inventer pour détourner la population des luttes sociales. A l’heure où la crise économique se fait durement ressentir au sein de nos classes populaires, qui souffrent en silence, le journal du Crédit Mutuel (L’Est Républicain) accorde une page entière à une « enquête » sur les fantômes dans le château de Châtenois (88) dans l’édition du samedi 7 août.