[Projection] Dire à Lamine

Dire à Lamine est un film documentaire long-métrage du collectif Cases Rebelles, en association avec le collectif Vies Volées (collectif de familles de victimes de crimes policiers). Le tournage a débuté en 2016, quelques semaines avant la 9ème commémoration de la mort de Lamine Dieng, étouffé par des policiers le 17 juin 2007 à Paris.

Pourtant Dire à Lamine n’est pas un film sur les violences policières. C’est un film qui parle de Lamine, qui parle de 10 ans d’absence, 10 années de vie volées.

Comment vit-on avec l’injustice ? Avec la double blessure du crime et de l’absence de procès ? Comment continue-t-on d’exister, de lutter, de résister ? Que faire face à l’impossibilité d’obtenir justice ? Autour d’interviews, d’images d’archives, des membres de la famille et des soutiens racontent. Souvenirs, méditation politique, mises en perspective, analyses historiques se succèdent.

Mais il s’agit aussi de s’adresser à Lamine. C’est le coeur du film. Pourquoi ? Pour conjurer le sort de cette mort dans une solitude absolue. Parce que nous portons, nous vivant·es, le devoir d’obtenir réparation, de créer du sens et de la force politique de cette mort inacceptable.

Lamine était un jeune homme noir, habitant d’un quartier populaire du XXème arrondissement. Il a été tué par la police et sa tragédie n’est malheureusement pas un cas isolé. Lamine était aussi un jeune homme plein de vie, avec des ami·es, une famille, des rêves, un rire. Et le film, entre messages d’amour et promesses de lutte renouvelées, refuse d’oublier tout cela.

Projection co-organisée par le collectif Cases Rebelles, l’association Zutique, et le Groupe de la Fédération Anarchiste « La Mistoufle ».
Mercredi 23 Janvier 18H à l’atelier de Zutique, dans la Tour Boutaric, arrêt de Tram Grésilles.
Entrée prix libre
(Fasciste, politicard à deux balles, teste même pas)



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Violences policières

Manifestive en Hommage à Steve

Plus personne ne peut le nier : la police brutalise, mutile, tue. Le drame de la Fête de la musique de Nantes en 2019, qui a coûté la vie à un jeune fêtard, nous a rappelé à cette odieuse réalité. Parce que nous voulons continuer à danser la tête haute où nous voulons et quand nous voulons, nous appelons à rejoindre la prochaine Manifestive Dijonnaise le Samedi 19 Juin 2021 à 14h place de la République à Dijon.

Jérôme Laronze : 4 ans déjà !

Le 20 mai 2017 Jérôme Laronze, paysan éleveur de 37 ans était abattu par un gendarme, de 3 balles, une sur le côté et deux dans le dos. 4 ans après les faits, la procédure n’avance pas ! C’est pourquoi nous nous rassemblerons devant le palais de justice de Châlon-sur-Saône à 16h30 le jeudi 20 mai 2021 pour exiger Justice et Vérité pour Jérôme Laronze !

Le Préfet ment comme il respire pour justifier les violences de sa police !

« Le Préfet accuse donc les défenseurs des Jardins de l’Engrenage de violenter les forces de l’ordre, et même d’user des cocktails molotov ! [...] Aucun cocktail molotov n’a été utilisé ni préparé. Aucun policier n’a été blessé, même très légèrement.[...] Le Préfet ment comme il respire.[...] À l’Engrenage, la violence est policière et institutionnelle. »

Articles de la même thématique : Banlieues, quartiers populaires

Acte 1 - 27 mars - Lutter contre l’artificialisation des terres et défendre les outils garantissant le droit au travail des paysans.nes

Pour rappel l’acte 1 des soulevements de la terre débutera à Besançon ce 27 mars à 11h pour une journée de défense des terres des Vaîtes, jardins populaires et zone humide, à l’intense bouillonnement social et biologique mais toujours menacés par un projet d’urbanisation. A cette occasion la confédération paysanne vient de publier un communiqué appelant à se soulever contre « contre l’artificialisation des terres et pour défendre les outils garantissant le droit au travail des paysans.nes ».