Relaxe pour les 3+4 de Briançon !

Jeudi 8 novembre, 7 militant·es seront jugé·es à Gap pour « aide au passage en bande organisée », encourant jusquà 10 ans de prison. Au-delà de ces personnes, ce sont les solidarités à la frontières que l’État cherche à briser et à criminaliser.

À la frontière franco-italienne, des lieux-refuges et des personnes tentent de rendre moins terrible l’exode des migrant·es fuyant l’Italie, où les conditions de non-accueil se sont encore détériorées avec l’arrivée du gouvernement d’extrême-droite. Face à eux, policiers, gendarmes et fascistes occupent la montagne. Le 22 avril, une marche transfrontalière de protestation contre la présence de la milice néo-fasciste Génération Identitaire au col de l’Echelle a entraîné l’arrestation et l’inculpation de 7 militant·es, qui risquent 10 ans de prison (procès le 8 novembre à Gap)


Voir en ligne : l’article complet « Relaxe pour les 3+4 de Briançon ! » sur Vallées en Lutte


Articles de la même thématique : Justice

Cesare Battisti cesse de s’alimenter et de se soigner

Extradé vers l’Italie en 2019 et condamné à perpétuité pour des assassinats datant des années 70, le militant politique publie une lettre dont la présente traduction a été effectuée par ses proches et soutiens. Il dit vouloir lutter pour la dignité jusqu’à son dernier souffle.

Zone d’Écologies Communale : Tordre le droit pour défendre les Lentillères

La Zone d’Écologies Communale, c’est ce que nous avons inventé sur les Lentillères pour traduire juridiquement notre auto-organisation, et l’entrêmelement de nos usages. Une brochure de 48 pages déroule l’origine de cette idée, sa construction juridique, les précédents sur lesquels construire un droit des communs et les questionnements que toute cette histoire soulève.