Réunion pour BURE à Mâlain

L’enfouissement des déchets nucléaires : une lutte capitale

BLOQUER CIGEO
Le projet de Centre Industriel de stockage Géologique (CIGEO) implanté à Bure dans la Meuse vise à enfouir à 500 m de profondeur et pour des dizaines de milliers d’années les déchets les plus radioactifs de l’industrie nucléaire.
Il doit être arrêté.

Ce projet pharaonique (35 milliards d’euros, le plus grand chantier d’Europe) n’est pas une solution. Il comporte des risques immenses.
Poussé par l’Etat et les industriels du nucléaire, il vise à sauver un secteur moribond et à détourner l’attention de la seule et véritable solution : l’arrêt rapide du nucléaire.

Une lutte capitale :
Les habitants des villages concernés, qui devront vivre au-dessus d’une gigantesque poubelle nucléaire, et les militants mobilisés contre ce projet luttent depuis une vingtaine d’années contre l’ANDRA (l’agence pour la gestion des déchets radioactifs) qui s’est implantée dans la zone de Bure en achetant les consciences au moyen de millions d’euros.
Mais l’enjeu posé par cette lutte dépasse l’échelle locale : les pollutions n’ont pas de frontière et la poursuite d’une industrie mortifère et extrêmement risquée nous menace tous.

C’est pourquoi cette lutte nous concerne et qu’il est capital d’être nombreux.ses le 16 juin à Bar-Le-Duc pour manifester contre le nucléaire et son monde et exiger l’arrêt de ce projet.
Ils ont dit qu’ils s’intéresseront à cette lutte, que lorsque que nous serons 10 000 à manifester : alors nous serons combien pour dire notre désaccord ? A nous de décider !

Pour en débattre, et s’informer, nous vous invitons :
à une projection-rencontre-débat au café associatif de l’association Risomes

le Chauffe savates 28 Rue de la Gare à Mâlain Mardi 29 mai 2018 à 19 h



Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Résumé d’un arpentage de « Rage de Camp »

L’arpentage est une méthode de lecture collective issue de la culture ouvrière. À la Zad du Carnet, nous avons arpenté ce 30 octobre le livre « Rage de Camp » qui fait un retour d’expérience sur l’organisation d’un campement autogéré, anticapitaliste et anti-autoritaire. Un livre utile pour celleux qui veulent s’organiser sur une Zad !

[Besançon] Le GEEC s’installe aux Vaîtes (Groupe des Epouvantails En Colère)

Ce mardi 17 novembre, jour de l’appel à une deuxième vague d’action contre la réintoxication du monde, l’association Les Jardins des Vaîtes, a appelé jardinièr·es et ami·es des Jardins des Vaîtes à déposer banderoles et épouvantails aux Vaîtes. Une occasion de réaffirmer notre volonté de préserver ce poumon vert en coeur de ville, avec ses jardins, ses zones humides, ses habitant·es humains et non humains.