[BFC] Un 14 juillet haut en couleurs



Malgré les restrictions, les feux d’artifices ont été au rendez-vous pour ce 14 juillet. Et c’est la police qui en a fait les frais.

S’il n’y a pas eu de cérémonies officielles, les feux d’artifices ont tout de même resplendi dans différents quartiers, comme un peu partout en France. Les éclats multicolores, souvent soulignés par les lueurs orangées des flammes, ont assuré le spectacle. Et cette fois, ils n’ont pas été tirés en vain, perdus dans les airs, mais utilisés à bon escient, visant la police.
La soirée du 13 juillet a commencé sur les chapeaux de roue. Dans les quartiers de la Petite Hollande et de Citadelle à Montbéliard, les festivités ont commencé à 23h pour se terminer à 4h, quelques voitures ont brûlé. Au Buis, à Valentigney, c’est entre 23h et 3h que le quartier a été agité par les mutlitudes colorées. Aux Champs Montants à Audincourt, la soirée a été plus courte, et quelques voitures ont brûlé entre 22h30 et 0h30. La réaction ne s’est pas fait attendre, la maire de Montbéliard mettant en place au couvre-feu du 14 au 31 juillet entre 22h et 7h.
Si à Dijon aussi la nuit a été illuminée aux quatre coins de la ville, on retient surtout cette scène qui se déroule à Quetigny et qui tourne en boucle sur les réseaux sociaux.

La nuit suivante, c’est dans les quartiers de la Toison d’Or, des Grésilles et de Fontaine d’Ouche à Dijon, du Belvédère à Talant et du Mail à Chenôve que la soirée a été agitée. Des poubelles et des voitures ont été incendiées pour attirer la flicaille qui a été abondamment arrosée de tirs de mortiers. Le pantalon d’un condé ayant même pris feu.
À Besançon, c’est dans les quartiers de Planoise et de Viotte que la police a été la cible de tirs de feux d’artifices. Sept voitures et quinze poubelles ont brûlé et cinq panneaux publicitaires ont été éclatés.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Émeute

Tout n’est pas mort

1er mai 2022. A peu de choses près, on retrouvait partout la passivité et la torpeur terrifiante des défilés syndicaux.

Reprise des hostilités en Corse

Après deux semaines d’émeutes et d’actions diverses et une semaine de deuil, la colère n’est pas retombée en Corse. La preuve ce dimanche à Ajaccio où 15 000 personnes sont encore présentes pour exiger une discussion avec l’État français. Retour sur une nouvelle semaine d’agitation.

Flambée de colère en Corse

Un fort mouvement de protestation embrase la Corse depuis l’agression subie par Yvan Colonna dans la prison d’Arles le 2 mars. Cette tentative de meurtre a été l’étincelle qui a ravivé les flammes de la colère des Corses envers l’État français.