Un mort en prison, révolte au Mirail

Dans la nuit de samedi 14 à dimanche 15 avril, nos ami·es de iaata.info apprenaient la mort de J., 27 ans, habitant du quartier des Izards à Toulouse. Il est décédé alors qu’il était incarcé à la maison d’arrêt de Seysses dans des circonstances jusqu’ici inconnues.

JPEG - 51.4 ko

Le quartier de la Reynerie (Mirail) à Toulouse a été secoué par des révoltes toute la nuit du dimanche. Et peut être également le quartier d’Empalot (pas plus d’information à ce sujet). On n’a connaissance jusqu’ici (lundi 16 à 19:30) d’aucune arrestation ni blessures. La détresse du Midi a publié un article sur le sujet sans donner plus d’information. La maison d’arrêt de Seysses aurait aussi été agitée par une révolte. Le « calme » serait revenu en fin de journée selon un journal local en ligne. Celui-ci relaie la parole officiel : « il ne s’agit pas d’une mutinerie, mais d’un refus de réintégrer ». Matons, police et ERIS seraient tout de même intervenus dans la journée.

Lire la suite et les mises à jour régulières sur iaata.info...


P.-S.

Voir aussi cet appel à mobilisation : L’État nous fait la guerre, défendons-nous ensemble


Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

Lutte contre la maxi-prison de Haren (Bruxelles)

Entretien avec une militante, membre du Collectif de Lutte Anti-Carcérale (CLAC) à Bruxelles et active dans le combat contre la construction de la maxi-prison de Haren.

Meurtres et mensonges d’État : la police française a tué au moins 12 personnes durant le confinement

Durant ces 2 mois de confinement, si un certain nombre de violences policières ont pu être dénoncées grâce aux images et aux révoltes dans les quartiers populaires et mises en lumière dans les médias, les morts liées aux interventions de la police sont restées dans l’angle mort. Malgré un article publié le 20 avril sur cette situation, largement relayé et suivi de tribune, aucun média national n’a titré sur ces morts. À la fin de ce confinement, ce sont 12 personnes qui sont mortes à cause de la police. À ce rythme, personne ne peut continuer à parler de bavures isolées. Ils s’agit de meurtres systémiques validés par l’État français. Le site Rebellyon.info a publié un recensement de ces violences commises par la police pendant le confinement.

Du confinement à l’enfermement administratif

Quelques notes à propos de la quarantaine comme mode de gestion de la pandémie