Gentrification

  • [Marseille] La possibilité d’une ville

    Entre la colère causée par l’effondrement des immeubles à Noailles, et la rébellion contre les travaux de la Plaine, la mairie de Marseille est assise sur un volcan.

  • [Marseille] La bataille de la Plaine n’est pas terminée

    Depuis le 11 octobre 2018, date de début du chantier de rénovation de la place promis par la mairie pour gentrifier le quartier, la colère des habitant·es et usagèr·es ne retombe pas. Après 8 premiers jours d’altercations avec les CRS, de tronçonnage d’arbres, d’occupation de la place, de répression physique et judiciaire, de grosses manifestations, de résistance et de petits bousillages de l’avancée des travaux, ceux-ci sont suspendus, de fait, le 19 octobre.

  • [Vidéo] De la zad à la Plaine

    Le gourbi - historique cabane de la zad - vient d’être reconstruite sur la Plaine de Marseille, pendant la manifestation du samedi 20 octobre contre le projet d’aménagement qui menace ce quartier populaire.

  • A Marseille, manifestation pour défendre la Plaine !

    Depuis des années, les habitant.es et les usagèr.es de la Plaine à Marseille se battent contre le projet de « requalification » de la place, piloté par la Mairie et son bras gentrificateur, la Soléam. Entre le développement d’Euroméditerranée et l’opération Grand Centre Ville, ce n’est pas seulement la Plaine mais aussi les quartiers de Noailles, Belsunce, les Crottes, la Belle de Mai etc. qui sont destinés à être « nettoyés » pour les touristes et les développeurs.

  • [Marseille] Appel à mobilisation : samedi 20 à 14h pour la Plaine !

    La Plaine et sa vie de quartier mythique sont menacées par le chantier monumental qui vient d’y démarrer : 3 ans de travaux sans accès à la place, mise en danger des 300 forains qui y travaillaient et des petits commerces alentours, 115 arbres historiques voués à être arrachés, 21 nouvelles caméras installées… FÒRA SOLEAM, GARDAREM LA PLANA !

  • [Besançon] Réponses à l’arrêté anti-mendicité

    Depuis quelques temps un débat agite les consciences de la ville de Besançon (Doubs) : pour ou contre l’arrêté anti-mendicité pris par le maire Fousseret. La nuit du 18 août, la plupart des distributeurs de billets de la BNP et du Crédit Mutuel de la rue Battant étaient mis hors service, à coup de peinture et de marteau. Un grand tag « Pas de banque, pas de mendians » était également laissé sur la mairie.

  • Fragmenter l’urbain - extraits du document de synthèse

    Du 20 au 22 avril, en préambule de la semaine de résistance des Lentillères, 3 jours de séminaires ont eu lieu afin de mieux saisir les dynamiques de métropolisation et de renforcer la géographie partisane qui entend s’y soustraire. (Extraits)

0 | 10