Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.

Ces meurtres donnent lieu à une « affaire » lorsque les Comités Vérité et Justice, la famille, les ami·e·s, les proches, la rue se mobilisent et réclament justice. Et on rend hommage au disparu au gré de marches blanches ou d’émeutes contre la police. Mais le scénario est écrit d’avance : de la même manière que la police protège l’État, les juges protègent la police. Des « peines » ridicules et la majorité du temps, des classements sans suite, des non-lieux, des relaxes ou des acquittements ne font que rajouter une couche d’injustice au crime en lui-même.

JPEG - 32.8 ko

Suite à la mise à mort de George Floyd aux États-Unis, c’est un mouvement sans précédent qui a poussé Donald Trump à se réfugier dans le bunker de la maison blanche et qui a conduit à l’arrestation et à l’inculpation des quatre policiers (et à la qualification des faits en homicide involontaire puis en meurtre). Un mouvement comme il n’y en avait pas eu depuis les émeutes de Los Angeles de 1992 [1].

JPEG - 47.6 ko

Des métropoles qui s’embrasent, des manifestations monstres, rassemblant plusieurs dizaines de milliers de personnes, avec des moyens d’action multiples (du genou à terre à l’incendie du commissariat de Minneapolis en passant par l’émeute et le pillage/redistribution) et qui sont parvenues à instaurer un rapport de force historique. Cela se ressent jusqu’ici où l’espace médiatique est temporairement saturé de discours sur les violences policières et le racisme [2].

JPEG - 30.2 ko

À Minneapolis, le conseil municipal envisage de dissoudre la police et de repenser un autre système pour « protéger la communauté ». À Seattle, une « zone autonome sans police » est décrétée par les manifestants, les flics ont évacué le commissariat local et des distributions gratuites de nourriture, de masques et de livres sont organisées. C’est bien le moins qu’on puisse faire : ces affaires ne sont pas des meurtres isolés commis par des policiers un peu plus racistes que les autres [3] et qui devraient se résoudre de manière individuelle. Ces assassinats sont l’expression de tout un système qu’il s’agit de mettre à bas. Et remplacer les clefs d’étranglement par des tasers (responsables de plus d’un millier de morts aux États-Unis depuis 2001), comme l’a proposé Christophe Castaner, ne suffira sans doute pas à réconcilier la police avec « sa » population.

Cet article est repris du site rebellyon.info, la suite est à lire ici.

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.

A lire sur Rebellyon.info

Et ici un article qui recense quelques organisations qui luttent pour l’abolition de la police aux Etats Unis.

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

7 juillet

Voir en ligne : Abolir la police - Rebellyon.info


Notes

[1Là aussi suite au lynchage filmé de Rodney King par une dizaine de policiers

[2Quand même des médias comme FranceInfo https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/mort-de-george-floyd/quarante-ans-de-reformes-n-ont-rien-change-defund-the-police-le-mouvement-qui-appelle-a-la-refonte-du-systeme-policier-americain_4004681.html et BFM https://www.bfmtv.com/international/minneapolis-que-signifieconcretement-demanteler-la-police-1928971.html publient des articles sur le démantèlement des forces de l’ordre, c’est sans doute que la défiance à l’égard de la police a franchi de nouveaux paliers. C’est aussi qu’une perspective politique commence à être largement diffusée et partagée : la possibilité concrète de vivre sans police

[3Voir, entres autres, La force de l’ordre, Didier Fassin et La domination policière, Mathieu Rigouste

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Racisme ordinaire

Stigmates : diviser pour mieux régner ?

Toutes les discriminations ont un point commun : le rejet collectif de la différence et la construction sociale du stigmate. En bref, construire les inégalités à partir des différences. Ici, avec l’aide de Naruto-kun, on aborde le concept de retournement du stigmate d’Ervin Goffman. Construction d’une identité marginale, lutte sociale, culturelle et politique, et affirmation de soi !

Lettre ouverte à Laurent Streibig, Maire d’Echannay

Ça se passe dans nos campagnes...
C’est un peu banal, une communauté de communes qui vote un amendement demandé par son directeur financier - ex président mais qui a démissionné suite à la décision de reprendre en régie la gestion de l’eau [1] - pour refuser une subvention à l’association Risomes, du collectif de Mâlain, demandée pour l’organisation de son festival ATOUT BOUT D’ CHAMP...

« Lutter ensemble, pour de nouvelles complicités politiques »

“Ce livre n’est pas un livre de théorie politique, mais un livre de pratiques de lutte. Il répond à l’urgence d’apprendre à nous organiser pour faire face à ce qui est déjà là, à créer des solidarités entre personnes subissant différentes oppressions, à articuler nos espaces sans entamer nos autonomies, à nouer d’autres complicités. Ce livre invoque la puissance transformatrice dont les luttes sont parfois capables”.

Articles de la même thématique : Mouvement autonome

Les invisibles

« il dit qu’il ne savait pas qu’il y avait grève sinon il l’aurait faite ils se mettent d’accord lui et le syndicaliste ils vont tous sortir et nous on contrôle le mouvement jusqu’à la fin les jaunes prennent leurs voitures et sortent dehors toute la manif fait la haie ils sont obligés de rouler au pas à leurs têtes on voit qu’ils ont peur ils ont monté les vitres et bloqué les portières quelques crachats giclent et des coups de pied dans la carosserie »

De la vergence des luttes soixante-huitardes et dix-huitardes

Une brève « poésie » contributive à la guerre en cours

[Projection] Lutter ici et maintenant

Projection de Lutter ici et maintenant
« Dans les années 70, les irréductibles survivants de l’esprit de Mai 68 et (...)