AESH : face au mépris du rectorat la colère monte

Devant le mépris affiché face aux revendications légitimes des AESH lors des entrevues du 20 novembre dans les DSDEN et au Rectorat, l’intersyndicale de Côte d’or donne rendez-vous aux AESH pour une réunion d’information syndicale sur le temps de travail.

Retour sur la mobilisation du 20 novembre

Le compte n’y est toujours pas !

Et le refrain servi aux délégations de personnels reçues depuis le début d’année dans les DSDEN de l’académie ou par la secrétaire générale du Rectorat lors de la journée de mobilisation nationale du 20 novembre 2019 sonne comme une fin de non recevoir chez les collègues AESH et leurs soutiens.

En effet, le nœud du problème est évident pour qui ne met pas de la mauvaise volonté à comprendre, ou plutôt à esquiver le problème.

Par rapport à l’an passé, on demande aux AESH de travailler 1 à 2 heures de plus par semaine devant élève (parfois davantage)… pour un salaire identique ! Comment ne pas s’en offusquer ?

Sur le principe même, c’est condamnable. Mais quand les pontes de l’administration rectorale se permettent de présenter ce nouveau mode de calcul de l’annualisation du temps de travail des collègues AESH comme une marque de reconnaissance du travail invisible fourni par ces derniers, on s’étrangle.

Face au mépris, la colère s’amplifie.

Dans un article d’Infos Dijon du 23 novembre dernier, Madame Coq, Dasen de Côte-d’Or, s’est faite caricature des effets de manche communicationnels qui sont devenus la qualité incontournable exigée pour pourvoir aux plus hauts postes hiérarchiques.

Mais la petite chanson n’est plus audible. Réfuter que la doctrine de gestion de l’école inclusive est guidée de prime abord par la lorgnette budgétaire, c’est mentir éhontément.

Ainsi, quand elle présente le chiffre de 700 AESH recruté.es à la rentrée 2019 comme une hausse des effectifs, elle oublie de dire qu’à la rentrée 2018, il y avait 771 AESH en poste (chiffre du rectorat-communiqué de presse du 11/10/2018). Entre temps, un plan de licenciement silencieux concernant les contrats PEC (emplois aidés) a été mis en œuvre.

Quand on met en avant le désir d’autonomie des élèves, un changement de philosophie, cela s’entendrait si l’Education nationale n’avait pas tout fait pour reprendre la main sur les MDPH [1] afin de limiter les heures d’accompagnement notifiées par ces dernières. Esbrouffe encore.

Quand on présente comme la fin de la précarité le fait de passer à deux CDD de 3 ans (avant proposition éventuelle d’un CDI) au lieu de 6 CDD de 1 an ou moins auparavant, on oublie de préciser que les temps partiels imposés demeurent la norme, tout comme les changements inopinés d’affectation (ce que facilite la constitution de PIAL [2]) et que les salaires restent parmi les plus bas de toute l’Education nationale (en moyenne 700 euros net/mois !).

Ainsi, on a beau chanter sur tous les toits que la précarité recule, la réalité est tout autre pour des centaines d’AESH de l’académie.

Alors on nous parle de cumul d’activités, en partenariat avec les collectivités locales, mais là encore, les grands pontes devraient sortir de leurs tableurs et de leurs notes de service. Comment cumuler un autre emploi, ou deux, pour simplement boucler les fins de mois (pas pour le plaisir de varier les activités !), quand dans le secondaire on a un emploi du temps flexible d’une semaine sur l’autre et qui comprend des amplitudes horaires supérieures à un temps plein ?
Quel employeur accepterait cette « flexibilité » ?

Autre chanson qui écorche nos oreilles, celle de la professionnalisation qui passerait par la formation initiale de 60h, présentée comme une nouveauté.
Mensonge de plus par omission et méconnaissance.

Cette formation existait déjà auparavant (même si pas toujours assurée) et elle ne répond que très partiellement aux besoins des collègues entrant dans le métier. Mais là encore, s’adapter aux besoins ne concernent pas une hiérarchie académique déconnectée du terrain. Au regard de la situation de précarité aggravé dans laquelle les AESH sont mis dans l’académie de Bourgogne, pas étonnant que les démissions soient en forte hausses et que le rectorat éprouve des difficultés à recruter. Pour palier aux besoins, on en arrive même aujourd’hui à recruter des AESH en service civique (encore plus précaires, fallait le faire !).

Vous avez bien récité votre prose, maintenant voici la nôtre :
Payez-nous ce qui est dû et arrêtez de vous payer nos têtes !
Sans nous, pas d’école inclusive dont vous vous faîtes les chantres !

https://www.sudeducbourgogne.org/spip.php?article572


Réunion d’Information Syndicale sur le tempsde travail
mardi 3 décembre de 13h30 à 16h30
45 rue Parmentier (local de la FSU21) à Dijon

À l’ordre du jour :

  • Lutte sur le calcul du temps de travail actuel des AESH (23h30 jusqu’à 25h30 !).
  • Grève du 5 décembre.

Tous les personnels ont droit à 1h mensuelle d’information syndicale.
Ces réunions sont ouvertes à toutes, tous les collègues, syndiqué·e·s ou non.
Pour des raisons de service ces heures peuvent être regroupées par demi-journée (3h par trimestrre) notamment dans le 1er degré.

Ces réunions font partie du temps de service et sont donc payées à plein traitement (elles ne doivent pas être récupérées).

La participation à ces réunions d’information syndicale est un droit et ne peut vous être refusée. Il suffit de prévenir votre chef de service vendredi dernier délai : DSDEN ou Lycée mutualisateur (Liégeard) par la voie hiérarchique et d’en informaer votre chef d’établissement, directrice-directeur.

Modèle de déclaration :
Objet : réunion d’information syndicale
Madame, Monsieur,
Je vous informe par la présente qu’en application des dispositions du décret 82-447 du 28.05.1982 modifié relatif à l’exercice du droit syndical, je participerai à la réunion d’information syndicale organisée par le SNUipp-FSU21 qui aura lieu le mardi 3 décembre de 13h30 à 16h30 à Dijon.
Veuillez agréer, Madama, Monsieur, l’expression de me salutations respectueuses.

PNG - 113.5 ko


Notes

[1Maison départementale des personnes handicapées

[2Pôles inclusifs d’accompagnement localisés

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Éducation Nationale

Une sortie de classe haute en couleurs pour l’école Champollion des Grésilles

Ce jeudi enseignant·es, parent·es d’élèves et élèves de l’école Champollion étaient mobilisé·es devant leur école pour s’opposer à la suppression d’une classe. Dans le contexte actuel, cette décision ne ferait qu’accroître les difficultés et le sentiment d’abandon du quartier.

24 juin : Mobilisation des personnels de l’Éducation Nationale

« Le ministre met à profit la crise sanitaire pour avancer dans ses objectifs de remise en cause de l’école publique et des statuts des personnels. » Les organisations syndicales FNEC-FP-FO, SNES-FSU, SNUIPP-FSU, CGT Educ’Action appellent les personnels : Rassemblement mercredi 24 juin à 14h30 devant le rectorat.

Enseignants numériques et élèves virtuels ?

Jean-Michel Blanquer vient récemment d’annoncer pour septembre un développement de l’enseignement à distance. S’il profite des circonstance dramatiques pour imposer sa « vision » de l’éducation, les limites de ces méthodes d’enseignement à distance sont aujourd’hui criantes, après 2 mois d’expérimentation à grande échelle.

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Une centaine de personnes rassemblées pour soutenir les personnels soignants

Mardi 30 juin, une centaine de personnes se sont rassemblées à l’appel de la CGT Hôpitaux pour soutenir les revendications des personnels soignants.

Santé : après le 16 juin, nouveau rassemblement mardi 30

Après une grosse journée de mobilisation le 16 juin, les syndicats des personnels soignants appellent à une nouvelle journée de manifestations partout en France ce mardi. À Dijon un rassemblement aura lieu place Darcy à 14h.

Répression syndicale : Rassemblement pour soutenir une syndicaliste d’Enedis

Une employée d’Enedis, syndicaliste élue au CSE, est convoquée en conseil de discipline mercredi 17 juin. Elle est accusée de « pourrir » l’ambiance au sein de son service et de « harceler » ses collègues, et risque un licenciement. Ses camarades de la CGT Énergies 21 appellent à un rassemblement de soutien.