[Dole] Aggression raciste : la justice s’en prend à la victime

M. Sefrioui, victime d’une agression raciste, a été convoqué pour répondre d’injures, violences et dégradations envers celui qui l’a agressé. Une procédure scandaleuse, dénoncée par son avocat.

Mercredi 21 avril, dans l’après-midi, Mme Sefrioui est surprise par un homme qui photographie sa maison depuis l’autre côté de la rue. Son mari va discuter avec l’individu en question mais la rencontre s’envenime rapidement. Le photographe lui assène un coup d’appareil photo puis arrive quelques minutes plus tard en voiture, fonce sur M. Sefrioui, le charge sur son capot et termine dans la clotûre de sa maison.

L’agresseur le traite de « bicot », mais le policier en charge de l’enquête ignore l’insulte et ne retient que la réponse de M. Sefrioui : « sale facho ». Le procureur de la République de Lons-le-Saunier, dans un retournement de situation des plus grotesque, lui reproche ces insultes ainsi que les dégradations qu’a subie la voiture en lui fonçant dessus. Son avocat soupire : « On va bientôt nous dire que l’agresseur a agi en état de légitime défense et que ses actes sont justifiés. Ce serait une incohérence totale si ce que le procureur reproche à mon client était jugé à part. C’est une scène unique… ».

M. Sefrioui est donc convoqué le 22 juin à 8h30 devant le tribunal correctionnel de Dole pour injures, violences et dégradations.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Racisme

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.