Pression policière à Audincourt : tout le monde déteste Julien Odoul


Doubs

L’État français continue ses raids guerriers dans les quartiers post-colonialistes du Nord Franche-Comté. La population majoritairement prolétaire et précaire subit un acharnement de la part de tous les dominants bourgeois et leurs armes diverses et variées. La combinaison est puissante : Justice, gouvernement Macron, Préfectures de 3 départements (25-90-70), politiciens locaux de tous bords, médias dominants locaux et nationaux, fascistes du RN/FN, gendarmerie et police de tout l’Est de la France, CRS, gendarmes mobiles, caméras de surveillance, police municipale, grenades de désencerclement, grenades fumigènes, tasers, gazeuses, tonfas, menottes, équipe cynophile et de nombreux véhicules.

Tout a commencé à Audincourt au quartier des Champs-Montants, où vivent de nombreuses personnes exceptionnelles et un milieu associatif dynamique et solidaire.

Des policiers ont débarqué rapidement et attaqué des habitants du quartier sous prétexte de « drogues ».
On commence à connaître la tactique de l’État à l’Est de la France qui consiste à faire des démonstrations de force dignes des conquêtes napoléoniennes [1].

En réponse, d’autres habitant.es des Champs-Montants ont décidé de protéger leur lieu de vie face à la violence des mercenaires de l’État, en faisant des feux de poubelles symboliques.

Par solidarité, dans les jours qui ont suivi ce sont tous les quartiers post-colonialistes de l’Aire Urbaine qui se sont aussi enflammés par des feux de poubelles tout aussi symboliques.

Une manière aussi de fêter le solstice d’hiver, qui était une tradition païenne pratiquée dans notre région avant la colonisation de la France impérialiste.

Martial Bourquin, maire socialiste d’Audincourt depuis… longtemps, nous dit dans la presse bourgeoise locale : « Ça ne peut plus durer ! ».

Répondons toutes et tous à Martial Bourquin, avec la même fermeté : le capitalisme, le post-colonialisme, le racisme, les inégalités sociales et les violences bourgeoises, ça ne peut plus durer !

Ces partis de la gauche social-traître ne devraient même plus exister. Et que dire de la nullité de Martial Bourquin à gérer notre territoire industriel globalement [2], au côté des élus LR (Les Républicains).

Rappelons que Martial Bourquin (Parti socialiste) a collaboré avec la droite dure de Charles Demouge (LR) pour conforter sa place au sein de PMA (Pays de Montbéliard Agglomération) en 2020.

Pire encore, un obscur parti écologiste (Génération Ecologie Bourgogne-Franche-Comté) décide de dénoncer les « violences urbaines » dans un communiqué [3] sur le pseudo-média de droite ToutMontbéliard.com.
C’est pathétique ! Une « gauche » et des écologistes qui s’égosillent pour dire des blablas sécuritaires et autoritaires ressemblant à ceux de l’extrême droite.

En parlant des fascistes, Julien Odoul de Bourgogne et Jacques Ricciardetti de Besançon, ont voulu se donner des frissons et jouer aux guerriers en se baladant dans les quartiers du Nord Franche-Comté, protégés par la police bien sur.
Ces politiciens d’extrême droite sont venus sur notre territoire par provocation. Ils sont revanchards car le Nord Franche-comté est une terre hostile aux fascistes [4], et ce depuis 1944.
Dans les années 1970, 80, 90 et 2000, combien de dents ont été perdu par les colleurs d’affiches du FN dans les quartiers et les centre-villes de l’Aire Urbaine ?
Le pire c’est qu’ils n’avouaient jamais qu’ils étaient racistes, ces lâches disaient bien souvent « on est pas du FN, on est payé pour coller les affiches ».

Aujourd’hui, les politiciens du RN/FN foulent notre territoire prolétaire et multi-culturel et s’expriment sur la presse du Crédit Mutuel (L’Est Républicain) pour insulter les habitant.es du quartier.

Même si Julien Odoul veut donner une image sympathique et sexy en posant torse nu sur le magazine Têtu [5], dans le Nord Franche-Comté sa réputation le précède. Ce type est surtout connu pour être un provocateur et agresseur verbal, qui n’a pas hésité à humilier une maman de Belfort en sortie scolaire, jusqu’à en faire pleurer son enfant. [6]

Ni oubli, ni pardon !

Tout le monde déteste Julien Odoul, de Belfort à Montbéliard, en passant par Audincourt et Héricourt, la classe laborieuse de notre Aire Urbaine ne vote pas et déteste le RN/FN comme les autres politiciens autoritaires et bourgeois.

Et dans les campagnes, Julien Odoul est aussi détesté suite à sa blague violente, odieuse et nationaliste sur les paysans qui se suicident (« j’espère que la corde était française ») [7].

Pour rassurer les « patriotes » du RN/FN, il est important de signaler que toutes les armes utilisées par les mercenaires de l’État français contre les habitant.es du Nord Franche-Comté sont françaises et payées par les impôts des Français.es.
Mis à part le taser qui est une invention américaine. Les états-unien.nes ne sont pas des étrangers qui dérangent les fascistes de France, ces derniers ont beaucoup soutenu Donald Trump.

Make racists afraid again !

Loral Aitken, spécialiste des ultra-riches et des violences bourgeoises.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Banlieues, quartiers populaires

Articles de la même thématique : Police

Thinkerflou - Mathieu Rigouste : L’enférocement policier

Invité de marque aujourd’hui dans le format interview de Kawa TV ! C’est Mathieu Rigouste, chercheur indépendant en sciences sociales que nous avons rencontré pour un Thinkerflou exceptionnel. À l’occasion de la réédition de « La domination policière » à La Fabrique, Kawa TV est allé discuter avec lui des liens entre la colonisation, le racisme et la police.