Apero Femmes organisé par Aides

Venez discuter avec nous de santé sexuelle, du VIH et/ou des hépatites et de tous les sujets qui voustiennent à coeur ou pour lesquels vous souhaiteriez vous mobiliser ! Nous vous attendons avec impatience pour échanger avec nous, entre femmes, autour d’une boisson sans alcool et de quelques biscuits apéritifs !

Mercredi 11 juillet
19h - 21h, 9 place Zola
Venez discuter avec nous de santé sexuelle, du VIH et/ou des hépatites et de tous les sujets qui voustiennent à coeur ou pour lesquels vous souhaiteriez vous mobiliser ! Nous vous attendons avec impatience pour échanger avec nous, entre femmes, autour d’une boisson sans alcool et de quelques biscuits apéritifs !



Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.