Après quinze mois de grève, victoire pour les postiers des Hauts-de-Seine !



Après quinze mois de grève et 40 séances de négociations avec la direction, les postiers des Hauts-de-Seine (92) ont enfin obtenu gain de cause ! Les négociations ont finalement abouti à un protocole qui reprend plusieurs des demandes sur lesquelles les grévistes refusaient de transiger, en particulier le report de la réorganisation des services, qui menaçaient de dégrader fortement leurs conditions de travail.

« Nous sommes fiers du combat mené. Le 4 juillet nous reprendrons le travail plus forts ! Que cette grève serve d’exemple, d’espoir pour toutes celles et tous ceux qui refusent de vivre à genoux », a dit la délégation qui a signé le protocole d’accord. « C’était le pot de fer contre le pot de terre, et le pot de terre a tenu ! »

Création de 60 CDI

Le déclencheur du mouvement de grève a été le licenciement de Gaël Quirante, secrétaire départemental de Sud-Poste dans les Hauts-de-Seine. La procédure de licenciement, entamée en 2010, avait été successivement annulée par l’inspection du travail, le ministère du Travail (en 2011), puis par le Tribunal Administratif en 2014, avant d’être autorisée par la nouvelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud [1] Cette longue grève a aussi été l’occasion de dénoncer la dégradation des conditions de travail. Les cadences se sont tant accélérées que la plupart des facteurs ne parviennent plus à boucler leurs tournées sans dépasser leurs horaires de travail réglementaires.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Pour les sages-femmes, maintenant assez joué : game ovaire !

Pour la 5e fois cette année, les sages-femmes de Côte-d’Or seront en grève ce vendredi. Le 7 octobre, les sages-femmes étaient plus de 6000 à manifester à Paris : une mobilisation sans précédent ! Leurs attentes n’ont toujours pas été entendues. C’est pourquoi, du 22 au 24 octobre, les sages-femmes des maternités publiques, privées et exerçant en libéral appellent à un week-end noir.

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »

Articles de la même thématique : Grèves, blocage, sabotage

Soutien à Boris

Notre camarade Boris est incarcéré à la prison de Nancy Maxéville depuis septembre 2020 pour avoir brûlé une antennes relais 5G lors du premier confinement. Nous savons très bien depuis Foucault que le but du système carcéral ne sert pas seulement à « réprimer » et « punir », mais surtout à différencier, à trier, définir et nommer les « actes illégaux » [...] il participe lui-même de la domination sociale.