Audience au tribunal administratif : prise en charge des jeunes après 18 ans



Le droit fait obligation aux conseils départementaux qui ont pris en charge des mineurs dans le cadre de l’Aide sociale à l’enfance de continuer l’accompagnement et la prise en charge après 18 ans si les jeunes concernés n’ont pas les moyens d’être autonomes et de bénéficier d’un accompagnement familial. C’est une mesure de bon sens quand on connait le nombre de jeunes qui se retrouvent en situation de grande détresse et de grand danger s’ils se retrouvent mis à la rue à 18 ans.

Pourtant le conseil départemental de la Côte d’Or résiste à l’application de la loi. Plusieurs jeunes étrangers atteignant leurs 18 ans, lycéens ou en début d’apprentissage se sont vu indiquer qu’ils ne bénéficieraient plus d’aucun soutien et qu’ils devaient quitter leur hébergement, dans les faits dormir à la rue. Certains ont décidé de saisir la justice. La première étape de ce contentieux sera jugée au tribunal administratif de Dijon, rue d’Assas, ce mardi 19 septembre à 9h30 .

Collectif de soutien aux demandeurs d’asile et migrants



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Justice

Appel à rassemblement en soutien à Julien Assange

Les 20-21 février, la Haute Cour britannique examinera la recevabilité de l’ultime appel de Julian Assange au Royaume-Uni pour empêcher son extradition vers les États-Unis, où il risque jusqu’à 175 années de prison pour espionnage.

La France condamnée pour la nasse du 21 octobre 2010, et après ?

La CEDH a rendu aujourd’hui 08/02/2024 son verdict sur l’affaire de la nasse du 21 octobre 2010.
Après 13 ans de bataille juridique et militante, si la France a été condamnée à payer 1 714,28 euros aux requérants, la décision n’est pas une victoire politique.