[Belfort] Les employé·es de General Electric rassemblé·es pour obtenir une prime de fin d’année


Territoire de Belfort

Jeudi 18 novembre, les salarié·es de General Electric Belfort se sont rassemblé·es devant les ateliers de production du groupe américain à l’appel de la CGT de la filière gaz. Ils et elles réclament une prime de fin d’année de 1500 €. Cette mobilisation s’appuie sur une pétition signée par 550 salarié·es.
Suite au plan social de 2019, les effectifs sont passés de 1800 à 1275 salarié·es, et en 2022 les ateliers devront produire près de 55 turbines contre 30 en 2021. « Cela fait deux ans que les travailleurs des ateliers de production bossent comme des fous en mode dégradé six jours sur sept, puisque les heures supplémentaires, ils en font quasiment tous les samedis. On a des métiers physiques et ça se ressent au quotidien par les copains » [1].
La direction a proposé une augmentation générale des salaires d’1,25%,ce qui ne suffit même pas à compenser l’inflation.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

La CGT 21 dénonce les discours stigmatisants des épreuves de MEEF

Les épreuves du parcours MEEF véhiculent "une vision tronquée des missions de l’enseignant-e, érigé-e en gardien-ne du temple des « valeurs » républicaines, à l’affût du danger islamiste que représenterait potentiellement chaque élève prétendu-e musulmane ou étiqueté musulman."

[Besançon] Tous au tribunal pour Claire !

Claire Guyon fait face à de multiples animosités des mairies alentours pour l’empêcher d’installer une ferme en agriculture biologique diversifiée. Ce vendredi matin à l’alpage de la Boivine (1220m d’altitude, près du Mont d’Or) où elle s’est installée la semaine dernière, Claire a reçu la visite d’un huissier et une convocation pour le lundi 16 mai.