Dijon Badass, le collectif informel de collage à Dijon

Depuis quelques temps, on peut observer fleurir des messages féministes sur les murs des grandes villes telles que Marseille, Paris, Bordeaux, Lyon, Grenoble, ainsi qu’en Suisse et en Belgique... Dijon rejoint le mouvement.

Impulsé par Marguerite Stern, militante, artiste et ex-Femen, ce travail de collage militant est depuis poursuivi par un collectif informel (Collages Féminicides), en parallèle du travail de recensement mené par Féminicides par (ex)compagnons. Néanmoins, à Dijon comme à d’autres endroits, ces collages se veulent de plus en plus inclusifs à toute sensibilité, tout genre ainsi que toute orientation sexuelle, contrairement à certains autres mouvements transphobes, homophobes ou putophobes. Les rencontres se font en mixité choisie (sans hommes cis-genre) afin de se réapproprier la rue et de créer du lien entre nous.
Comme l’ont rappelé les membres du Collectif 25 novembre pendant la marche contre les violences faites aux femmes le 23 novembre dernier à Dijon, la « nouvelle génération de féministes se veut tolérante, antipatriarcale et anticapitaliste ».
C’est pourquoi, des femmes de Dijon et alentours ont décidé de se réunir informellement en groupes mobiles et non structurés afin de représenter de façon objective tous les types de femmes subissant des violences ponctuelles et/ou quotidiennes.

Différents messages ont été collés :

  • Ni una menos
  • Plus qu’1 féminicide et c’est Noël
  • Stop à la culture du viol
  • Femme trans assassinée = féminicide
  • A nos sœurs assassinées
  • A bas le patriarcat

Une dizaine de phrases collées sur un premier quartier de la ville, mettant en lumière l’urgence à prendre en compte la parole des femmes et à reconstruire le système patriarcal actuel en une société plus égalitaire.
Ces messages sont : et une forme de sensibilisation au grand public, et une marque de soutien envers les femmes et les minorités de genre : nous ne sommes pas seules, nous nous soutenons et ce que nous vivons n’est pas normal.
Ce premier moment a été, pour les personnes y ayant participé, fort en émotions et très satisfaisant : une réelle complicité et un vrai esprit d’équipe s’est formé pendant les ateliers création et collage. Nous t’invitons donc à nous rejoindre pour la prochaine session !

JPEG - 35.8 ko
Elle le quitte, il la tue
JPEG - 41.2 ko
A nos soeurs assassinées
JPEG - 33.3 ko
Féminicides, pas une de plus
JPEG - 51.4 ko
Ni Una Menos
JPEG - 55.2 ko
A bas le patriarcat
JPEG - 61.3 ko
Femme trans assasinée= Féminicide
JPEG - 31 ko
Aimer ≠ tuer
JPEG - 26.5 ko
Stop à la culture du viol


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Violences sexuelles

[Dijon] « Je te crois » rassemblement contre les violences sexuelles

Dans le cadre du mouvement national « je te crois », le groupe Collages féministes Dijon organise un rassemblement (...)

[En images] Le rassemblement féministe du 8 mars

Plus de 200 personnes sur la place Darcy hier après-midi ; des stands, une batucada, des assos, des syndicats, des discussions, des chorégraphies, des jeux... et une sortie des candidats en campagne.

Préparation du 8 mars 2020 : on continue !

Après une première réunion à l’appel du Collectif 25 Novembre où une cinquantaine de personnes se sont rassemblées pour discuter des actions à construire, nous poursuivons ce travail collectif lors d’une nouvelle réunion le mercredi 5 février !

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

La Pride 2020 podcastée

À partir des enregistrements pris dans la manifestation, ce petit montage de 14 minutes essaie de rendre un peu de (...)

Récit de la Marche des Fiertés du 27 juin 2020 à Dijon

Après ces derniers mois moroses et le choix politique du confinement qui a contraint les actions militantes,
Parce que la lutte contre les discriminations, les inégalités, pour vivre et nous épanouir dans nos corps, dans nos genres, dans nos vies… est toujours présent,
Parce que combattre ensemble le système cisgenre hétérosexiste et raciste est toujours d’actualité,
Parce que nous avons besoin d’exprimer colère, revendications, solidarité et fiertés,
Plusieurs collectifs TPGBQIA+ et féministes se sont rassemblées autour de l’organisation de ce rassemblement politique annuel.

La marche des fiertés en images

Retour en images sur la marche des fiertés du samedi 27 juin, une déambulation revendicative et festive. Des slogans, des pancartes, des chants, des collages, des vélos pimpés, des paillettes, et plusieurs centaines de personnes qui ont pris les rues dijonnaises pour lutter contre le cis-tème hétéro-patriarcal et pour toutes celles et ceux qui ne suivent pas la norme oppressive de cis-thème hétéro.