Émissions « anniversaires » consacrées aux inculpé·e·s du 8.12



Deux émissions « anniversaires » consacrées aux inculpé·e·s du 8.12.

L’une réalisée le 3 décembre à Brest à l’occasion du festival Intergalactique

Le 8 décembre dernier, en plein mouvement contre le projet de loi sécurité globale, dans un contexte de montée aux extrêmes de la violence policière et pour faire taire la contestation : trop de répressions, trop de violences, trop de bavures, trop d’affaires, trop de racisme ; le chef de L’État annonçait la tenue d’un "Beauvau de la sécurité". Un débat national est annoncé, la réforme est en marche.

Le 8 décembre 2020 au petit matin, neuf militants, neuf camarades sont arrêtés. On les suspecte d’intentions violentes envers : les institutions, la police, la République. Lesquelles ? Pour prévenir le crime, la police ne s’embarrasse pas de faits. Des mois d’enquête et des perquisitions aux quatre coins de la France, mais aucun projet exprimé-able, de cible identifié-able ou d’éléments matériels substantiel. Un chef d’inculpation fait l’affaire : « Association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste ». Par voie de presse les services de renseignement s’empresseront de publiciser leur exploit, le qualifiant pompeusement de "coup de filet".

Inculpez, il en restera toujours quelque chose. Un fantasme policier à instiller dans le débat public ; la suspicion d’une violence latente, aveugle et meurtrière, prête à émerger des mouvements sociaux. Pour donner corps à ces obsessions d’ennemis intérieurs, on incarcère. Depuis près d’un an ces inculpés sont persécutés, l’un d’entre eux pourrit toujours en prison. Couvert par le secret de l’instruction et en l’absence du moindre travail journalistique les concernant, la désinformation politique tient ses ministères.

L’autre, le 26 novembre, par L’envolée

Un an après la mascarade antiterro, paroles de proches des accusé·e·s du 8.12
Émission de l’Envolée du vendredi 26 novembre 2021. Au sommaire de l’émission :

Bientôt l’anniversaire de l’arrestation aux quatre coins de la France de neuf personnes accusé·e·s d’« association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle »… Discussion à Toulouse avec des ami·e·s de ces .prétendus « activistes violents d’ultragauche ». Émission enregistrée dans le squat qui avait été investi par une cinquantaine de policiers armés et où ont été arrêtés plusieurs résidents. Huit des neuf interpellés sont aujourd’hui dehors, sous contrôle judiciaire pour certain·e·s, mais le dernier est toujours enfermé – à l’isolement – à Bois-d’Arcy. Solidarité avec les neuf et leurs proches !
Chronique de la violence judiciaire : les « enquêtes sociales rapides » dans les procès en comparution immédiates, par les potes de La Sellette.
Santé et prison : coup de gueule de Coco Lakhdari face aux dernières mesures qui mettent un frein à l’organisation des soins en réduisant la durée de validité des tests du covid, toujours payants pour les non-vaccinés dont elles font des boucs-émissaires.

Écoutez ces émissions, faites-les circuler.

JPEG - 64.7 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

Guide pour écrire aux personnes détenues

Conseils et informations à destination des personnes souhaitant envoyer du courrier à des prisonnier·e·s, avoir quelques astuces pour communiquer malgré la surveillance de l’administration pénitentiaire, envoyer des colis, réagir en cas de censure, etc.

Soutien à Boris

Notre camarade Boris est incarcéré à la prison de Nancy Maxéville depuis septembre 2020 pour avoir brûlé une antennes relais 5G lors du premier confinement. Nous savons très bien depuis Foucault que le but du système carcéral ne sert pas seulement à « réprimer » et « punir », mais surtout à différencier, à trier, définir et nommer les « actes illégaux » [...] il participe lui-même de la domination sociale.

Articles de la même thématique : Justice