Fichage des locataires, une proposition scandaleuse

La FNAIM vient de faire la proposition de ficher les locataires qui n’auraient pas payé leur loyer. Communiqué du CLCV.

Ficher les locataires qui ne paieraient pas leurs loyers. Voici la nouvelle idée de la FNAIM [1], soutenue par les pouvoirs publics. Un fichier qui ne serait d’ailleurs consultable que par les agents immobiliers.
Un locataire a un retard de paiement ? Fiché. Il conteste une augmentation de loyer ? Fiché.
Le locataire est en difficultés financières à cause d’un bailleur qui, ayant minoré le montant des
provisions pour charges, procède à une régularisation massive en fin d’exercice ? Fiché.
La constitution d’un tel fichier est purement scandaleuse car, en plus d’être attentatoire à la vie
privée, elle sera source de discrimination et de stigmatisation. Et sur ces points, nous avons hâte de
connaître la position de la CNIL.
Le locataire qui, pour des raisons légitimes, aura connu des incidents de paiement verra son dossier
purement et simplement écarté. Penser un seul instant que le bailleur fera l’effort de le contacter
pour connaître les motifs de l’impayé relève de la plus grande naïveté.
Mais derrière ce fichage, il y a une vision partiale (et partielle) des rapports locatifs. Une vision qui
consiste à estimer que le locataire a une obligation étalée dans le temps, le paiement des loyers et
charges, tandis que le bailleur, lui, n’aurait qu’une obligation instantanée, la délivrance d’un
logement décent lors de la remise des clés. C’est oublier que le propriétaire doit également
entretenir les lieux pendant toute la durée de la location et y réaliser les réparations autres que
locatives. C’est oublier également l’obligation de remettre un logement en bon état. Or, seulement
13,3 % des bailleurs réalisent des travaux à chaque changement de locataire [2].
Y aura-t-il donc un fichage du bailleur qui ne restitue pas le dépôt de garantie dans les délais ? Qui ne
procède pas au remplacement de la chaudière ? Qui ne délivre pas de quittance de loyer ? Qui sous-
évalue le montant des charges locatives ? Qui ne respecte pas l’encadrement des loyers ? Qui ne
réalise pas de travaux en cas de changement de locataire ? La réponse est évidente : non.
Et qu’en est-il des agents immobiliers ? Eux aussi auraient largement leur place dans un fichier, n’en
déplaise à Vesta.
Au-delà de ces aspects, nous constatons que cette proposition de fichage s’est faite lors de la
présentation de la loi que prépare M. le député Mikaël N OGAL sur les rapports locatifs. Un texte qui
fait la part belle aux agents immobiliers et qui vise à accroitre la part de marché d’une profession qui
n’a pas réussi à se remettre en cause ou à convaincre de sa valeur ajoutée. En revanche, nous
sommes toujours en attente de la mise en place d’une réelle commission de contrôle des
professionnels, pourtant prévue par la loi ALUR de 2014. Or, six ans plus tard, toujours rien, un
comble pour un Gouvernement habitué à agir avec célérité...
La CLCV [3] s’oppose ainsi à tout fichage des locataires et demande la mise en place de la commission
de contrôle des professionnels de l’immobilier ainsi que le rétablissement de ses pouvoirs
disciplinaires.



Notes

[1Syndicat des « professionnels de l’immobilier »

[2Enquête CLAMEUR (26 mars 2019)

[3Association pour la défense de la consommation, du logement et du cadre de vie

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Logement

La Gazette des confiné·es #15 - Occupations et Zad, économie vs écologie et locataires étranglés

Sous Macron, l’économie est reine et les promesses écologiques du vent. Ou du greenwashing pour les multinationales. Bien réelle, la répression s’abat sur les classes populaires et les luttes. Violences policières, Zad détruites, squats menacés... Dans les immeubles de New-York, Bologne et peut-être bientôt de Rennes ou Paris, les menaces d’expulsions locatives poussent à la solidarité. Se transformera-t-elle en mouvement politique ?

Signature d’une charte commune en faveur des locataires en fragilité économique

Le Mouvement Hlm et les associations nationales de locataires signent une charte en faveur des locataires en fragilité économique pendant la crise du Covid 19

Appel à la grève des loyers

La proposition d’une grève des loyers se propage depuis quelques jours, parallèlement au coronavirus, en réaction à la crise politique, économique et surtout sociale qu’il provoque, qui vient s’ajouter à ladite « crise sanitaire » qui dure depuis quelque temps.

Articles de la même thématique : Surveillance, fichage

CoronaVirtuel, une certaine immunité policière

La dystopie n’est qu’une autre forme du désastre, son approfondissement augmenté, une extinction sous contrôle : tout y est virtuel, de la marchandise aux rapports sociaux, sauf la mort... en développement durable. La révolution, c’est tout le contraire !

Pour que cesse le confinement de notre lutte et de nos amitiés

Ce texte, publié sur le blog Nous sommes tou-te-s des malfaiteur-euse-s, est porté par des personnes mises en examen dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur des militants de Bure. Il a été rédigé par le biais de complexes allers-retours du fait de leurs contrôles judiciaires qui les obligent à « s’abstenir de rentrer en relation » entre elles. Par cette tribune, publiée également sur Reporterre et Mediapart et faisant suite à une enquête en trois volets elles souhaitent se réapproprier tant bien que mal une expression collective face à cette répression atomisante.

La Gazette des confiné·es #7 - Guerre, cocarde et propagande

Les soignant·es du Kremlin-Bicêtre ont-iels applaudi Macron, ou est-ce l’Élysée qui pratique la propagande des temps de guerre ? La guerre, ce n’est pas nous qui en parlons c’est l’État qui la nomme, la fait aux Zad et veut nous y habituer (par le SNU). Quelques réflexions et un tour d’horizon dans une gazette qui essaye de se détacher de la rumeur des bottes et du bruit des grenades.