L’Est Répugnant, un exemple de journalisme républicain


Doubs

À Besançon, la manifestation antifasciste du 17 septembre a été un véritable succès. Tous les médias ont fait le travail de relater et analyser le défilé d’un millier de personnes, à l’exception attendue de l’Est Répugnant...

Pour cette filiale du Crédit Mutuel, la ligne éditoriale assumée consiste désormais à doubler Rivarol sur sa droite. Quitte à biaiser et mettre en scène ses prétendues informations, afin de délivrer des brevets de bonnes vertus républicaines. Une véhémence qui cache de multiples condamnations notamment pour diffamation, ainsi que de graves manquements aux relents antisémites et racistes.

Le billet est signé Valentin Collin [1], habitué de la prolifique rubrique faits-divers. Presque tout son récit s’évertue à torpiller une prise de parole dénonçant l’extrême-droite et ses soutiens, effectuée peu avant le départ de la manifestation [2]. Au menu de son exploit du jour : tancer le silence et le désintérêt coupable des flics, du proc’, ou des scribouilleurs, quant à la multiplication récente des agressions fafs, c’est anti-républicain, sachez-le ! Et histoire de s’assurer que le message passe, le rédacteur n’hésite pas à évoquer le passif judiciaire présumé de l’oratrice... pas grave si cette réputation s’est d’abord construite via sa rédaction, avec de graves mensonges [3]. Nostalgie des « bonne vie et mœurs » qu’il faut étaler en public, mais dont il manque (bizarrement ?) un examen de conscience personnel [4].

Toutefois l’œuvre est collective, toute la clique locale de l’Est Répugnant ayant été enrôlée afin de débusquer le moindre prétexte pouvant salir l’événement : de Willy Graff, dont les images prises en catimini et publiées telles-quelles ont fait condamner des gilets jaunes [5], à Romuald Ponzoni, aboyant contre quiconque interrogerait les versions policières les plus douteuses sur la mort d’un jeune homme [6]. On ne manquera pas aussi de relever les méthodes utilisées en conséquence, dans la droite ligne de Rivarol et FdeSouche. Ainsi selon le journaliste Toufik-de-Planoise présent sur place, les trois réprobations politiques de ce discours auraient été extorquées et instruites à charge [7]. Le tout à partir d’un texte dont les concerné.e.s n’avaient même pas pris connaissance, de leurs propres aveux.

Logiquement pas une seule ligne de fond ne sera davantage consacrée au cortège en tant que tel, tâche sans doute trop complexe et subalterne pour l’Est Répugnant. Mais au-delà de la médiocrité latente, pointent les idéologies puantes. Car quand il s’agit d’ultranationalisme le zèle se fait plus arbitraire, à l’instar du 14 août 2021 avec la diffusion d’une affiche antisémite sans la moindre mention [8] ou du 1er mai 2022 par le relais vidéo brut d’une exaction néonazie digne de leurs meilleurs communicants [9]. Pour les grattes-papiers du Crédit Mutuel, l’extrême-droite n’est donc pas un sujet... allant jusqu’à utiliser les codes les plus crasses de cette frange, ironisant le 23 mars 2022 sur un « black face » de carnaval en ces termes : « on s’y croirait. Il ne manque que le bruit et l’odeur comme dirait Chirac » [10].

Les chiens de garde s’avèrent également bien placés pour donner des leçons en matière de probité, leur employeur ayant été condamné à de multiples reprises notamment pour diffamation [11]. Mais aussi à se prévaloir des concepts de liberté d’expression et de pluralité des opinions, puisque de nombreux internautes ont vu leurs commentaires critiques ou dubitatifs censurés. Le ter-ter avait déjà tranché, la porte-parole ciblée ayant été massivement applaudie et saluée par les militant.e.s et habitant.e.s... son allocution sur « la peste brune qui s’installe sous le silence complice des services de police, de justice et de l’État ; aidée par une presse mainstream aux ordres » n’aura ainsi déplus qu’à l’Est Répugnant, qui s’est empressé de démontrer une énième fois toute la force et la véracité du propos.



Notes

[1Valentin Collin pour l’Est Répugnant, édition du 17 septembre 2022 : « Un discours anti-républicain prononcé lors de la marche contre l’extrême droite » (lien) ;

[2En voici le contenu intégral : « Cela fait plusieurs années que l’extrême-droite tente de répandre ses idées nauséabondes localement, par les urnes et par la force. Une dédiabolisation des idées réactionnaires, ponctuée par la récente séquence électorale et la candidature d’Éric Zemmour a entraîné une recrudescence des ses actions. Ces derniers mois dans la capitale comtoise, un groupuscule néonazi s’est en effet adonné à toutes sortes de violences : attaque d’un meeting électoral, parasitage du traditionnel cortège du 1er mai, intimidations et menaces contre des militants de gauche, agressions physiques de journalistes indépendants, descente en plein centre-ville aux cris de Heil Hitler et Besançon est nationale socialiste... Une odeur de peste brune s’installe, sous le silence complice des services de police, de justice, et de l’État, aidés par une poignée de bars et une presse mainstream aux ordres. Mais c’est oublier l’esprit de résistance populaire de notre cité, ses habitants ne comptant pas laisser la rue à l’extrême-droite et ses idées. À l’initiative de collectifs autonomes et d’habitants de la ville, une manifestation est appelée par diverses organisations : la CGT, SUD/Solidaires, la France Insoumise, le Nouveau Parti Anticapitaliste, la Fédération anarchiste, Solidarité Migrants-Réfugiés, France-Palestine Solidarité, ainsi que certains établissements alternatifs. Contre l’extrême droite et ses idées ; l’extrême-droite qui a toujours été en faveur des puissants contre le camp des travailleurs, contre les minorités. Nous battrons le pavé ce jour pour faire bloc et rappeler que nous sommes tous et toutes antifascistes, et que jamais Besançon ne cèdera à la menace brune. Néonazis, identitaires, nationalistes, hors de nos vies ! » ;

[3Emma Audrey et Toufik-de-Planoise pour radio BIP/média 25, édition du 9 août 2022 : « Une action coup de poing devant le QG mène une femme devant le juge » (lien) ;

[4À ce petit jeu, comment serait ainsi jugé un individu recasé à l’Est Répugnant après avoir foiré ses diplômes, et qui fut signalé pour sa consommation de certaines substances ? ;

[5Toufik-de-Planoise pour Kawa TV, édition du 19 janvier 2022 : « Besançon, chronique d’un gilet jaune ordinaire » (lien) ;

[6Toufik-de-Planoise pour Kawa TV, édition du 25 juillet 2022 : « Besançon : un jeune meurt lors d’une opération de police, flics et médias sont au diapason » (lien) ;

[7Toufik-de-Planoise, publication Facebook du 18 septembre 2022 (lien) ;

[8Le Bison Teint, publication Twitter du 14 août 2021 (lien) ;

[9Valentin Collin pour l’Est Répugnant, édition du 1er mai 2022 : « Besançon : un groupe d’extrême droite perturbe la manifestation du 1er mai » (lien) ;

[10Maurice Midena pour Arrêt sur images, édition du 26 mars 2022 : « L’Est républicain empêtré dans une affaire de blackface » (lien) ;

[11L’Est Répugnant, article Wikipédia du 6 juin 2022 (lien).

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Médias bourgeois

Articles de la même thématique : Médias d’extrême droite

Elon Musk bannit CrimethInc. de Twitter à l’instigation d’un troll d’extrême droite

Le 25 novembre, à la demande d’un troll d’extrême droite, Elon Musk a suspendu le compte Twitter @crimethinc. L’objectif de Musk en acquérant Twitter n’avait rien à voir avec la « liberté d’expression » - il s’agissait d’une démarche partisane visant à faire taire l’opposition tout en ouvrant un boulevard à l’extrême droite. Cela met en évidence les dangers de dépendre des plateformes de médias sociaux appartenant aux grandes entreprises.

Les « antisystèmes », partisans du capitalisme autoritaire

La pandémie actuelle a démultiplié l’audience de personnalités et de médias « antisystèmes », défendant la liberté contre la « dictature sanitaire ». Derrière cette rhétorique se cachent souvent des individus ou des groupes dont il est clair qu’ils ne sont pas nos amis dans la lutte pour l’émancipation. Voici quelques illustrations.