Le golf c’est fini



Une action en réponse aux inquiétudes sur la pénurie d’eau...

Au chateau de chailly (à côté de Pouilly en Auxois) ...

« Le Château de Chailly, en plein cœur de la Bourgogne a été construit au 16e siècle. D’abord forteresse, il a été anobli et a été légué de famille en famille. En 1989, alors à l’abandon, le Château est racheté par un investisseur Japonais : Yasuhiko Sata. Aujourd’hui, l’Hôtel Golf Château de Chailly comprend 45 chambres et suites, 8 appartements, un restaurant, 2 bars et un magnifique golf 18 trous sur un terrain de 75 hectares, qui font de ce Resort l’endroit idéal pour explorer la Bourgogne, pour des vacances ou des séjours golfiques. Sur la route du sud de la France, le lieu est parfait pour faire un break sur la route du soleil. »

... se prépare la competition de lundi. Le green est impecc.

On leur souhaite une belle compétition !

JPEG - 463.3 ko
JPEG - 476.7 ko
JPEG - 513.4 ko
JPEG - 544.5 ko

P.-S.

Franchement c’est très mal surveillé tous ces golfs.


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Eau

Victoire contre Lafarge à Saint-Colomban (44) !

Lafarge vient d’annoncer l’abandon de son projet d’extension de carrière de sable sur 37ha à Saint-Colomban. Les paysan·nes du territoire, les collectifs locaux et les Soulèvements de la Terre luttent depuis plusieurs années pour protéger ce bocage déjà dévoré par les carrières de sable existantes et le maraîchage industriel !

L’activisme écologiste, nouveau terrain d’expérimentation de la Technopolice

Plusieurs affaires récentes ont mis en lumière la surveillance particulièrement intensive subie par les militantes écologistes. Outre l’arsenal administratif et répressif déployé par l’État pour les punir, c’est la nature des moyens utilisés qui interpelle : drones, reconnaissance faciale, marqueurs codés… Le ministère de l’Intérieur expérimente et perfectionne sur les activistes écologiques ses outils technopoliciers.