Le péril nucléaire mis à nouveau en évidence par la guerre en Ukraine



26 ème vigie citoyenne mensuelle pour la reconversion du CEA Valduc

Communiqué de presse n° 26 - 24 mars 2022

Le 24 mars 2022, à Dijon sur la place Darcy, puis à Moloy, près du site du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) de Valduc qui assure la maintenance et la modernisation des 290 armes nucléaires françaises, 14 lanceurs d’alerte du « Collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires » ont déployé des banderoles. Ils appellent

  • au respect par la France de l’art. 6 du Traité de non-prolifération (TNP) auquel elle a adhéré en 1992 et dont elle viole allègrement l’esprit et la lettre,
  • à l’adhésion de la France au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN), devenu depuis le 22 janvier 2021 la norme du droit international,
  • et à la reconversion à ces activités pacifiques des sites CEA-DAM, dont celui de Valduc.
JPEG - 964.2 ko
La menace nucléaire de V. Poutine après celle de D. Trump

Une fois de plus, les armes nucléaires occidentales n’ont été d’aucun effet pour dissuader le maître du Kremlin d’attaquer l’Ukraine. Au contraire, les armes nucléaires russes ont permis à Poutine de se sentir en position de force pour attaquer l’Ukraine en sachant que tant qu’il ne toucherait pas un pays de l’OTAN, les États-Unis n’interviendraient pas militairement. Elles ont donc favorisé la guerre, et non pas la paix comme l’affirme le discours sur la dissuasion nucléaire [1]...
Face à la résistance des Ukrainiens, qu’il n’avait pas anticipée, face aux sanctions économiques sans précédent prises de manière unanime par une Europe qu’il pensait faible et divisée, face à la condamnation d’une grande partie de la communauté internationale, V. Poutine brandit la menace de l’arme nucléaire. Le 24 février, annonçant l’invasion militaire du Donbass à la télévision russe, il s’est adressé à ceux « qui tenteraient d’interférer » avec son armée. « Ils doivent savoir que la réponse de la Russie sera immédiate et conduira à des conséquences que vous n’avez encore jamais connues ». Cette phrase est un copier-coller de la menace adressée par son ami Donald Trump le 8 août 2017 à la Corée du Nord, promettant « le feu et la colère, comme le monde ne l’a jamais vu jusqu’ici. »
Le 27 février, V. Poutine donnait à son ministre de la Défense et à son chef d’état-major l’ordre de mettre les forces de dissuasion russes en alerte. S’ajoutent à ce chantage les tirs d’intimidation de l’armée russe, dans la nuit du 3 au 4 mars, sur un bâtiment non-nucléaire de la centrale électrique nucléaire de Zaporijjia, la plus grande centrale atomique d’Europe. Si les bâtiments nucléaires avaient explosé, cela aurait été « 10 fois pire que Tchernobyl », selon le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmitri Kouleba. L’agression russe, tout comme le terrorisme, interroge sur le bien-fondé du choix du nucléaire civil : les réacteurs sont autant de cibles et de menaces pour la population...
Plutôt que pousser les pays occidentaux à renforcer un arsenal nucléaire inefficace, dangereux, illégal, antidémocratique, démobilisateur, immoral et ruineux, ces évènements doivent au contraire renforcer la détermination des Français et des citoyens du monde entier à faire abolir les armes nucléaires. Afin qu’aucun responsable, et en particulier des dirigeants déjantés ou paranoïaques, n’ait la possibilité d’en faire usage. La France et la Grande-Bretagne pourraient jouer un rôle déterminant dans ce sens.

Comment les citoyens peuvent-ils soutenir le TIAN ?

  • Écrivez à votre Maire, afin que votre commune signe l’Appel des villes d’ICAN pour le désarmement nucléaire, à votre député et sénateur pour que la France ratifie le TIAN.
  • Participez aux vigies citoyennes à Dijon ou Valduc, à Paris et ailleurs.
  • Questionnez votre banque sur son financement de la bombe atomique, et n’hésitez pas à changer pour une banque éthique, grâce au guide éco-citoyen “Choisis ta banque !” sur le site des Amis de la Terre.
  • Intéressez-vous aux armes nucléaires, aux questions de sécurité internationale et aux alternatives de défense de la démocratie.

Les vigies et actions non-violentes menées par le « Collectif Bourgogne Franche Comté pour l’abolition des armes nucléaires » s’inscrivent dans le cadre d’ ICAN, « Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires » (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons), prix Nobel de la paix 2017, et dans la suite des précédentes victoires de l’ONU : interdiction des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), et des bombes à sous-munitions (2008).

Découvrez l’historique avec photos des actions à Dijon et Valduc depuis 2014.

Le collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires



Notes

[1Certains analystes affirment que Poutine ne l’aurait pas fait si l’Ukraine avait conservé dans les années 1990 les armes nucléaires « soviétiques » qu’elle a restituées à la Russie. Cet argument ne tient pas car l’Ukraine abritait les missiles de l’Union soviétique, mais n’avait pas la capacité de les lancer. Si d’ailleurs l’Ukraine était restée de 1991 à 2022 dans le glacis de l’ex-URSS, elle n’aurait pas pu se développer et lier des liens forts et un partenariat avec l’Union européenne.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nucléaire

Articles de la même thématique : Guerres

D’Ukraine. Opération solidarité.

Ressources pour soutenir les activistes ukrainien·nes et appel à soutenir les actions de militant.es anarchistes en ukraine d’« Operation Solidarity » et des personnes qui cherchent à quitter le pays.

Mobilisation zapatiste contre la guerre

Dimanche 13 mars, des dizaines de milliers de zapatistes ont manifesté dans les 5 principales villes du Chiapas ainsi que devant les caracoles pour dénoncer l’agression russe contre l’Ukraine. Il s’agit de la plus grande mobilisation zapatiste depuis 2014.