Les flics d’Île-de-France ont maintenant une machine pour aspirer l’ensemble des données de votre mobile



Suite à un reportage de Reporterre et un article de Checknews, on a maintenant la confirmation que les commissariats d’Île-de-France vont s’équiper d’une centaine de nouvelles machines capables d’aspirer l’ensemble des données de n’importe quel smartphone : SMS, photos, localisations, données issues des applications…

JPEG - 48.9 ko
Exemple de données recoltées suite à un hack de la socitété Cellebrite en 2016

Ce nouveau système que les flics français nomment le « Kiosque » est un ordinateur commercialisé par une société israélienne Cellebrite basé sur logiciel du nom UFED InField. Il suffit aux flics de brancher votre téléphone à cette machine afin qu’ils puissent en moins de 10 minutes accéder à l’ensemble de son contenu sans avoir votre mot de passe, ou données biométriques.

JPEG - 31.1 ko
Le Kiosk

Malgré que le chiffrement des téléphones Android et iOS est maintenant par défaut, ils sont capables d’outrepasser cette sécurité (« Bypass du bootloader via souvent une faille au sein du processeur graphique » pour les intimes).


Lire la suite sur paris-luttes.info



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Police

Articles de la même thématique : Surveillance, fichage

Plainte collective contre la Technopolice

La surveillance de nos rues est devenue totale, car les technologies policières installées ces dernières années se renforcent les unes les autres : vidéosurveillance généralisée, fichage de masse, reconnaissance faciale et détection automatisée de comportements. Pour mettre un coup d’arrêt à cette surveillance totale, nous lançons une plainte collective contre le ministère de l’intérieur qui l’organise illégalement.

Contre la dissolution de « La Gale »

Le 11 mai prochain, le juge des référés doit examiner le cas du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), dissous le 30 mars en Conseil des ministres.