Les voeux du président - version traduite

Les vœux du Président des riches étaient prononcés en novlangue néolibérale... des interprètes ont décidé de mettre la pensée complexe et subtile du Président à la portée de tou·te·s et ont ainsi traduit quelques éléments de langage de son discours.

« apaiser » = embraser

« un projet de justice et de progrès social » = un projet d’injustice et de régression sociale

« Je ne céderai rien au pessimisme ou à l’immobilisme » = Je ne céderai rien à la détermination des grévistes ou aux manifestations. (ndlr : une autre traduction est possible : Je ne céderai rien à l’enthousiasme de la lutte ou aux actions de blocage)

« les peurs, les angoisses » = la colère sociale, le soulèvement

« craintes et oppositions » = révolte et grève générale

« Avec le Grand Débat [...] nous avons su instaurer un dialogue respectueux et républicain » = Avec le Grand Débat nous avons su instaurer un monologue condescendant et monarchique

« Ma seule boussole est et sera l’intérêt de notre pays » = Ma seule boussole est et sera l’intérêt du Capital, de Blackrock, l’oligarchie financière, des actionnaires, du patronat...



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique française

Menu unique sans viande : attention a l’indigestion !

Communiqué de presse de Sud Collectivités Territoriales de la Ville de Lyon suite à la polémique actuelle sur les menus sans viande dans les écoles lyonnaises. Cette fausse polémique ne doit pas nous faire oublier que le vrai problème aujourd’hui est la condition de travail des agents des écoles.

Frédérique Vidal, le bonsaï qui cache la forêt.

Sur le tableau, Frédérique Vidal en train de pacifier l’université française. En bas, à droite, une étudiante, de blanc vêtue, qui n’appartient pas à un groupe féministe radicalisé.

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?