[Lyon] Attaque fasciste contre une librairie



Ce samedi une cinquantaine de fascistes masqués et armés ont attaqué la Plume Noire, librairie de l’Union Communiste Libertaire, située rue Diderot à Lyon.

Communiqué de l’Union Communiste Libertaire Lyon :

Notre librairie, la Plume Noire située au 8 rue Diderot, a été de nouveau la cible d’une attaque perpétrée par une cinquantaine de fascistes masqués et armés.

Celle-ci s’est déroulée à 14h aujourd’hui à l’ouverture de la permanence de notre librairie mais aussi de celle de l’association PESE pour les collectes de produits de premières nécessités.

Moins de 10 personnes se trouvaient à l’intérieur au moment de l’attaque.
L’attaque a été lâche, violente à l’image de l’extreme-droite lyonnaise.

Il n’y a eu heureusement que des dégâts matériels et nous espérons que les personnes présentes se remettront vite de cette attaque.

Il n’y a aucun doute sur l’origine de l’attaque : il s’agit bien de l’extreme-droite lyonnaise notamment identitaire alliée aux holligans nazis du stade.
Les chants qui se retrouvent sur certaines vidéos, le salut nazi ne laissent pas de place aux doutes.

Communiqué de l’Union Départementale 69 des syndicats CNT (Confédération Nationale du Travail) :

Cette nouvelle attaque a eu lieu samedi 20 mars vers les 14h, en pleine après-midi et a été menée par un groupe d’une quarantaine de militants fascistes, identifiables par leurs slogans et gestes, armés et masqués, qui ont saccagé les vitrines et devantures de la librairie située au 8 rue Diderot dans le 1er arrondissement. Cette attaque a eu lieu au moment d’une collecte de produits de premières nécessités organisée par l’association PESE en direction de familles démunies. Heureusement aucune personne n’a été blessée.
Après l’attaque de La Plume noire et de Radio canut en 2016 , de nos propres locaux, rue Burdeau, en 2018 puis de nouveau récemment de bénévoles de l’association PESE devant la Plume noire en décembre 2020, cette nouvelle attaque montre une fois de plus le sentiment d’impunité avec lequel agissent les militants d’extrême droite depuis plusieurs années, multipliant notamment les « virées » violentes sur le quartier des pentes de la Croix-Rousse. Cette fois-ci une étape de plus est franchie, les précédentes attaques se sont toujours déroulées de nuit alors que là ils ont agi en plein après-midi un samedi, en déambulant à 40 dans les rues.
Cette attaque est aussi à mettre en lien avec la récente dissolution du groupe Génération identitaire et la demande répétée à Lyon de la fermeture de leurs salles La Traboule et l’Agogé. Dans la nuit de samedi à dimanche, l’attaque a même été revendiquée par le groupe dissout par un tag sur la façade de la Plume noire...

A lire sur Twitter


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Fascisme

Cartographie de l’extrême droite française [mise à jour janvier 2022]

« Nouvelle mise à jour d’une cartographie de l’extrême droite que nous publions régulièrement depuis 10 ans en collaboration avec le site antifasciste REFLEXes, et qui sera peut-être la dernière de notre part : l’atomisation du camp nationaliste, la faiblesse des structures collectives au détriment de la mise en avant d’individus nous obligent à repenser cet outil de compréhension de l’extrême droite. On s’en explique en comparant la première version du schéma à la situation actuelle, tout en vous proposant, comme à chaque fois, un descriptif détaillé de la carte. N’hésitez pas à proposer vos éventuelles corrections et ajouts dans les commentaires. »

Le buste d’Henriette de Crans vandalisé : Une violence faite à toutes les femmes !

Henriette de Crans fut la première femme condamnée pour sorcellerie et à avoir été brulée vive à Besançon. Le 20 novembre dernier, lors de la manifestation contre les violences faites aux femmes un buste à son effigie a été inauguré par la maire de Besançon. Dans la nuit de lundi à mardi, cette statue a été vandalisée. Plusieurs croix gammées ont été retrouvées à proximité de la statue.

Articles de la même thématique : Extrême-droite

[Franche-Comté] Un ex-cadre du RN reconnaît avoir profané trois mosquées

Fin novembre dernier, plusieurs lieux de cultes musulmans avaient été dégradés par des graffiti de croix de Lorraine. L’auteur des tags a été récemment identifié, il s’agit d’un ancien responsable-adjoint de l’organisation de jeunesse du RN et candidat aux dernières départementales. Un exemplaire de Mein Kampf a été retrouvé a son domicile.

[Besançon] Ludovic Fagaut, à la conquête du Rassemblement National

Faute de ne pouvoir proposer et réaliser quoi que ce soit, le LR Ludovic Fagaut passe son mandat à attaquer la maire EÉLV Anne Vignot. Une stratégie qui lui permet d’exister médiatiquement et de garder ses troupes fanatisées en ordre de bataille. Mais dans un contexte de regain identitaire, les escarmouches locales ne semblent plus suffire. Après avoir animé la polémique autour de Noël initiée par le RN, le voilà à stigmatiser le traitement des réfugiés dans des publications du 29 et 30 décembre dernier. Une course réactionnaire, qui déshonore l’histoire de notre ville.

[Besançon] Un cadre du Rassemblement National affiche sa proximité avec la mouvance néonazie

Un militant dynamique et déterminé, c’est ainsi que pourrait être présenté Théo Giacone par le « Rassemblement National. » Le jeune comtois est en effet parvenu à s’imposer au parti Lepéniste en deux années, cumulant depuis les candidatures et responsabilités. Sans fausse note, ou presque. Outre l’existence d’une photographie le faisant apparaître grimé façon « Ku Klux Klan », ce sont désormais ses accointances politiques qui posent question. Un relationnel avec la mouvance néonazie vient ainsi d’être établi, par des contacts et l’exhibition d’un étendard « Vandals Besak. »