[Lyon] Attaque fasciste contre une librairie



Ce samedi une cinquantaine de fascistes masqués et armés ont attaqué la Plume Noire, librairie de l’Union Communiste Libertaire, située rue Diderot à Lyon.

Communiqué de l’Union Communiste Libertaire Lyon :

Notre librairie, la Plume Noire située au 8 rue Diderot, a été de nouveau la cible d’une attaque perpétrée par une cinquantaine de fascistes masqués et armés.

Celle-ci s’est déroulée à 14h aujourd’hui à l’ouverture de la permanence de notre librairie mais aussi de celle de l’association PESE pour les collectes de produits de premières nécessités.

Moins de 10 personnes se trouvaient à l’intérieur au moment de l’attaque.
L’attaque a été lâche, violente à l’image de l’extreme-droite lyonnaise.

Il n’y a eu heureusement que des dégâts matériels et nous espérons que les personnes présentes se remettront vite de cette attaque.

Il n’y a aucun doute sur l’origine de l’attaque : il s’agit bien de l’extreme-droite lyonnaise notamment identitaire alliée aux holligans nazis du stade.
Les chants qui se retrouvent sur certaines vidéos, le salut nazi ne laissent pas de place aux doutes.

Communiqué de l’Union Départementale 69 des syndicats CNT (Confédération Nationale du Travail) :

Cette nouvelle attaque a eu lieu samedi 20 mars vers les 14h, en pleine après-midi et a été menée par un groupe d’une quarantaine de militants fascistes, identifiables par leurs slogans et gestes, armés et masqués, qui ont saccagé les vitrines et devantures de la librairie située au 8 rue Diderot dans le 1er arrondissement. Cette attaque a eu lieu au moment d’une collecte de produits de premières nécessités organisée par l’association PESE en direction de familles démunies. Heureusement aucune personne n’a été blessée.
Après l’attaque de La Plume noire et de Radio canut en 2016 , de nos propres locaux, rue Burdeau, en 2018 puis de nouveau récemment de bénévoles de l’association PESE devant la Plume noire en décembre 2020, cette nouvelle attaque montre une fois de plus le sentiment d’impunité avec lequel agissent les militants d’extrême droite depuis plusieurs années, multipliant notamment les « virées » violentes sur le quartier des pentes de la Croix-Rousse. Cette fois-ci une étape de plus est franchie, les précédentes attaques se sont toujours déroulées de nuit alors que là ils ont agi en plein après-midi un samedi, en déambulant à 40 dans les rues.
Cette attaque est aussi à mettre en lien avec la récente dissolution du groupe Génération identitaire et la demande répétée à Lyon de la fermeture de leurs salles La Traboule et l’Agogé. Dans la nuit de samedi à dimanche, l’attaque a même été revendiquée par le groupe dissout par un tag sur la façade de la Plume noire...

A lire sur Twitter


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Fascisme

Avant-guerre

Nous bavardions sous chloroforme
Sans prendre garde aux uniformes
Qui se massaient dans notre rue

Écofascismes - présentation discussion avec l’auteur

Antoine Dubiau viendra présenter son livre le jeudi 26 janvier à 19h à l’espace activité des Tanneries.
« Écofascistes ! » est parfois lancé comme une insulte pour discréditer les mouvements écologistes, qualifiés alors de « totalitarisme vert », l’auteur prend le parti d’analyser et théoriser ce à quoi le terme « écofascisme » peut concrètement et précisément faire référence. Pour cela il identifie un double mouvement qui relève à la fois de la fascisation de l’écologie et de l’écologisation du fascisme.

Articles de la même thématique : Extrême-droite

[Besançon] Manifestation antifasciste vendredi 27 janvier

Le vendredi 27 janvier 2023 à 13h30 une manifestation a été appelée devant le TGI de Besançon, en marge du procès de deux militants d’extrême-droite qui avaient profané une statue de Victor Hugo le 20 novembre dernier.

[Besançon] Steven Fasquelle, dernier des mohicans Lepéniste

Responsable des jeunes lepénistes et assistant parlementaire, Steven Fasquelle avait tout pour briller. Il ne lui manquait que la compagnie de ses ex-camarades du RN, presque tous partis chez Zemmour. Qu’à cela ne tienne, l’épopée militante s’est poursuivie à travers la Cocarde Étudiante. Pour le meilleur, et surtout le pire. Connivences néonazies, agressions politiques, symboles suprématistes... jusqu’où le cadre a t-il fermé les yeux sur ses compères ?

[Besançon] Itinéraire d’Etienne M., second mis en cause d’un vandalisme raciste

Deux individus seront prochainement renvoyés devant le tribunal de Besançon, après avoir reconnu leur participation au vandalisme raciste d’une statue de Victor Hugo le 21 novembre dernier. Sans surprise et malgré les réserves du parquet, les suspects s’avèrent être des membres notoires de l’extrême-droite locale. Focus sur Etienne M., double zélé de cette affaire comme du milieu.