[Lyon] Attaque fasciste contre une librairie



Ce samedi une cinquantaine de fascistes masqués et armés ont attaqué la Plume Noire, librairie de l’Union Communiste Libertaire, située rue Diderot à Lyon.

Communiqué de l’Union Communiste Libertaire Lyon :

Notre librairie, la Plume Noire située au 8 rue Diderot, a été de nouveau la cible d’une attaque perpétrée par une cinquantaine de fascistes masqués et armés.

Celle-ci s’est déroulée à 14h aujourd’hui à l’ouverture de la permanence de notre librairie mais aussi de celle de l’association PESE pour les collectes de produits de premières nécessités.

Moins de 10 personnes se trouvaient à l’intérieur au moment de l’attaque.
L’attaque a été lâche, violente à l’image de l’extreme-droite lyonnaise.

Il n’y a eu heureusement que des dégâts matériels et nous espérons que les personnes présentes se remettront vite de cette attaque.

Il n’y a aucun doute sur l’origine de l’attaque : il s’agit bien de l’extreme-droite lyonnaise notamment identitaire alliée aux holligans nazis du stade.
Les chants qui se retrouvent sur certaines vidéos, le salut nazi ne laissent pas de place aux doutes.

Communiqué de l’Union Départementale 69 des syndicats CNT (Confédération Nationale du Travail) :

Cette nouvelle attaque a eu lieu samedi 20 mars vers les 14h, en pleine après-midi et a été menée par un groupe d’une quarantaine de militants fascistes, identifiables par leurs slogans et gestes, armés et masqués, qui ont saccagé les vitrines et devantures de la librairie située au 8 rue Diderot dans le 1er arrondissement. Cette attaque a eu lieu au moment d’une collecte de produits de premières nécessités organisée par l’association PESE en direction de familles démunies. Heureusement aucune personne n’a été blessée.
Après l’attaque de La Plume noire et de Radio canut en 2016 , de nos propres locaux, rue Burdeau, en 2018 puis de nouveau récemment de bénévoles de l’association PESE devant la Plume noire en décembre 2020, cette nouvelle attaque montre une fois de plus le sentiment d’impunité avec lequel agissent les militants d’extrême droite depuis plusieurs années, multipliant notamment les « virées » violentes sur le quartier des pentes de la Croix-Rousse. Cette fois-ci une étape de plus est franchie, les précédentes attaques se sont toujours déroulées de nuit alors que là ils ont agi en plein après-midi un samedi, en déambulant à 40 dans les rues.
Cette attaque est aussi à mettre en lien avec la récente dissolution du groupe Génération identitaire et la demande répétée à Lyon de la fermeture de leurs salles La Traboule et l’Agogé. Dans la nuit de samedi à dimanche, l’attaque a même été revendiquée par le groupe dissout par un tag sur la façade de la Plume noire...

A lire sur Twitter


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Fascisme

Errance Urbaine #22 - Avril 2022

L’actualité vue par les rues de Dijon et alentours ces dernières semaines. Au programme ce mois-ci de l’antifascisme, des élections, et des nouvelles des Lentillères.

Articles de la même thématique : Extrême-droite

[Besançon] Pour l’extrême-droite, le parasitage du 1er mai tourne au fiasco

Lors de l’édition du 1er mai 2022 à Besançon, les principales officines d’extrême-droite se sont mobilisées. Pour leurs militants, il n’était pas question de laisser la gauche monopoliser les rues et les médias. Mais d’une prétendue démonstration de force affirmée sur les réseaux sociaux à grands renforts de montages vidéos, on retiendra surtout un véritable naufrage. Ils étaient dix, peut-être quinze. Certains de la région, d’autres venus depuis la Bourgogne pour l’occasion. Leur exploit ? Pour les uns, une mise en scène de quelques minutes, dans une artère déserte, sous lourde protection policière. Pour les autres, une tentative d’infiltration du cortège, se soldant par une éviction humiliante et par un sauvetage de la BAC.