Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

[Genève] Manifestation contre le parti d’extrême droite UDC le 18 mars



Les 17 et 18 mars 2023 l’UDC tiendra son congrès national à Genève. Le comité du parti se réunira le 17 et le 18 c’est une “assemblée des délégués” qui est prévue. Parce qu’on refuse qu’il se déroule sans contestation, parce qu’on refuse les politiques dégueulasses de l’UDC, parce qu’on refuse les valeurs que ce parti véhicule et le monde qui l’accompagne, soyons nombreux.ses à la manif anti-UDC du 18 mars prochain à Genève : rendez-vous à 15h au parc des Cropettes !

Manif contre l’UDC

Les 17 et 18 mars 2023 l’UDC tiendra son congrès national à Genève. Le comité du parti se réunira le 17 et le 18 c’est une “assemblée des délégués” qui est prévue. Le 28 janvier dernier à Bülach se tenait la première assemblée de ce type pour l’année 2023. Au cours de ce rendez-vous, le “nouveau” programme du parti était présenté aux délégués. Entre 2019 et aujourd’hui nous avons traversé la crise du Covid (loin d’être terminée mais désormais largement niée), le début de la guerre en Ukraine avec des centaines de milliers d’exilées et la panique anti-woke qui a fait trembler la droite conservatrice en France et en Suisse (entre autre). S’ajoutent ainsi au programme de l’UDC : une proposition vague quant à l’auto-suffisance en terme d’énergie - par là il faut comprendre un retour en arrière important sur les déjà bien maigres avancées en terme d’énergies fossiles et de nucléaire - et l’ouverture d’une lutte“contre la”culture woke". Le reste du programme reprend les thèmes habituels, avec cette fois une attaque particulièrement brutale contre le droit à l’asile, que le parti propose tout simplement de supprimer.

Anti-UDC action

L’UDC, qui prétend défendre “le peuple”, n’a que du mépris pour tout ce qui n’est pas suisse, blanc, de classe moyenne-supérieure et de préférence masculin. Le parti conservateur défend les intérêts des propriétaires, du capital et de l’argent, mais s’en fout complètement de tous les gens qui galèrent, des mal-payé.exs, des sans-papiers ou sans-bons-papiers, des étudiant.exs précarisé.exs, des mal-logé.exs, des minorités raciales, religieuses et de genre, ainsi que des pauvres.

Côté salaires, l’UDC crache sans cesse sur les employé.exs et les revenus. En pleine pandémie, quand tout le monde applaudissait le soir au balcon, c’est eux qui voulaient faire baisser le salaire réel des infirmier.èrexs en refusant leur indexation sur l’inflation [1]. Quelques mois plus tard, c’est eux qui demandaient la baisse des salaires des employé.exs de la Ville de Genève [2]. C’est eux qui refusaient encore le salaire minimum à Genève, et qui ont récemment réussi à l’attaquer au niveau national [3].

Côté immigration, l’UDC ne se cache plus d’être un parti raciste, xénophobe et islamophobe, avec des attaques systématiques et répétées contre les personnes migrantes, racisées et/ou musulmanes. C’est eux qui étaient à l’origine de l’initiative raciste “pour le renvoi des étrangers criminels” [4], c’est eux qui ont lancé l’initiative islamophobe contre la construction de minarets en 2009 [5], c’est eux aussi qui défendaient l’initiative nationaliste et xénophobe “contre l’immigration de masse” en 2015 [6]. Et aujourd’hui, en campagne pour les élections fédérales, le parti réclame des centres fédéraux en dehors des frontières nationales pour dissuader et exclure le plus possible les demandeur.eusexs d’asile [7].

Côté “féminisme”, l’UDC n’a ni peur ni honte d’instrumentaliser cette thématique à des fins racistes, xénophobes et islamophobes. En 2021, le “féminisme” sauce UDC dissimulait à peine leurs intentions patriarcales et islamophobes lorsqu’ils ont défendu avec succès l’interdiction du port de la burka en Suisse [8] en se basant sur une rhétorique dégradante pour toutes les personnes musulmanes. De plus, selon ce parti, toutes les violences sexistes et sexuelles seraient perpétrées par des hommes noirs et racisés [9]. Pourtant l’UDC fait toujours bloc contre l’instauration du consentement dans la définition du viol [10]. La “défense” des femmes blanches ne fait que renforcer sa politique anti-migratoire : mais quand il s’agit de défendre concrètement les femmes précarisées il n’y a plus personne puisque l’UDC refuse toujours fermement l’égalité salariale dans les entreprises [11].

Du côté des personnes LGBTIQA+ aussi, les attaques sont constantes. En 2021, l’UDC s’opposait frontalement au mariage pour tous les couples, à la PMA [12] et à l’adoption d’enfants pour les couples homosexuels [13]. C’est eux qui s’opposaient au congé paternité et à son application aux couples lesbiens [14]. En 2018 le parti refusait même que l’homophobie soit pénalement répréhensible [15]. Cette année le parti part même en croisade contre le “wokisme” et “la terreur du genre” (sic) [16].

Montée générale de l’extrême-droite

Les attaques intensives et répétées de l’UDC sont le reflet de la montée en puissance de l’extrême-droite, tant sur le plan institutionnel que militant. Ça fait un bail que l’UDC et sa clique politique n’ont plus peur d’être ouvertement racistes, sexistes, homophobes, islamophobes et transphobes. Que ce soit en exposant des symboles nazis [17], en participant à des conférences d’extrême-droite [18], en défendant des groupes néonazis [19] ou en participant à leur création [20], les liens entre l’UDC et le militantisme d’extrême-droite sont flagrants [21].

Mais la montée générale de l’extrême-droite ne se fait pas que dans la rue mais aussi dans les urnes, y compris dans celles prétenduement protégées de la peste brune par la démocratie. La Pologne de Duda, la Hongrie de Orban, la Turquie d’Erdoğan, l’Israël de Netanyahu, les récents gouvernements suédois (Kristersson) et italiens (Meloni - Salvini), ou encore les USA et Brésil trumpistes et bolsonaristes, ne sont que les terribles exemples d’une droite dure et extrême qui gagne du terrain politique, médiatique et social, tout en faisant le jeu des Zemmour, Le Pen, Blocher, Freysinger et autres Nidegger.

L’UDC ne sera jamais bienvenu à Genève

L’UDC nous attaque sans cesse, attaque les personnes pauvres, racisées, migrantes, queer, de gauche. Ils attaquent sans cesse les acquis sociaux tout en défendant les riches, les patrons, la police [22], l’armée [23] et les lois sécuritaires [24]. L’UDC gagne du terrain en détruisant tout ce que nous défendons.

Pour faire face à ces attaques constantes et répétées, pour construire ensemble une réponse efficace et déterminée, pour entraver la menace constante du fascisme qui nous rattrape, soyons nombreux.ses à la manif anti-UDC le 18 mars prochain à Genève : 15h au parc des Cropettes.

Montrons-leur la réponse de celleux qui se font constamment attaquer
Montrons-leur notre résistance active face à la montée de l’extrême-droite
Montrons-leur qu’ils n’ont pas de place dans le monde que l’on construit

GENÈVE - 18 MARS 2023 - MANIF ANTI-UDC

Alliance “tout le monde déteste l’UDC
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1019.1 ko
JPEG - 1 Mo


Notes

[12Procréation médicalement assistée

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Antifascisme

Articles de la même thématique : Suisse

[Suisse] Lancement des Grondements des Terres

Le 4 mars au petit matin, une petite troupe s’installe dans le bois de Moulin d’Amour à Vufflens-la-Ville. Elle compte s’opposer à un projet de gravière qui menace la destruction de cet espace. C’est le premier acte d’une campagne d’actions nommée les Grondements des Terres.