Solidarité avec Jérémy* et toutes les personnes incarcérées à Champ-Dollon



Notre camarade et ami Jérémy* a été arrêté le 15 mars. Accusé d’actes de sabotage contre l’entreprise Lafarge-Holcim, il est depuis détenu à la prison de Champ-Dollon à Genève. Nous appelons tou.te.x.s nos camarades à témoigner leur solidarité à Jérémy*.

Le mercredi 15 mars, notre camarade et ami Jérémy* a été arrêté près de chez lui à Genève, son appartement a été perquisitionné et il a ensuite été emmené au poste. Il a rapidement été transféré à la prison de Champ-Dollon, où il est depuis détenu à titre préventif. Jérémy* est accusé par la justice d’avoir, en janvier 2022, incendié deux véhicules et saboté des machines de chantier dans la gravière de Sézegnin appartenant au géant mondial du ciment Lafarge-Holcim.

Nous faisons appel à la solidarité de tou.te.x.s pour dénoncer sa détention ainsi que les conditions de détention de la prison de Champ-Dollon.

Une détention arbitraire et disproportionnée

la justice fait le choix d’imposer à Jérémy* un traitement disproportionné et punitif, avant même la fin de l’enquête censée prouver sa culpabilité. Il est très clair pour nous que Jérémy* se retrouve aujourd’hui à Champ-Dollon pour des raisons politiques. Le risque de collusion retenu contre lui n’est pas suffisant pour justifier de le placer en détention. Nous voyons bien que Jérémy* se retrouve en prison car c’est un militant. Le but non-avoué de sa mise en détention est de faire peur, autant à lui qu’à toute.x.s celleux qui luttent pour un monde meilleur.

Enquête abusive et illégale

Le dossier d’enquête comporte déjà de nombreux points d’obscurité qui révèlent des pratiques abusives et illégales de la part de la police. La police avait convoqué Jérémy* pour une audition en mars 2022, pour une affaire de tag anti-fasciste. Ils avaient alors prélevé son ADN. Or, absolument rien ne justifiait une prise d’ADN à ce moment-là. Le numéro de téléphone de Jérémy* était également connu de la police alors que ce dernier ne le leur avait jamais transmis. Ces deux éléments laissent penser que, à 22 ans à peine, Jérémy* était déjà dans le viseur de la police depuis un certain temps. Il était certainement fiché à cause de sa participation à des mobilisations politiques. La police, avec la complicité des autorités pénales, a utilisé des pratiques illégales pour former une accusation et le mettre en détention.

Conditions de détention

Les conditions de détention à la prison de Champ-Dollon sont inhumaines et dégradantes. Champ-Dollon est une prison destinée à la détention préventive et aux courtes peines, dont les conditions de détention sont parmi les pires d’Europe. Les personnes détenues passent 23 heures sur 24 en cellule. Elles n’ont droit qu’à une heure de promenade par jour et passent le reste de leurs journées dans des cellules souvent partagées avec plus de détenu.e.x.s qu’il n’y a de places prévues. Champ-Dollon est réputée pour ses conditions de détentions inhumaines et sa surpopulation. En effet, pour 398 places officielles [1], Champ-Dollon enferme entre 600 et 800 détenu.e.x.s. La prison ne compte que trois téléphones, autant dire des mois d’attente pour pouvoir téléphoner à ses proches. Les détenu.e.x.s n’ont droit qu’à deux fois une heure de sport par semaine et la session de sport peut être annulée sans aucune forme de remplacement. Il y aurait encore beaucoup à dire : l’humiliation de la fouille à nu avant et après chaque visite, les violences des gardien.ne.x.s, la difficulté d’accès aux médecins [2], l’accès aux produits essentiels possible seulement durant “l’heure de réclamation” (passage des gardiens) à 7h du matin, la chaleur de la canicule et le manque de mesures l’été passé [3], la gestion désastreuse de la pandémie en 2020 et 2021, les parloirs surveillés, les conversations téléphoniques avec les proches enregistrées, le courrier systématiquement lu et censuré et on en passe. Même le Tribunal fédéral a qualifié les conditions de détention à Champ-Dollon d’inhumaines et dégradantes en 2016 [4].
Ni Jérémy* ni personne d’autre ne devrait vivre dans ces conditions.

Qui est-ce qu’on enferme à Champ-Dollon ?

En prison, jamais ne se retrouvent les cadres d’Holcim et des autres multinationales mortifères, pourtant responsables d’innombrables crimes [5]. En prison se retrouvent principalement les personnes qui n’ont pas les bons papiers, les personnes racisées ou pauvres. La prison a comme véritable fonction d’exclure les indésirables, pas de réduire la criminalité [6]. Jérémy* a le privilège d’avoir des papiers suisses et d’être blanc. Il n’aura pas à subir les insultes racistes [7] des gardiens, ni à craindre un renvoi à sa sortie. Il a de nombreux proches pour lui apporter des colis et lui écrire, contrairement à beaucoup de personnes incarcérées. Mais Jérémy* fait aussi partie des indésirables du “bon ordre de la société”, il est fiché comme militant, il remet en question les injustices de la société actuelle.

Appel à banderoles en soutien

Des recours juridiques sont en cours mais nous considérons qu’il est nécéssaire qu’une mobilisation large se forme. Nous refusons le fichage des activistes, nous refusons que la police puisse faire usage de techniques illégales et nous refusons surtout l’enfermement de nos camarades. Nous appelons tou.te.x.s nos camarades à témoigner leur solidarité à Jérémy*. Pour qu’il sorte de prison au plus vite, pour lui montrer qu’il n’est pas seul et pour dénoncer les conditions de détention de la prison de Champ-Dollon.

La mise en détention de Jérémy* est un acte disproportionné, arbitraire et par là très politique, visant à faire peur autant à lui qu’à tout.e.x.s celleux qui veulent voir ce monde changer. Contre le fichage des activistes politiques, contre la répression des actions politiques et contre les conditions de détention à Champ-Dollon, il est nécessaire de construire un front large et uni. Cette affaire de répression politique ne doit pas rester dans l’ombre et l’indifférence.

Le comité de soutien à Jérémy* appelle à ce que toutes les personnes ou organisations solidaires de Jérémy* et de toute.x.s les prisonnièr.e.x.s de Champ-Dollon créent leurs propres banderoles de soutien. Toute initiative est la bienvenue ! Postons les images de nos banderoles sur les réseaux sociaux et nos canaux de diffusion, avec le #freejeremy. Et envoyons-les à freejeremy@riseup.net, pour que les photos lui soient transmises. Faisons tourner le mot, multiplions les gestes de soutien, et rappelons-lui qu’il ne sera jamais seul, ni face à la prison, ni face à la justice.

Solidarité avec Jérémy* et avec toutes les personnes incarcérées !

Comité de soutien à Jérémy*

* Prénom d’emprunt



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

Appel à rassemblement en soutien à Julien Assange

Les 20-21 février, la Haute Cour britannique examinera la recevabilité de l’ultime appel de Julian Assange au Royaume-Uni pour empêcher son extradition vers les États-Unis, où il risque jusqu’à 175 années de prison pour espionnage.

Articles de la même thématique : Justice

La France condamnée pour la nasse du 21 octobre 2010, et après ?

La CEDH a rendu aujourd’hui 08/02/2024 son verdict sur l’affaire de la nasse du 21 octobre 2010.
Après 13 ans de bataille juridique et militante, si la France a été condamnée à payer 1 714,28 euros aux requérants, la décision n’est pas une victoire politique.

Noyade de Check Camara : le procureur protège la police

Le 7 juillet dernier, Check Camara, 18 ans, se fait courser par la police. Le 10 juillet, il est retrouvé noyé dans le canal de Bourgogne. Lundi 20 novembre, le procureur de la République classe l’affaire Check Camara sans suite.