Manif du 24 janvier : photos et mise au point sur les violences policières en fin de journée

Retour sur la manifestation du vendredi 24 janvier. Manifestation réussie puisqu’elle a réuni 3000 personnes dans un cortège dynamique, mais aussi marquée par un déchaînement des forces de l’ordre, qui ont attaqué les manifestants au moment de la dispersion.

Le rendez-vous était donné place de la Libération pour cette nouvelle journée de lutte contre la réforme des retraites. Au moment du départ on constate que la mobilisation est forte, plus en tous cas que lors des manifestations des précédentes semaines. Est-ce le signe d’un mouvement qui va s’inscrire dans la durée, à l’image des gilets jaunes, ou du Hirak en Algérie ? On est en droit de l’espérer !

JPEG - 941.2 ko

De nombreux corps de métiers sont représentés et ont leur cortège :

Les avocats du Barreau de Dijon, en robe et accompagnés de leurs squelettes habituels.

JPEG - 826.3 ko

Les cheminots, avec leurs fumigènes et toujours prêts à donner de la voix.
Les profs, qui ont toujours autant la pêche et qui reprennent à plusieurs reprise la chorégraphie des riveteuses sur l’air de « à cause de Macron ».

JPEG - 935.6 ko

Les employés de la culture, menés par les grèvistes de l’INRAP.

JPEG - 792.9 ko

Les gilets jaunes, grimés (ou pas) en « vieux » avec déambulateurs et couches pour adultes.

JPEG - 840 ko

À noter aussi un cortège de tête de jeunes, antifascistes, accompagnés aussi de quelques gilets jaunes, chose qui ne s’était pas vue depuis plusieurs manifestations.

JPEG - 952.7 ko

C’est donc une manifestation dynamique [1] et massive qui arrive place Wilson, le point d’arrivée déclaré (et accepté) en Préfecture.

Que s’est il passé dans la tête des policiers ? [2]

Un cortège « calme » et « sans incidents » - y comprit selon les critères de la Préfecture - arrive donc comme prévu place Wilson. Une fin de manif habituelle : les syndicats commencent à ranger, les derniers badauds discutent, et un certain nombre de personne reste sur place en espérant un départ de manif sauvage, qui n’a pas l’air de se profiler.

Les derniers manifestants sont à peine arrivés sur la place qu’en haut de la rue Chabot-Charny une masse de policier apparait, en ordre de bataille : casques, matraques à la main, lance-grenades... Ils avancent à bon pas vers la place en tapant sur leurs boucliers.

JPEG - 900.1 ko

En une minutes à peine ils sont en bas de la rue, et, à la stupeur des derniers manifestants entrain de ranger les drapeaux, ils exécutent les sommations d’usage en quelques secondes puis gazent et chargent la foule.

JPEG - 1.2 Mo

Dans le même temps une équipe de Bacqueux gaze et attaque le cortège par derrière depuis la rue de Tivoli. Au passage un camion de pompier qui tente de se frayer son chemin toutes sirènes hurlantes est pris sous les grenades.

JPEG - 707.3 ko

L’heure qui suit s’est poursuivie dans la confusion, émaillée par les violences et les provocations policières.
Après cette première charge, les CRS ont enchaînés les replis et les charges contre les quelques manifestants encore présents.

JPEG - 625.1 ko
De la fusion progressive entre maintien de l’ordre et antiterrorisme

Les Street Médics, qui ne font jamais rien d’autre que de soigner les manifestants, ont eu droit à des tirs de grenades lacrymogènes les ciblant explicitement. Des grenades ont été tirées dans tous les sens, jusque sur des voitures prises dans les embouteillages, loin de tout manifestant.

JPEG - 716 ko
Beaucoup trop de cochonnaille pour une seule photo

Les CRS et policiers présents en ont profité pour interpeller plusieurs personnes, et en violenter d’autres comme on peut le voir ici, lorsqu’un CRS dans la force de l’âge est courageusement allé bousculer un sexagénaire en le poussant dans le dos au milieu de la route. Agression totalement gratuite, puisque l’agent n’a même pas jugé bon d’interpeller le manifestant.

JPEG - 926.9 ko
JPEG - 957 ko
JPEG - 1.2 Mo
JPEG - 1.9 Mo

Autre abus des CRS lorsque l’un d’entre eux a tenté de voler l’appareil photo d’une photographe en l’accusant de « participer à une manifestation interdite ».


Comme à l’accoutumée, la Préfecture annonce sur twitter avoir dispersé « un groupe d’individus [qui] a refusé d’obtempérer ». On notera dans le « groupe d’individus » en question la présence des secrétaires des UD CGT et Solidaires 21, qui rangeaient le matériel syndical et qui ont du fuir la charge « en courant, au milieu (littéralement) des tirs de lacrymo » comme le relève le compte twitter DijonDTR.

PNG - 55.9 ko

En l’absence du moindre feu de poubelle ou graffiti, la Préfecture a du trouver une justification à cette intervention, d’où la mention de « jets de projectiles » sur les policiers... Des jets de projectiles herculéens puisque les pandores se trouvaient alors place du Théâtre, à 500m de la place Wilson. On suppose que les ordres du jours étaient de faire monter la tension contre les manifestants, la violence étant le seul moyen qu’a trouvé le gouvernement pour répondre à la colère sociale.

On a donc eu à faire à une belle démonstration de la capacité de nuisance et de désordre des « forces de l’ordre ». On comprend bien dés lors, que l’ordre qu’elles maintiennent est bien celui du capital /des bourgeois /de la marchandise (appelez le comme vous voulez), qui mérite bien de « casser du gauchiste » de temps à autres, quitte a transformer ponctuellement une fin de manifestation des plus paisibles en manif sauvage sur un des carrefours les plus fréquentés de la ville en pleine heure de pointe.



Notes

[1parfois même un peu trop : on déplorera notamment le comportement de la banderole de tête syndicale, qui a mené la manif au pas de course, quitte a bousculer le cortège de tête lorsqu’il n’allait pas assez vite à son goût

[2Comprendre par là dans la Préfecture. Il ne se passe rien dans la tête des policiers, si ce n’est lorsqu’il s’agit de coordonner charge et coup de matraque

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

  • Le 30 janvier à 16:16

    Salut à toutes et à tous,
    Je suis G.,
    Ce vendredi 24 /01/2020, jour de manif j’ai été victime à mon tour de violences policières dites « légitimes et proportionnée ».
    Pour rassurer ceux qui se sont inquiété sur mon sort, je vais tellement bien que je suis entrain de préparer mes affaires pour (partir en lutte) à la manif ou l’OP aujourd’hui samedi.
    Ma colère est tellement grandes contre ce Jupiter de merde et ces petits toutous jusqu’à une certaine flicaille de caniveaux, qu’elle est plus forte (ma colère) que la peur.
    ILS NE ME FONT PLUS PEUR !
    C’est peut-être de cette absence de peur que je dois me méfier maintenant afin de ne pas me mettre trop en danger à certains moment.
    En tous les cas, si je ne me suis pas fait matraquer et embarquer en Garde à Vue par les Robocop, c’est bien grâce à l’énorme solidarité et le courage de certains manifestants présents sur les lieux.
    J’ai été protégé des coups par plusieurs personnes très courageuses, en particulier J. qui a prit 7 coups de matraque pour me protéger et également un vaillant Street-médic, A. qui a eu la lucidité d’esprit de profiter de l’effet d’attroupement solidaire pour m’extraire de la souricière. Je précise qu’à ce moment la, une crevure de flic venait de m’arracher très violemment mes lunettes de piscine et mon masque à gaz et que j’étais entrain de suffoquer dans un épais nuage de gaz.
    Comme quoi quand la solidarité joue son vrai rôle, nous sommes plus forts que la violence illégale.
    Un grand MERCI à toutes et à tous,
    MERCI la famille Gilets Jaunes et à très bientôt.
    G.