[En images] « Manifesteve » contre les violences policières

Ce samedi, plusieurs centaines de personnes ont manifesté en musique pour rendre hommage à Steve Maia Caniço, un jeune homme décédé à cause d’une intervention policière pendant une free party il y a maintenant 2 ans.

« Ce weekend nous étions dans la rue de Dijon pour rendre hommage à Steve Maia Caniço tué par la répression à la fête de la musique à Nantes en 2019.
2 ans après, un free party en hommage à Steve commençait en Bretagne et dès le début des violences policières, plusieurs blessés, un jeune homme de 20 ans à perdu sa main....
Notre motivation n’est que plus grande après les images et témoignages que l’on as eu dans la nuit de vendredi à samedi.
Nous commençons donc à défiler sans nous douter un instant de l’après midi terrible qui attends nos camarades, nos ami.es à Redon.
Comment peut on s’attendre à voir des dizaines de gendarmes venir détruires des ampli à coup de hache, des contrôleurs à coup de masse, à renverser des murs de sons ...
Nous n’oublierons pas ces actes et nous pardonnerons jamais ce que si c’est passé ce week-end à Redon. »
(Texte initialement publié sur la page facebook du collectif Conscience Nocturne)

Une main arrachée pour avoir voulu danser

Encore une fois, les autorités ont choisi la violence en lieu et place de dialogue. Des pluies de lacrymos et de grenades se sont abattues sur une foule qui ne désirait que faire la fête. De nombreux blessés sont à déplorer. Un jeune homme a eu la main arrachée, ce n’est malheureusement pas la première fois. Tout cela pour avoir voulu danser...

A lire sur expansive.info
JPEG - 703.6 ko
JPEG - 570.1 ko
JPEG - 590.8 ko
JPEG - 722.9 ko
JPEG - 459.1 ko
JPEG - 885.1 ko
JPEG - 724.2 ko
JPEG - 635.6 ko
JPEG - 437.4 ko
JPEG - 238.1 ko
JPEG - 717.3 ko
JPEG - 663.9 ko
JPEG - 566.6 ko
JPEG - 618.2 ko
JPEG - 940.2 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Police

Mascarade antiterroriste sur le plateau de Millevaches

Mardi 15 juin, une soi-disant « opération antiterroriste » a visé 7 personnes sur la commune de Gentioux-Pigerolles (Plateau de Millevaches) et en Haute-Vienne. Les faits reprochés : incendies d’une antenne 5G et de véhicules Enedis en février 2020. Les habitant·e·s déjà soutenu·e·s par quelques syndicats s’organisent pour contrer cette offensive policière et politique.

Articles de la même thématique : Violences policières

Manifestive en Hommage à Steve

Plus personne ne peut le nier : la police brutalise, mutile, tue. Le drame de la Fête de la musique de Nantes en 2019, qui a coûté la vie à un jeune fêtard, nous a rappelé à cette odieuse réalité. Parce que nous voulons continuer à danser la tête haute où nous voulons et quand nous voulons, nous appelons à rejoindre la prochaine Manifestive Dijonnaise le Samedi 19 Juin 2021 à 14h place de la République à Dijon.

Jérôme Laronze : 4 ans déjà !

Le 20 mai 2017 Jérôme Laronze, paysan éleveur de 37 ans était abattu par un gendarme, de 3 balles, une sur le côté et deux dans le dos. 4 ans après les faits, la procédure n’avance pas ! C’est pourquoi nous nous rassemblerons devant le palais de justice de Châlon-sur-Saône à 16h30 le jeudi 20 mai 2021 pour exiger Justice et Vérité pour Jérôme Laronze !

Le Préfet ment comme il respire pour justifier les violences de sa police !

« Le Préfet accuse donc les défenseurs des Jardins de l’Engrenage de violenter les forces de l’ordre, et même d’user des cocktails molotov ! [...] Aucun cocktail molotov n’a été utilisé ni préparé. Aucun policier n’a été blessé, même très légèrement.[...] Le Préfet ment comme il respire.[...] À l’Engrenage, la violence est policière et institutionnelle. »