Mouvement de lutte contre les E3C : un professeur suspendu à Dole

Suite à sa participation au mouvement de lutte contre les E3C, un professeur du lycée Jacques Duhamel, à Dole, a été suspendu à titre conservatoire dans la perspective d’une procédure disclinaire. Réactions de son comité de soutien et de syndicats d’enseignants.

Appel du 18 février par le Comité de Soutien NO NO !

NOus, enseignants du lycée Jacques Duhamel, sommes profondément choqués par la suspension de Noël Bucher à titre conservatoire dans la perspective d’une procédure disciplinaire. Il lui est reproché sa participation pacifique à des actions de contestation, dans le cadre d’un mouvement national contre la mise en œuvre des épreuves anticipées du baccalauréat (E3C).
Cette décision constitue pour nous une attaque violente aux droits fondamentaux de manifester et de s’exprimer.
La mesure prise à l’encontre de Noël Bucher nous semble totalement disproportionnée.
Elle nous donne le sentiment que cet enseignant est utilisé pour servir d’exemple et tenter d’intimider celles et ceux qui souhaiteraient exprimer leurs opinions.
Nous manifesterons notre mécontentement et notre solidarité devant le lycée Duhamel mardi 18 février entre 11h45 et 14h en demandant l’arrêt immédiat des mesures entreprises à l’encontre de Noël Bucher.

Venez vous joindre à nous !

NOus réaffirmons par ailleurs notre opposition aux Épreuves Communes de Contrôle Continu (E3C).
Ces épreuves n’ont de communes que d’être choisies et mises en œuvre par un même établissement plutôt que nationalement. Elles sont par conséquent inégalitaires.
De plus, en raison de leurs lourdeurs et des anxiétés qu’elles engendrent, ces nouvelles procédures ne remplissent plus les conditions pour qu’enseignants et élèves puissent faire et suivre des cours de qualité.

JPEG - 24.7 ko

Los collegas NO callaràn
Los E3C NO pasaran
Con nosotros

Les collègues ne se tairont pas, les E3C ne passeront pas, Nono avec nous !

Communique du syndicat FO lycées-collèges de Côte d’Or

/Les syndiqués du SNFOLC 21 se sont réunis en Assemblée Générale le vendredi 14 février 2020. //
//Ils sont choqués d’apprendre la suspension de M. Bucher à titre conservatoire dans la perspective d’une procédure disciplinaire, en raison de sa participation pacifique à des actions de contestation dans le cadre d’un mouvement national contre les E3C. //
//Cette décision constitue une attaque violente aux droits fondamentaux de manifester et de s’exprimer.//
//La mesure prise à l’encontre de M. Bucher donne le sentiment que cet enseignant est utilisé pour servir d’exemple et tenter d’intimider celles et ceux qui souhaiteraient exprimer leurs opinions.//
//Le SNFOLC 21 demande au Recteur de Besançon, M. Jean-François Chanet, de renoncer aux mesures entreprises à l’encontre de M. Bucher, et de réintégrer cet enseignant auprès de ses élèves.//
//Fait à Dijon, le 14 février 2020/



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Contre la réforme Blanquer

AG interluttes et Éduc’ Nat’ contre la réforme des retraites

Assemblée interluttes et assemblée générale des personnels de l’éducation nationale opposés à la réforme des retraites et (...)

« Il faut rester debout ! » - Entretien avec des institutrices en grève

Interview de deux enseignantes de l’école Champollion qui nous racontent la réforme des retraites, la grève et la solidarité des parents d’élèves, mais aussi les conditions de travail dans l’enseignement et les conséquences de la réforme Blanquer.

[Dijon] Rassemblement au Castel contre les E3C

Des professeurs se sont rassemblés lundi 10 février à 13h30 devant le Lycée Le Castel contre les E3C. Cette (...)

Articles de la même thématique : Répression

Course à la 5g, d’autres formes de lutte prennent le relais

Ce jeudi 9 juillet deux hommes seront jugés par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier, accusés d’avoir incendié le 15 avril dernier un relais téléphonique à Foncine-le-Haut dans le Jura.

[Lons-le-Saunier] Maxi-répression à la Mini-festation

Ce samedi 16 mai, la police a fait du zèle lors de la « mini-festation » de Lons-le-Saunier (Jura). Des participant.e.s, dont certain.e.s ont passé une vingtaine d’heures en garde-à-vue, racontent...

Meurtres et mensonges d’État : la police française a tué au moins 12 personnes durant le confinement

Durant ces 2 mois de confinement, si un certain nombre de violences policières ont pu être dénoncées grâce aux images et aux révoltes dans les quartiers populaires et mises en lumière dans les médias, les morts liées aux interventions de la police sont restées dans l’angle mort. Malgré un article publié le 20 avril sur cette situation, largement relayé et suivi de tribune, aucun média national n’a titré sur ces morts. À la fin de ce confinement, ce sont 12 personnes qui sont mortes à cause de la police. À ce rythme, personne ne peut continuer à parler de bavures isolées. Ils s’agit de meurtres systémiques validés par l’État français. Le site Rebellyon.info a publié un recensement de ces violences commises par la police pendant le confinement.