Nous sommes en grève féministe



Un texte écrit par un groupe d’habitantes du quartier de Fontaine d’Ouche pour la manifestation du 8 mars.

Nous sommes en grève féministe
Texte diffusé sur la place du théâtre le 8 mars 2024.

Nous sommes venues du quartier de la Fontaine d’Ouche, ensemble, pour participer à la grève féministe.
Nous sommes des femmes, nous sommes des mères, et depuis près d’un an nous nous réunissons au sein du groupe de parole à la Maison-Phare. Ces réunions en non-mixité sont nécessaires pour prendre un moment pour nous, mettre des mots sur des choses dont nous ne parlons pas.

Nous y partageons nos vécus, nos galères, nos colères. Et nos joies aussi.
Aujourd’hui nous prenons le micro. Et de nos histoires personnelles, nous faisons une parole collective.
Aujourd’hui nous sommes fatiguées
Aujourd’hui nous sommes en colère

Que les pères de nos enfants soient trop souvent absents
De prendre soin d’eux alors qu’ils ne prennent pas soin de nous
De ne pas avoir le droit d’être malade car, quoi qu’il arrive, il faut toujours être debout pour s’occuper du foyer
De tomber malade à cause des charges trop lourdes qui pèsent sur nos épaules
De prendre soin des autres et de ne pas avoir de temps pour nos loisirs

De rendre service et de ne pas être reconnues
D’être mal considérées dans notre travail
D’être trop seules face à l’institution scolaire qui ne comprendre pas nos vécus

Qu’on nous juge selon nos apparences. Ce n’est pas parce que je porte une jupe que je suis consentante.
Ce n’est pas parce que je porte un foulard que je suis soumise ou que je ne mérite pas d’être considérée comme un être humain

De vivre des violences conjugales et d’en avoir honte
De vivre des violences conjugales et de voir notre famille ou des voisins qui soutiennent nos compagnons
De vivre des violences conjugales et de ne pas être soutenues par la justice
De voir que la France se positionne aux côtés des pays conservateurs en refusant une définition du viol qui serait la même pour tous les États européens, et qui obligerait les pays les plus conservateurs à se doter de lois plus sévères.

Pour tout cela, et tant d’autres choses, nous faisons la grève féministe.
Si ça ne tenait qu’à moi, je la ferai tous les jours !

Nous voulons être reconnues ! Sans nous, le monde ne pourrait pas tourner
Que les petites filles se défendent et que les petits garçons aient le droit de jouer à la cuisine.
Nous voulons que nos filles soient fières de leurs cheveux crépus. Que nos enfants soient fiers d’être qui ils sont !
Nous voulons que nos maris fassent le ménage
Que nos nos maris arrêtent de nous demander comment marche la machine à laver

Nous voulons que les assistantes sociales, les éducatrices et les juges soient des alliées dans nos combats.
Et la police ?
Comment pourrions-nous en attendre quelque chose ? Elle nous méprise !

Nous, qui portons le foulard, voulons choisir nos métiers et ne pas les subir
Marre de ces entreprises qui ne voient que notre voile et pas nos diplômes ni nos compétences !

Nous sommes fortes
Nous résistons
Nous sommes en grève féministe !

Un groupe d’habitantes du quartier de Fontaine d’Ouche



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

S4 EP10 - 8 Mars, Grève des Femmes

A l’occasion du 8 mars, l’Actu des Oublié.es s’intéresse au mouvement transféministe italien, qui incarne la résistance face au post-fascisme de Meloni.