[Nièvre] Panneaux solaires de Germenay-Dirol, un projet à combattre


Nièvre

Dans cet article, on vous dit pourquoi lutter pour l’abandon du projet de centrale solaire de Germenay/Dirol.

L’enquête publique sur la centrale solaire de Germenay/Dirol (Nièvre) va s’ouvrir du 19 septembre au 20 octobre. Ce projet prévoit d’installer 73 000 panneaux photovoltaïques, 15 transformateurs électriques, 15 onduleurs sur 75 hectares de terres agricoles… À la place de notre belle campagne de bocages, imaginons un site industriel grand comme 75 stades de football avec grillages et caméras de surveillance… Et ceci pour une durée minimale de 30 ans !

C’est l’introduction à la pétition du collectif Énergie58 (dont Adret Morvan est membre). Nous vous invitons à la signer. Elle explique l’impact concret du projet.

Au-delà des arguments développés dans cette pétition, nous souhaitons élargir aussi le propos. En effet, même si nous sommes pour les énergies renouvelables, nous sommes aussi pour la préservation des sols agricoles et des forêts qui nous seront très utiles dans ce contexte de changement climatique.

La direction prise actuellement sur les questions énergétiques n’a aucune cohérence. Laisser le marché gérer le déploiement des ENR sans contraintes n’aboutira à rien d’efficace si ce n’est à augmenter les consommation comme le montre les études. Décarboner la société d’ici 2050 (zéro émission en 2050) est impossible sans repenser notre façon de consommer et d’organiser de la société. On appellera ça de la décroissance, de la sobriété, de la récession, de l’adaptation, de la transition, de la bifurcation mais c’est physique et démontré, la substitution des combustibles fossiles ne peut se faire sans une réduction massive des consommations.

Les politiques qui expliquent que la technologie nous permettra , à elle seule, de trouver des solutions adaptées dans les délais impartis sont des menteurs, des incompétents ou des irresponsables.

Cette réduction nécessite une organisation nationale mais aussi locale pour planifier la transition. Il est probable en effet que les terres agricoles seront de plus en plus nécessaire pour pallier la baisse des rendements agricoles dûs au changement climatique, l’impact de l’abandon des engrais chimiques, l’épuisement des sols dû à l’industrialisation… Par ailleurs, les objectifs de stockage du carbone sur les sols agricoles (en retard selon le haut conseil pour le climat) ne peuvent être obtenus en continuant d’artificialiser les sols. De plus ces terres seront probablement nécessaire pour produire un peu de carburant végétal pour palier, in fine, en fin de transition, certains usages très difficiles à substituer. Préserver les terres est donc une priorité pour l’avenir et le solaire doit être déployé en priorité sur les terrains déjà artificialisés, même si la rentabilité économique est moindre.

Cette bifurcation ne peut se faire sans organiser la société pour réduire les inégalités sociales qui sont aussi des inégalités d’émission de carbone. La redistribution de la richesse avec des dispositifs permettant de compenser les contraintes de la transition (tout le contraire de la prime à la pompe actuelle) est indispensable pour permettre aux plus pauvres de s’adapter et contraindre les plus riches à diminuer leurs émissions. En France, les 1% les plus riches ont une empreinte carbone 66 fois plus élevée que les 10% les plus pauvres (Étude Greenpace/carbone 4).

Malgré les efforts du département pour tenter de planifier la transition, les effets ne se font guère sentir sur ce type de projet…

En savoir plus

La confédération paysanne de la Nièvre analyse la dérive qui risque de modifier profondément la structure du monde agricole et aggraver la dépendance de paysans aux structures financières.

La note de la confédération paysanne de la Nièvre

FNE Midi-Pyrénées développe une analyse complète et cite de nombreuses études et sources alors que les projets se multiplient sur les terres agricoles et dans les forêts en Midi-Pyrénées.

La note de FNE Midi-Pyrénées

Le collectif du Causse Comtal démontre avec des sources chiffrées pourquoi le panneau solaire descend des toits vers les prés pour des raisons purement financières.

La note du collectif de réflexion citoyenne sur le photovoltaïque du Causse Comtal



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Campagnes

Présentation de la lutte à la Clusaz

Jeudi 01 Septembre - 19h après le marché - Grange Rose des Lentillères - Soirée présentation de la lutte de La Clusaz et des Grondements des Cimes avec une personne engagée dans cette lutte contre l’aménagement marchand de la montagne.
Nous en profiterons également pour faire le point sur l’action des soulèvements de la terre contre les mega bassines qui aura lieu cet automne dans le Marais Poitevin.
https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/pas-une-bassine-de-plus

Nouveau procès des Faucheurs Volontaires à Dijon !

Lundi 4 avril à 13 h30, 6 Faucheurs volontaires de Côte-d’Or comparaissent au TGI de Dijon pour être jugés suite à la destruction d’une parcelle d’essai de colza par une centaine de personnes en 2017 à Villy-le-Moutiers. Rassemblement et pique-nique de soutien devant le tribunal.

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Projet ECLAT : mobilisation le 29 septembre

M. Accary doit rendre des comptes ! Les caisses publiques ne sauraient être utilisées pour financer des projets qui contribuent à la destruction de terres agricoles, au réchauffement climatique, à la pollution, à la surconsommation et à l’épuisement des ressources.

[Rouen] Manifestation nationale pour les Jardins Joyeux

Le 17 septembre, pour la journée de discussion sur l’écologie à Rouen, nous organisons une manifestation nationale contre l’artificialisation des terres et pour la défense des Jardins Joyeux. Nous invitons collectifs et associations écologiques engagés contre les projets inutiles à rejoindre notre appel.