Personnels de Vie scolaire sous tension : tou·tes en grève le 1er décembre !

Une journée de grève nationale aura lieu le 1er décembre contre la précarisation et la tension permanente que subissent les personnels de vie scolaire. Communiqué et informations utiles pour se mobiliser en Bourgogne-Franche-Comté.

Communiqué de la CGT éduc’action 21

Depuis le début de la crise, les services de Vie scolaire sont en surchauffe et travaillent sous tension permanente. Les établissements scolaires sont des lieux de contamination comme les autres. Ainsi, entre la gestion des absences des élèves en augmentation dans la période, l’application du protocole pour la demi-pension et les internats, les équipes sont au bord de l’épuisement. Il est temps de dire Stop !

Face à la crise Covid, des équipes au bord de la crise de nerfs

Depuis le début de l’épidémie de COVID-19, les personnels de Vie scolaire sont en première ligne. Ce sont des centaines d’élèves qui sont concentré∙es aux entrées et dans la cour, des centaines d’élèves qu’il faut gérer dans leurs déplacements au sein des établissements. En sous-effectif chronique, les équipes travaillent à flux tendu. Ce manque de personnels s’est accentué depuis la crise sanitaire en raison d’un surcroît de travail et des personnels en arrêt, non remplacés.S’agissant des AEd, alors que le nombre de personnels malades ou cas contacts ne cesse d’augmenter dans la période, aucune nouvelle mesure n’a été envisagée pour les remplacer. La gestion de la demi-pension ou même des internats s’avère un vrai casse-tête pour ceux et celles qui restent présent·es dans les établissements.
Nous revendiquons depuis longtemps la création d’une brigade de remplacement. Elle serait, plus que jamais, d’actualité.

Le ministre et le gouvernement doivent apporter des réponses sur tous ces sujets et mettre en œuvre une autre politique au ministère de l’Éducation nationale !

La CGT revendique dans l’immédiat pour la Vie scolaire :

  • l’embauche massive de personnels pour faire face à la surcharge de tra-vail due à la période ;
  • à terme, la création de postes en nombre suffisant à la hauteur des besoins et, au minimum :
    - 1 AEd à temps plein pour 75 élèves, 1 pour 50 en zone difficile, tout en tenant compte de la taille et de la configu-ration des établissements ;
    -1 CPE pour au maximum 250 élèves, 1 pour 200 au maximum en zone difficile.
Dans de nombreuses académies, les personnels de Vie scolaire ont décidé de s’organiser et de se mettre en grève le 1er décembre 2020.
AEd : des missions indispensables, des personnels méprisés

Les AEd n’ont toujours droit à aucune prise en considération ou reconnaissance. Alors qu’ils ou elles exercent des missions qui sont indispensables au fonctionnement des établissements scolaires, ces personnels font, pourtant, partie des exceptions dans l’Éducation nationale : engagé∙es en CDD, au salaire minimum, sans aucune perspective de carrière....
Une précarité inacceptable au vu des missions pérennes qu’ils ou qu’elles exercent.

Le ministère ne doit plus mépriser les personnels AEd et doit revoir sa copie quant aux conditions de travail exigées.

C’est pourquoi la CGT Éduc’action revendique, dans l’immédiat, pour les AEd :

  • la réduction des horaires de travail basés sur un service hebdomadaire réparti sur 37 semaines plus une semaine de préparation de la rentrée (temps qui serait consacré à la formation) afin de pouvoir suivre normalement des études, soit :
    - en externat : 20 h hebdomadaires pour un temps plein ;
    - en internat : 24 h hebdomadaires pour un temps plein. Toute intervention en internat nécessite récupération avec la pondération qui en découle.
  • une formation réelle aux missions qui leur sont confiées avant leur prise de fonction et la reconnaissance des qualifications acquises dans le cadre de la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).
  • une augmentation du traitement : 90 points d’indice immédiatement, soit 400 € net. Le versement des indem-nités REP, REP+ pour celles et ceux exerçant dans les établissements relevant de l’Éducation prioritaire.
  • des contrats de 6 ans afin de soustraire les AEd aux pressions des chef·fes d’établissement.

Pour la CGT Éduc’action, des embauches sur des contrats de 3 mois, comme cela commence à se faire, n’est pas la solution. Il faut des embauches pérennes.

Pour sécuriser des parcours d’étudiant·es et créer un métier pérenne pour la Vie scolaire en plus des CPE, la CGT Éduc’action revendique la création de deux statuts pour la Vie scolaire : Étudiant·es surveillant·es et Personnels de Vie Scolaire, d’Éducation et d’Animation (PVSEA).

La CGT Educ’action Côte d’Or soutiedra les personnels de Vie scolaire qui décideront de s’emparer de cette journée du 1er décembre pour se mobiliser, dresser un état des lieux de leurs conditions de travail afin de construire leurs revendications.

PDF - 439.4 ko
Communiqué CGT éduc’action 21

L’évènement facebook : CGT Educ’Action académie de Dijon : non à la Casse de l’Ecole

Manifestation à Chalon

Mardi 1 décembre 2020 à 09:00 Chalon

La CGT Educ’action 71 a déposé une déclaration de rassemblement et manifestation pour soutenir les AED dans leur volonté de se mobiliser le mardi 1er décembre 2020.
TOUTES et TOUS les AED sont appelé·es à se rassembler à la maison des syndicats à 10h.
Pour trouver de l’aide dans la construction de cette journée contacter 71@cgteduc.fr et rendez-vous sur le site https://www.cgteducdijon.fr



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : AED

Éducation Nationale : une mobilisation pour la revalorisation

L’intersyndicale dénonce le budget voté par le Parlement qui n’est pas à la hauteur des besoins actuels du milieu éducatif. En Côte d’or, cela se traduit même par 113 suppressions de poste dans le 2d degré en 2021. Création de postes, revalorisation des salaires, amélioriation des conditions de travail. La liste des revendications est longue...

La Gazette des confiné·es #11 - Rentrée des demi-classes, 1er mai et sorties sous surveillance

Le 11 mai s’approche, date virtuelle d’une rentrée des classes sous surveillance et dans des conditions flippantes. Les plans du gouvernement et de son conseil scientifiques pour endiguer l’épidémie sont aussi angoissants : ils préfigurent plus des sorties limitées au travail et surveillées à grand renfort d’informatique qu’une véritable libération. Mais avant le 11, concentrons-nous sur le 1er mai !