Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Rassemblement contre le « management toxique » dans la communauté de commune CAP Val de Saône



Depuis de nombreux mois, des agents de la Communauté de Communes CAP Val de Saône sont victimes de pressions managériales de la part de leur hiérarchie. En octobre, ils ont décidé de dénoncer cette situation. Depuis, leur situation professionnelle s’est dégradée. Ils subissent des mesures qui ressemblent fort à de la discrimination !

Coordination Syndicale Départementale des Services publics CGT 21

A la Communauté de Communes CAP Val de Saône, dénoncer le management toxique c’est dangereux !

Depuis de nombreux mois, des agents de la Communauté de Communes CAP Val de Saône sont victimes de pressions managériales de la part de leur hiérarchie. En octobre, ils ont décidé de dénoncer cette situation. Depuis, leur situation professionnelle s’est dégradée. Ils subissent des mesures qui ressemblent fort à de la discrimination !

  • Une agent titulaire, n’en pouvant plus, a démissionné après 6 mois d’arrêt de travail suite aux traitements et pressions subis.
  • Une autre, qui occupait des responsabilités d’encadrement d’équipe s’est vue renvoyée sur un poste de surveillance de restauration scolaire et accueil de loisirs.
  • Un autre agent s’est retrouvé mis à l’isolement dans un bureau, au fin fond des bâtiments de l’école de musique.
  • Enfin, le quatrième, qui était en direction d’accueil de loisirs, se voit imposer un changement de poste alors que son poste n’était pas supprimé. Il se retrouve sans poste et sans planning et on lui propose un poste de chargé d’animation inclusion numérique pour les personnes âgées du territoire, ce qui ne correspond absolument pas à ses qualifications et à son métier.

Leur « crime », c’est d’avoir dénoncé les pressions et le management toxique, d’être des élus du personnel pour certains d’entre eux et de vouloir améliorer les conditions de travail de tous les agents.

Nous vous proposons de nous réunir devant les locaux de la Communauté de Communes CAP Val de Saône, Ancienne Route Nationale à Auxonne, le : jeudi 8 avril 2021 à 17 h 15 avant le CHSCT et le Comité Technique extraordinaire demandé par les élus CGT

Et maintenant, à qui le tour ? Bientôt, ce sera vous ! À la Communauté de Communes CAP Val de Saône, le management brutal, les mesures discriminatoires, la pression sur le personnel... ça suffit !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Rassemblement contre un licenciement au restaurant l’Edito

Sollicité à de multiples reprise par le syndicat Solidaires, l’Edito reste sans réponse face au licenciement d’un de ses employés. Solidaires 21 appelle une mobilisation vendredi 17 mai à partir de 18h45 afin d’interpeller les client·es du restaurant.

Articles de la même thématique : Souffrance au travail

Manifestation de la fonction public du 19 mars

Ce 19 Mars, 500 personnes ont manifesté pour l’augmentation des rémunérations dans la fonction publique, une augmentation des effectifs et de meilleurs conditions de travail, y compris dans l’intérêt des usag.ères des services publiques.

Inégalité de traitement et autres violations du droit : Ethicofil, une éthique en toc

Inégalité de traitement, absence de réunions obligatoires du CSE, pressions, menaces, absence de suivi CDDI, irrespect de procédure, congés payés imposés aux salarié(e)s en violation des textes en vigueur, invention du concept de volontariat-collectif…
Cet inventaire à la Prévert, quoique non exhaustif, n’est pas tiré de l’œuvre nauséabonde d’un grand patron d’extrême droite comme on pourrait le penser, mais de celle du président d’Ethicofil, association dont le CA est majoritairement composé de « militants » de la CFE-CGE – et dont le président, lui-même conseiller prud’homme CFE-CGC – semble s’asseoir, chaque jour un peu plus, sur le code du travail.

Le procès sur l’éboulement mortel au labo de Bure en janvier 2016 a eu lieu

En début de semaine, s’est tenu au tribunal correctionnel de Bar-le-Duc, près de huit ans après les faits, le procès concernant l’effondrement d’une galerie du labo de Bure, le 26 janvier 2016, tuant un conducteur d’engin et blessant un autre ouvrier. Y étaient convoqués des représentants d’Eiffage, employeur pour cette mission, et Antéa France, maître d’œuvre.