Quartier libre des Lentillères : Le Pot’col’Le de Dijon Métropole

Documentaire sonore au Quartier Libre des Lentillères à Dijon.
Voilà bientôt 10 ans que des collectifs de jardiniers, habitants et maraîchers occupent des anciennes terres maraîchères à Dijon. Territoire de 8 hectares, en pleine ville, que la jeune métropole aimerait bétonner en éco-quartier.

Le quartier libre des Lentillères est né en 2010 à la suite d’une manifestation fourche en main, à Dijon. De là est né le Pot’Col’Le, une dynamique ouverte et collective de jardinage basée sur l’échange de savoirs. Puis est venu le Jardin des Maraichères, géré de manière non salariée, qui permet d’alimenter des marchés hebdomadaires non lucratif à prix libre. À la croisée de ces deux grandes parcelles, s’entremêlent des dizaines de petits jardins familiaux. Au milieu de tout ça, des fermes occupées, une dynamique de construction de cabanes et d’entretien de lieux ouverts à tous et à toutes pour la promenade, pour des ateliers d’échanges de savoirs divers et variés, des concerts ou des fêtes atypiques. De tout ça naît un quartier bigarré, des collectifs mélangés nourris par plusieurs centaines de personnes. Cependant toutes ces dynamiques sont menacées par la SPLAAD (Société Publique Locale d’Aménagement de l’Agglomération Dijonnaise) et le Grand Dijon qui veulent détruire cette ébullition créatrice et le remplacer par un projet immobilier d « éco quartier » : l’« écocité des maraîchers ». La première phase de construction a commencée sur la parcelle industrielle des anciens abattoirs, la seconde phase du projet immobilier est prévu sur les terres occupées.

Long métrage sonore réalisé à l’occasion de la fête d’automne organisé les 11 & 12 octobre.
Prise de son & montage > Emmanuel Moreira / laviemanifeste.com



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Bétonisation

[Besançon] Le GEEC s’installe aux Vaîtes (Groupe des Epouvantails En Colère)

Ce mardi 17 novembre, jour de l’appel à une deuxième vague d’action contre la réintoxication du monde, l’association Les Jardins des Vaîtes, a appelé jardinièr·es et ami·es des Jardins des Vaîtes à déposer banderoles et épouvantails aux Vaîtes. Une occasion de réaffirmer notre volonté de préserver ce poumon vert en coeur de ville, avec ses jardins, ses zones humides, ses habitant·es humains et non humains.

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Résumé d’un arpentage de « Rage de Camp »

L’arpentage est une méthode de lecture collective issue de la culture ouvrière. À la Zad du Carnet, nous avons arpenté ce 30 octobre le livre « Rage de Camp » qui fait un retour d’expérience sur l’organisation d’un campement autogéré, anticapitaliste et anti-autoritaire. Un livre utile pour celleux qui veulent s’organiser sur une Zad !

Appel contre la réintoxication du monde II

Après la vague d’actions du 17 juin initiées depuis Notre-Dame-des-Landes, une seconde devait avoir lieu le 17 novembre, elle est reportée au 17 du mois qui succèdera au confinement.

Jardins de l’Engrenage - les légumes et les arbres sont enracinés, ils ne partiront pas

La décision du tribunal de Dijon a acté l’expulsabilité des terres occupées par les Jardins de l’Engrenage à partir de la date du 20 novembre. La maison n’est pas concernée par cette décision. Malgré les titres réducteurs et racoleurs de la presse locale qui laissent à penser que l’affaire est pliée, les légumes poussent, les jardinier.e.s jardinent et les promeneurs se promènent !