Résident·es et associations se mobilisent contre le projet de parc d’attractions historiques à Tournus (71)

Une douzaine d’associations ainsi que des citoyen·nes du Tournugeois et de Saône-et-Loire ont annoncé ce mardi 30 mars le lancement d’un collectif contre le projet de parc d’attraction ÉCLAT, « un projet qui irait à l’encontre de l’intérêt général, au bénéfice de deux acteurs privés indûment soutenus par des sommes importantes d’argent public, en détruisant nos terres agricoles, notre culture et notre environnement. »

Communiqué du Collectif Pas d’ÉCLAT

Plusieurs associations et citoyens et citoyennes de Saône-et-Loire opposés au projet ÉCLAT à Tournus annoncent la création du collectif Pas d’ÉCLAT.

D’horizons divers, il regroupe des habitants du site même, des agriculteurs cultivant ces terres, des habitants de Tournus et des communes environnantes et des associations actives dans le domaine de l’agriculture, du tourisme, de la protection de l’environnement et de la valorisation du patrimoine ; toutes et tous sont opposés à la construction d’un parc d’attractions historiques d’une quinzaine d’hectares en première phase, sur de riches terres agricoles aux portes de Tournus, en bord de Saône.

A l’heure d’une crise écologique et sanitaire sans précédent, le collectif s’élève contre la destruction de terres nourricières au profit de parkings et de bâtiments fantômes, vides au moins la moitié de l’année.

Ce parc d’attractions historiques serait l’antithèse du tourisme patrimonial et culturel qui est la richesse de la Saône-et-Loire. Il est aberrant de créer, aux portes de la cité médiévale, des copies en carton-pâte de monuments historiques existants. Une telle disneylandisation serait une insulte à celles et ceux qui œuvrent jour après jour pour préserver le patrimoine et faire vivre par le tourisme le centre-ville de Tournus et les sites patrimoniaux en Saône-et-Loire.

En bordure de l’autoroute A6, alors qu’aujourd’hui le touriste est à la recherche de l’authentique et du naturel, la viabilité économique de ce pseudo Puy du Fou est loin d’être assurée. La plupart des parcs d’attraction s’avèrent vite déficitaires et leurs gestionnaires s’empressent alors de soutirer l’argent des collectivités, recourant au chantage à l’emploi (voir le parc Vulcania, en Auvergne). Plus au nord, l’archéodrome de Beaune est à l’abandon.

Dans une analyse bénéfices/risques, une telle éventualité doit être prise en compte, d’autant plus que les collectivités seraient appelées à prendre en charge des aménagements routiers et de réseaux très coûteux, dont une passerelle au-dessus de la ligne TGV. Par ailleurs, il est à craindre que des fonds publics normalement destinés à la promotion du tourisme en Saône-et-Loire soient largement détournés vers la promotion du parc d’attraction, en une publicité tape-à-l’œil et caricaturale dégradant l’image d’un territoire riche de son histoire, de ses paysages et de sa ruralité, notre bien commun.

Au-delà, quelques années plus tard, un autre risque menace : les investisseurs privés avisés qui auront pu faire définitivement main-basse sur ces riches terres agricoles grâce au prétexte du développement touristique impulsé par le président du département et le maire de Tournus, reconvertiront le site viabilisé par la puissance publique en l’une de ces zones commerciales périurbaines qui ruinent les centres-villes et sabotent les paysages à leur périphérie.

Le Plan d’Aménagement et de Développement Durable (« PADD »), fondement du PLUI du Tournugeois en cours d’élaboration depuis 2018, protège le site de l’entrée nord de Tournus afin de tenir compte de la menace qui était apparue les années antérieures avec le projet de zone commerciale « Rives de Saône ». Dans sa rédaction actuelle, parue en septembre 2019 sur la base des directives des personnes publiques associées et du travail de toutes les communes du Mâconnais – Tournugeois, il ne permet pas la bétonisation de ce site sensible. La mise en œuvre du projet ECLAT suppose donc une nouvelle rédaction du PADD que le maire de Tournus va solliciter, relayant la demande du président du département. Cette rédaction « en recul » imposée par ECLAT irait nécessairement à l’encontre des politiques publiques en faveur du maintien des terres agricoles, de la préservation des milieux naturels et des paysages. Le Collectif sera vigilant !

Les gestionnaires de sites patrimoniaux, les associations dont la raison d’être est la médiation patrimoniale, historique et culturelle ne sont aucunement associées à ce projet ; beaucoup estiment qu’il est en contradiction radicale avec leurs efforts, fondés sur l’offre d’authenticité de la Saône-et-Loire. Le collectif s’indigne de l’opacité dont fait preuve le président du Conseil départemental concernant l’avancement du projet, qui n’a d’égal que le tapage médiatique orchestré en grande pompe.

Au-delà d’une plus grande transparence et démocratie, le Collectif Pas d’ÉCLAT demande l’abandon pur et simple d’un projet qui irait à l’encontre de l’intérêt général, au bénéfice de deux acteurs privés indûment soutenus par des sommes importantes d’argent public, en détruisant nos terres agricoles, notre culture et notre environnement.

Le Collectif Pas d’ÉCLAT

Signataires : La Confédération Paysanne 71, Terre de Liens BFC, CAPEN 71, EcologicAction 71, la Confédération Nationale du Travail 71, Europe Écologie/Les Verts BFC, Groupe Libertaire 71, Parti Communiste Français 71, La France Insoumise Mâconnais, La Gauche Républicaine et Socialiste 71, Cap Écologie … et plusieurs citoyennes et citoyens du Tournugeois et de Saône-et-Loire.

Contact : pasdeclat@protonmail.com



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Bétonisation

Véloroute de Vézelay : un projet qui n’a pas de sens

À Vézelay (89), un vaste projet de véloroute est porté par la communauté de communes de l’Avallonais–Vézelay–Morvan (CCAVM). Derrière un projet qui se présente comme écologique - une piste cyclable - le collectif du Bois de Malappris dénonce la destruction d’espaces naturels.

Retour sur le 27 mars - Nous ne lâcherons jamais la comète

Le 27 mars c’était l’anniversaire du quartier des Lentillères. Pour les 10 ans c’était le confinement, mais cette fois pour les onze c’était le premier épisode des soulèvements de la terre avec une manifestation direction les Vaîtes à Besançon.

Les élus bloquent le tunnel de la LINO

« Dijon-Métropole et le Conseil Départemental sont tombés d’accord pour en faire une champignonnière, alimentant à terme toutes les écoles, collèges, lycées, maisons de retraites et restaurants de Côte-d’Or en champignons bio ! »

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Incendie criminel aux Vaîtes : nous ne nous laisserons pas intimider

Dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 avril, le cabanon de jardin de la présidente de l’association Les Jardins des Vaîtes a été incendié volontairement. Toute l’association est profondément choquée par cet acte lâche et abject mais nous ne nous laisserons pas intimider.