Soirée Factrice en mixité choisie



Tu es célibataire, polyamoureux-se ou encore en relation libre, et tu ne sais pas avec qui passer la Saint-e Valentin-e ?

🔥 En hommage au Wooz (bar/boîte gay de Dijon aujourd’hui disparue) les Orageus-e-s te proposent une soirée Factrice lesbienne en mixité choisie (femmes cis, trans, bi et non-binaires) le jeudi 13 février, de 19h à minuit au Tache papier 🔥

⚡️Alors, une soirée factrice c’est quoi ?⚡️

C’est très simple ! Lors de ton arrivée, on te donnera un numéro, un crayon et 5 petits papiers. Repère sur la piste de danse les personnes qui éveillent ton intérêt et adresse leur un message grâce à leur numéro en signant de ton numéro à toi... 👀
Tu peux proposer une danse, leur offrir un verre, leur écrire un poème, une blague, ou encore simplement laisser ton numéro de téléphone !

La factrice passera alors récupérer les petits mots d’amour et fera la distribution pendant que la soirée battra son plein 💘

Et pour rendre la soirée plus folle, les DJ WATER reviennent enflammer le dancefloor 💃🏼

🍻 Une buvette et des petits trucs à grignoter seront également en vente (attention, nous ne pouvons pas vendre de l’alcool aux personnes non adhérentes, c’est la loi..)

Lien de l’événement Facebook : https://facebook.com/events/s/soiree-factrice-en-mixite-choi/107146294057291/?ti=icl



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Grève et manifestation des sages-femmes

Pour la 4e fois cette année, les sages-femmes CFDT de Côte-d’Or seront en grève. Le 7 octobre, en soutien au mouvement de grève national, elles descendront dans la rue pour défendre leur profession. Mais leur colère dépasse de simples revendications personnelles ou locales. Car des conditions de travail des sages-femmes dépendent le bien-être des femmes qu’elles prennent en charge.