Témoignage du CRA de Lyon St Exupéry sur la grève de la faim face au coronavirus et à la suppression des visites et des audiences



Plusieurs grèves de la faim ont lieu dans différents CRA en ce moment-même. Témoignage.

Témoignage du 16 mars d’un prisonnier du CRA de Lyon St Exupéry sur la grève faim face à la suppression des visites et des audiences et la crainte des prisonnier.es face au coronavirus.
Plusieurs grèves de la faim ont lieu dans d’autres CRA (Lesquin, Vincennes, Mesnil-Amelot notamment) en ce moment même. Liberté pour tou-te-s les prisonnier-e-s !

" Bonjour,

En fait nous on est au centre de rétention de Lyon.

On est en train de faire une grève de faim parce qu’ils nous a enlevé nos visites. Ya plus les tribunaux qui travaillent.

Et voilà, nous aussi euh on essaye de faire notre mouvement parce que nous aussi on a peur pour nos vies. Que le virus il rentre ici voilà. Nous on est enfermés ici et ya pas de mesures de sécurité ! Ya pas de médecins qui font on va dire des controles et tout ça.

Alors du coup tout le monde il a peur. Du côté retenu-e-s et du côté policier aussi. Tout le monde il a peur. Et voilà.

Jusque là on mange pas. Cet après-midi ils vont faire une réunion pour euh… décider qu’est-ce qu’ils vont faire avec nous quoi. Parce que même les policiers ils ont plus envie de venir travailler.


LIRE LA SUITE SUR REBELLYON.INFO



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : CRA

Articles de la même thématique : Covid 19 - État d’urgence sanitaire

Organisons notre autodéfense sanitaire !

Après deux ans de pandémie et à l’approche des élections, le gouvernement planifie la fin de l’ensemble des mesures de protection et de freinage. Depuis le 14 mars, le port du masque n’est plus obligatoire dans les lieux clos, et les protocoles sanitaires en entreprise seront remplacés par un « guide repère », donnant des mesures de bases applicables « hors-pandémie ».