Travail forcé : le « RSA sous conditions » sera expérimenté en Côte d’Or



Les rebsameno-macronistes de la Fédération « progressiste » remercient le ministre pour ce grand progrès en arrière.

Mardi 13 décembre, le ministre du travail (ou crève) Olivier Dussopt a annoncé que dix-neuf départements ont été retenus pour expérimenter « l’accompagnement rénové des allocataires du RSA », autrement dit le RSA sous conditions : l’Aisne, l’Aveyron, les Bouches-du-Rhône, la Côte-d’Or, la Creuse, l’Eure, l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, le Loiret, la Mayenne, la Métropole de Lyon, le Nord, les Pyrénées-Atlantiques, la Réunion, la Seine-Saint-Denis, la Somme, les Vosges, l’Yonne, les Yvelines.
Le principe consiste à donner le choix aux personnes bénéficiaires du RSA entre travailler 15 à 20 heures par semaine pour à peine 500 € (soit entre 6 et 8€ de l’heure), ou ne plus manger.

"N’oublie jamais qui gagne quoi lorsque tu taffes
Si ça te fâche et qu’tu veux plus, n’oublie jamais qu’tu manges plus
Ça r’ssemble à un choix
Si c’est pas d’l’esclavagisme, c’est quand même pas vraiment très humaniste" [1]

Le laquais macroniste Benoit Bordat, député de Côte d’Or sous l’étiquette Fédération « progressiste » (la chapelle macroniste de Rebsamen) et conseiller municipal de Dijon, s’est empressé d’aller remercier son suzerain :

"J’ai tenu à redire [au ministre] que nous étions prêts en Côte-d’Or aux côtés de tous les acteurs de l’emploi et de l’insertion à expérimenter ce dispositif.

Je remercie le ministre qui a annoncé que la Côte-d’Or ferait partie des territoires expérimentaux." [2]

On va pas développer ici pourquoi cette loi est une des pires parmi toutes les lois archi-merdiques déjà passée par les macronistes. Si vous voulez savoir pourquoi « faire travailler les gens au RSA, c’est mécaniquement mettre beaucoup plus de gens au RSA », pourquoi cette réforme « cible l’ensemble des travailleurs en participant à une baisse généralisée des salaires », pourquoi elle est « un net renforcement du rapport de force favorable à la bourgeoisie en rendant quasi-impossible la démission » et pourquoi « transformer le RSA en un salaire en-dessous des minimas sociaux ne vise pas que les personnes au RSA, [mais] l’ensemble des travailleurs », on vous renvoie vers cet article de Frustration Magazine :
Comment l’attaque contre le RSA nous mettra tous à terre

Un bénéficiaire du RSA

À Lyon aussi, les écolos veulent pouvoir faire chier les pauvres avec le RSA.

On attendait depuis le mois d’octobre la liste des départements tests pour le nouveau dispositif du STO-RSA elle a fini par tomber mardi. Le gouvernement a désigné 18 départements test, et une métropole : la métropole de Lyon. Donc voilà à partir de 2023 : l’Aisne, l’Aveyron, les Bouches-du-Rhône, la Côte-d’Or, la Creuse, l’Eure, l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, le Loiret, la Mayenne, le Nord, les Pyrénées-Atlantiques, la Réunion, la Seine-Saint-Denis, la Somme, les Vosges, l’Yonne, les Yvelines et (...)

A lire sur Rebellyon.info


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique locale

[Besançon] Harcèlement d’élues EELV par l’extrême-droite

Depuis plusieurs semaines, des élues Europe Écologie Les Verts dénoncent des vagues de harcèlement en ligne à caractère sexiste et raciste. Derrière ces injures et menaces, des groupes d’extrême-droite, particulièrements rodés à ce genre d’exercice, agissent dans une impunité totale.

Articles de la même thématique : Précarités